You are here: Home » ACCUEIL » COVID-19: Mohéli Abandonné par le Dr Abdou Djabir, Ancien DéputéM.

COVID-19: Mohéli Abandonné par le Dr Abdou Djabir, Ancien DéputéM.

Abdou Djabir, Docteur en droit, spécialiste de Coopération internationale et européenne, exprime ici son point de vue sur ce que la pandémie révèle du statut de Mohéli et du degré de responsabilité des autorités comoriennes et des partenaires de notre pays. Cette pandémie a révélé de profondes inégalités entre les îles, alors que chacun et chacune doit être protégé de la même façon indépendamment de l’île où il vit.La situation du COVID 19 a complètement dégénéré à Mohéli, avec une très forte accélération des contaminations.

Le taux de positivité continue d’augmenter : 408 contaminés dont 17 médecins et 24 décès en moins d’un mois, dans une île de 35 000 habitants. C’est une situation effroyable. L’hôpital de Fomboni est. débordé et sans moyens adaptés. Mohéli fait face aux pires semaines de la pandémie de coronavirus. Mais comment Mohéli a-t-elle pu en arriver à une telle situation ? Premier responsable : le Gouvernement des ComoresL’Afrique du Sud est le pays le plus touché d’Afrique par le COVID 19. Plusieurs cas de la nouvelle variante qui se transmet plus rapidement y ont été détectés. Malgré tout cela, le Gouvernement comorien a pris le risque d’y envoyer l’équipe nationale de football des cadets.Cette décision était-elle responsable dans un contexte où tous les pays du monde incitent leurs populations à limiter leurs mouvements ? Alors que les admissions à l’hôpital étaient en train de grimper dangereusement à Mohéli, le Gouvernementa autorisé depuis le 21 décembre 2020, la célébration des festivités dans les villages.Tout le système de santé se retrouve au bord de l’effondrement. L’hôpital de Mohéli a manqué, pendant trois jours, d’électricité et d’oxygène.

L’hôpital de Fomboni s’est retrouvé pendant une semaine à court de personnel. Certains malades ont dû attendre 14 heures avant d’être pris en charge par un infirmier ou un médecin. D’autres malades ont été parqués dans une école réquisitionnée, par manque de places dans l’hôpital, sans l’encadrement de personnel de santé, faute de personnel. Est ce ainsi qu’on prend soin de ces citoyens ?Pendant la première vague qui a frappé notamment la Grande Comore, le Gouvernement a réussi à obtenir l’appui du gouvernement indien qui a envoyé un navire hôpital et des médecins à Moroni. Qu’en est il pour Mohéli aujourd’hui qui compte plus de cas et de morts que la Grande Comore à l’époque ?Pourquoi la Ministre de la santé ne vient elle pas à Mohéli, pour faire le constat, soutenir les équipes médicales et la population, avant de faire des déclarations ?Le gouvernement n’a pas pris la mesure des urgences qui s’imposaient pour renforcer les capacités de l’hôpital à faire face à la situation. L’hôpital de Mohéli a été privé pendant trois jours d’électricité sans qu’aucun groupe électrogène ne soit dépêché sur place en urgence ou réquisitionné sur place afin de faire fonctionner les quelques respirateurs qui maintenaient en vie les malades gravement atteints.

Mohéli attend du Gouvernement qu’il prenne les choses en main pour sauver des vies humaines avec l’appui de tous ses partenaires au développement. Mohéli en appelle aux Nations Unies et à la France. Chacun doit être protégé de la même façon, indépendamment de l’île où il vit, dans une approche d’équité, sans quoi, le taux de mortalité augmentera en raison de la discrimination. « S’il vous plaît, ne politisez pas le virus. Si vous ne voulez plus de sacs mortuaires, alors abstenez-vous de politiser (le virus) », a dit le Directeur général de l’OMS, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, appelant à « mettre en quarantaine la politisation du Covid-19 ».

Abandonnée par le Gouvernement central, Mohéli pense l’être aussi par les Nations Unies et les autres partenaires. Cela soulève plusieurs questions. Est ce que le plan de réponse au Covid développé avec l’appui de l’OMS est efficace et approprié pour couvrir les différentes réalités des trois îles ? Comment ont été alloués les différents équipements et autres produits nécessaires au traitement des malades et à la protection du personnel soignant ? Sur la base de l’urgence humanitaire, ou du grand nombre de population? Un stock d’urgence est-il disponible pour agir vite là où l’épidémie frappe dure? Où est l’appui technique ? Les Nations Unies ont elles interpellé le Gouvernement comorien sur la situation à Mohéli ? L’absence d’une visite à Mohéli du Coordonnateur Résident en charge de la coordination humanitaire et du Représentant de l’OMS (Coordonnateur Covid) nous interpelle. L’appui va t-il aux populations les plus vulnérables ? Combien de morts à Mohéli faudra t-il pour qu’une réaction efficace et proportionnée à l’urgence soit décidée ? A Monsieur le Coordonnateur Résident, Mohéli vous demande de favoriser la coordination entre le Gouvernement comorien et ses partenaires pour une réponse urgente et efficace afin de venir en aide à une population vulnérable et abandonnée, car elle ne pèse pas lourd sur l’échiquier politique.

Mohéli en appelle à vous pour que les partenaires s’engagent fermement et à la mesure du drame qui se joue maintenant à Mohéli. N’attendez pas une prétendue immunité collective ou l’arrivée des vaccins. C’est maintenant que les plus vulnérables ont besoin de votre soutien et que vous soyez leur voix. Ne nous abandonnez pas, Monsieur le coordonnateur des Nations Unies car c’est auprès des plus vulnérables que la mission des Nations Unies prend tout son sens. Nous comptons sur vous.A l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)Mohéli attend que vous mobilisiez le soutien technique nécessaire et surtout les ressources humaines et le matériel de protection Covid. L’hôpital de Mohéli n’est pas en mesure de faire face seul. Mohéli est devenue l’épicentre de la pandémie du COVID 19 aux Comores. Son système de santé est mis à rude épreuve. Mohéli est dans une courbe qui est encore exponentielle. A la différence des deux autres îles, Mohéli a très peu de capacités de réponse du point de vue médical. Alors, il faut absolument faire de Mohéli une priorité de l’OMS.

Cela veut dire un investissement massif de la capacité des équipements, des tests, des respirateurs, des équipements pour les médecins et les autres travailleurs de santé. Il faut une mobilisation gigantesque, une priorité absolue, car il est encore temps d’éviter le pire à Mohéli.A LA FRANCESi une évacuation médicale peut être organisée pour le consul de France à Mohéli alors le transport de matériels essentiels et des ressources humaines nécessaires peut l’être aussi dans l’autre sens.Gouvernement et partenaires au développement, étiez-vous préparés à cette crise ? À l’évidence, pas assez. Le moment a révélé des failles, des insuffisances. Il n’est pas encore trop tard. En ces temps d’incertitude, mieux vaut en faire trop que pas assez. Vous êtes en train de prendre timidement la mesure de la situation à Mohéli. Est-ce suffisant ? Non. Faut-il faire plus ? Oui. Et sans attendre.

Abdou Djabir Ancien Député de l’Union des Comores (Troisième Inscription de Mohéli)

HaYba FM

Powered by WPeMatico