You are here: Home » Uncategorized » Dans les poubelles nauséabondes d’Azali Assoumani

Dans les poubelles nauséabondes d’Azali Assoumani

Dans les poubelles nauséabondes d’Azali Assoumani

Faux-monnayeurs, faux témoins et vrais voyous réunis

Par ARM

       L’excuse est classique, mais n’arrive à convaincre que les bobos de la «bobocratie», les gogos et les gagas de la tête: le chef est très bon mais est desservi par un entourage foncièrement mauvais. Dès lors, tous les malheurs qui arrivent sont mis sur le compte dudit entourage, mais la moindre réussite, quand réussite il y a, est à l’actif du chef. Ceci est d’autant plus vrai que depuis le 30 avril 1999, date du premier putsch réussi du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani, cet homme qui a décidé de s’entourer de voyous parce que lui-même n’est jamais propre, a commis trop de dégâts, mais chaque fois, on ne regarde que du côté d’un entourage de malfaiteurs, parmi lesquels des assassins, des voleurs, des pédophiles (y compris un «Vice-président» et un «ministre» en exercice), un spécialiste de l’inceste, des spécialistes de faux témoignages en faveur de leurs complices gangrénés par la corruption, l’incompétence, l’incurie, le droit de cuissage et la concussion…

Aujourd’hui, une année après le retour crapuleux, mafieux et anticonstitutionnel de cet individu au pouvoir le jeudi 26 mai 2016, les Comoriens n’ont vu que des feux d’artifice et de la fumée en lieu et place de projets concrets. Les Comoriens n’ont vu qu’un dirigeant aux abois qui inaugure ce qui n’existe pas pour faire croire qu’il travaille. Médusé, écœuré et au bord du vomissement, le monde entier le voit inaugurer des «centrales électriques» qui n’arrivent même pas à fournir de l’électricité pendant qu’il prononce ses discours insipides et mensongers sous l’œil attendri de Blanche Neige, sa petite bécasse Ambari. En moins d’une année, son entourage est devenu immensément riche, comme cela avait été le cas lors de leur première kleptocratie. Quand son entourage vole, on fait semblant de croire qu’il n’est pas au courant de ces vols massifs d’argent public, et qu’il n’est pas lui-même le chef d’orchestre de ces vols. Or, ces actes de crapules mafieuses ont commencé depuis le 30 avril 1999, sous sa propre direction, et on sait pourquoi la marionnettiste Ambari avait été surnommée dès cette période «La Générale». Elle dirige tout et, tapie à l’ombre, tire les ficelles.

Pour mieux appréhender les dangers qui pèsent sur les Comores aujourd’hui du fait de la crapulerie et de la kleptocratie d’une bande de malfaiteurs, il est absolument nécessaire de relire l’Histoire. Et là, nous allons redécouvrir que depuis le 30 avril 1999, le «concubinocrate» Azali Assoumani est dans la voyoucratie même si, par peur, les journalistes ne citent jamais son nom mais se contentent de parler de «haut lieu». Dès lors, relisons cet article fort intéressant publié le 27 juillet 2001 par La Gazette des Comores:

«Trafic de faux billets – Des membres du cabinet du Colonel seraient impliqués

       Une demi-douzaine de personnes ont été écrouées pendant que d’autres sont placées sous contrôle judiciaire de ce réseau de fabrication de faux billets comoriens de 10.000, 5.000, 2.500 et 1.000 francs. En effet, selon la déclaration du ministère de l’Intérieur, c’est depuis un an environ que les services de renseignement du ministère de l’Intérieur mènent des investigations pour démanteler le réseau. Les enquêtes ont permis les arrestations de deux personnes supposées être les tenants du réseau, un certain Saïd Ali, originaire de Koimbani-Oichili, soupçonné d’être le cerveau de ladite affaire, et le nommé Mistoihi, originaire de Dzahani II. D’autres personnes dont les noms courent dans la rue, qui semblent impliquées dans cette affaire, ne sont toujours pas inquiétées. Elles semblent bénéficier de protection en haut lieu de par leurs fonctions aux côtés du Colonel Azali.

