You are here: Home » Actualité » Coupures d’électricité et délestages tuent à petit feu

Coupures d’électricité et délestages tuent à petit feu

Coupures d’électricité et délestages tuent à petit feu

Les antennes paraboliques créent le Prix Nobel de la Paix

Par ARM

       Les Comoriens méritent le Prix Nobel de la Paix 2019. En effet, malgré tous les dérives de mauvais goût du dictateur fou de Mitsoudjé, ce peuple est resté plein d’humanité et pétri d’idées de paix, sans chercher à égratigner même une clôture en feuilles de cocotier pourries. Il se lève chaque matin, vaque à ses occupations, et va s’asseoir sur les nattes des mosquées pour implorer le pardon de Dieu et Lui demander l’admission au Paradis.

Parallèlement, tous les jours, les ampoules ou lampes des foyers «bipent». Là, dehors, les menuisiers attendent un probable «bip» de reprise de l’électricité, qui jouera les arlésiennes, pour tenter de terminer les travaux sur le mobilier des futurs mariés. Les vendeurs des galettes et beignets à base de riz croisent leurs bras, ne sachant plus quoi faire. Les enfants n’ont plus leurs sucettes, faute de courant électrique. À Mohéli, la population est fatiguée de manger des «Mabawa» («Ailes de poulets») avariées suite aux interminables coupures d’électricité. Ainsi est faite la vie au pays des dirigeants obsédés par une notion de prédestination, «l’émergence à l’horizon 2030», non comprise par ses propagandistes zélés et baignant dans le mensonge et dans l’ignorance. Ces rigolos croient que les Seychelles, Maurice et d’autres îles réussissent parce qu’elles sont bénies et que la bénédiction suffit.

Pour fuir «l’immersion à l’horizon immédiat» telle que préparée par le dictateur fou de Mitsoudjé, les gens ont trouvé l’astuce: s’endetter auprès des banques comme Meck et Sandouk pour acheter les paraboles de Canal+. Une fois tout le matériel installé à la maison, le mari peut se cacher dehors afin d’éviter la torture morale constituée des questions et remarques assassines de Madame: «Est-ce que tu as acheté du pétrole, des tomates, du sel, du poivre, de l’huile et de perlimpinpin? Le sac de riz est vide. Les enfants n’ont pas de chaussures. Mon dernier slip n’est plus qu’un tas de fils. Mon string est en lambeaux. J’utilise un sac de sucre pour me fabriquer des serviettes hygiéniques».

Le but escompté des paraboles de Canal+, c’est la possibilité de capter les chaînes étrangères, orienter les enfants et surtout leur mère sur les images chimériques afin d’éviter les questions embarrassantes et les remarques mortelles. Une femme plongée dans les séries brésiliennes ou mexicaines qui n’en finissent pas oublie les questions et les remarques qui tuent tant qu’elle reste attirée par ces images de Lucifer, de même que les enfants qui sont devant les dessins animés de type Miraculos, Tintin, Pyjamasque, Naruto, etc.

La nuit, papa oublie ses dettes par un match Barcelone contre Real de Madrid, suivi d’un derby milanais, AC Milan contre Inter Milan, ou Manchester City contre Manchester United, buvant les commentaires des journalistes. Mais, l’astuce ne marche pas. Les démons de l’énergie thermique n’attendent pas. Ils atterrissent sur l’étendue du territoire comorien, en choisissant le quartier, la ville, le village, la région, l’île où ils lancent leur venin. Tic, Tac, et les Comores sont plongées dans l’obscurité. Tout est bloqué, malgré les mensonges du dictateur, alors qu’aux Seychelles et à Maurice, il y a l’émergence dont ne se vante personne.

Du coup, enfants, mère et père se trouvent tous à la fois confrontés à leur vie quotidienne: les coupures d’électricité qui n’en finissent jamais. Alors, les questions et les remarques empoisonnées reviennent sur le manque de sel, de poivre, de chaussures. Le score de la finale de tennis opposant Rafael Nadal à Roger Federer n’est pas connu faute «d’émergence électrique». Malgré les maux psychiques qui labourent tout le monde, le petit Comorien ne bouge pas ses doigts pour dire «non», mais se contente de demander le Paradis, en levant les mains au ciel. C’est pour cela que la population comorienne mérite le Prix Nobel de la Paix.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 26 août 2019.

Powered by Comores infos