       Deux autres personnes, les nommés Haddad, propriétaire du restaurant Le Quotidien, originaire de Mitsamiouli, et Toihir dit James Or, originaire de Mitsoudjé, ont été arrêtées et placées en mandat de dépôt par la suite. La Banque centrale aurait fait savoir aux autorités comoriennes que la Banque de France, garant du franc comorien, exige que cette affaire poursuive son cours et que la justice fasse son travail sans entrave.

       Ces derniers jours, l’enquête, qui avait semblé en stand-by, a repris. Le conseiller politique du Colonel Azali Assoumani, Ousseine Boina Boina, a été entendu par la police judiciaire le mardi 24 juillet. Le secrétaire général de la Présidence, M. Mahmoud dit Lamartine, devrait être convoqué incessamment également par la police. D’autres personnes haut placées seraient sur la liste. L’affaire semble prendre une tournure internationale du fait qu’un ressortissant suisse serait le cerveau de cette affaire. Un Mozambicain serait également impliqué et recherché par la police. Mais aussi des billets de 500 francs français auraient été interceptés par la Banque centrale et remis aux autorités compétentes.

       Il est à croire que ces faux billets ont été fabriqués à l’île comorienne de Mayotte, où Saïd Ali a résidé un temps. À l’heure où nous mettons sous presse, nous aurions appris que le juge d’instruction chargé de cette affaire aurait été dessaisi de cette affaire au profit d’un autre juge à la demande du Procureur général. Toujours est-il que dans cette affaire, il y va de la crédibilité du franc comorien. Le pouvoir et les autorités judiciaires ne doivent pas jouer avec notre monnaie, qui reste le seul indicateur fiable et stable de l’économie comorienne.

       SOB: Trafic de faux billets. Des membres du cabinet du Colonel seraient impliqués, La Gazette des Comores n°89, Moroni, 27 juillet 2001, p. 3».

Personne n’avait été inquiété pour cette affaire. Il avait fallu faire semblant de bouger afin de rassurer la Banque de France, et l’affaire tourna court. Le «saigneur» Azali Assoumani et son entourage ont été les introducteurs de la fausse monnaie aux Comores dès leur première kleptocratie. Quand il s’agit de «gratter», ces gens-là ne reculent devant aucune honte. Le monde entier est au courant des dégâts causés sur l’économie nationale comorienne par une bande d’autorités cupides et irresponsables se comportant en voleurs de poules. C’est ainsi qu’Idaroussi Hamadi dit «Tonton-m’a-dit», lors de la première kleptocratie de son Tonton, avait ruiné le ministère de la Production en termes de matériel et d’argent. Il avait atterri en prison lors de la satrapie d’Ahmed Sambi, et c’est son pote Bellou qui, à coups de faux témoignages, l’avait fait libérer, et sera récompensé en 2016 par la dynastie régnante par un poste de Directeur du Cabinet de l’usurpateur de «Bête-Salam» chargé de la Défense.

En d’autres termes, ces gens-là ne s’entendent et ne se retrouvent que pour voler le peuple comorien, dans une évidente volonté de l’étrangler par l’estomac et le portemonnaie. Pis, depuis le retour à «Bête-Salam» de leur chef, les Bellou, Kamal-Dine Soeuf et autres «Tonton-m’a-dit» et Djaanfar Ahmed Saïd Hassani (ouf!), pour ne citer qu’eux, sont devenus des milliardaires. Ils ont réussi leur propre «émergence». Faut-il croire donc que leur chef est innocent et qu’ils ne fricotent pas ensemble? Pour répondre à la question, il faudra tout juste rappeler l’article publié en janvier 2007 par Thierry Vircoulon à la revue Étude avant sa reprise sur le site officiel du ministère français des Affaires étrangères: «La privatisation de l’État, le “néo-paternalisme” de type sultanique ou la “politique du ventre”, bref les racines de ce que la Banque mondiale appelle la “mauvaise gouvernance” n’ont pas été éradiquées durant la transition. Corruption et mauvaise gouvernance ont continué à prospérer sous les yeux de la “communauté internationale”: aux Comores, comme l’atteste la découverte de 40 millions d’euros dans des comptes à l’étranger, le colonel Azali a pillé le Trésor public et distribué les contrats publics à la coterie formée par ses proches».

Un jour ou un autre, cette association de malfaiteurs finira très mal. C’est juste une simple question de temps. Attendons, et nous verrons.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 24 mai 2017.

Powered by Comores infos