You are here: Home » Actualité » De Msa Ali Djamal au mendiant «Mda Ali Mrissa»

De Msa Ali Djamal au mendiant «Mda Ali Mrissa»

De Msa Ali Djamal au mendiant «Mda Ali Mrissa»

Le Pierre Bourdieu à la sauce tomate est haï partout

Par ARM

     Msa Ali Djamal n’est pas seulement haï et détesté par les Comoriens; il est surtout méprisé par eux. Comme on sait, on peut détester un adversaire politique, mais le respecter pour son honnêteté, son courage et sa compétence. Or, il est impossible de rencontrer un adversaire politique qui a une once de respect envers le Chezanien Msa Ali Djamal. Pourtant, quand on écoute les uns et les autres, personne ne lui conteste le droit de défendre ses idées politiques et d’avoir des affinités politiques; les Comoriens ne lui reprochent qu’une seule chose: le manque d’analyse et de recul chez lui. Il s’est autoproclamé «sociologue» et même «héritier de Pierre Bourdieu». Mais, il oublie que la sociologie est une science, et que toute science repose sur un souci permanent de vérité, de sérieux et d’objectivité.

Il a poussé la stupidité tellement loin que maintenant, il se met à insulter les Comoriens qui vivent à l’étranger, alors que l’apport de ceux qui sont installés en France est trois fois supérieur au budget de l’État comorien, et fait vivre la plupart des familles comoriennes restées aux Comores. Msa Ali Djamal est tellement nullissime qu’il ne sait pas qu’en insultant les Comoriens vivant à l’étranger, il insulte également ceux qui vivent aux Comores.

D’aucuns prétendent qu’il faut lui pardonner ses écarts de langage et de conduite parce que depuis sa fameuse déception amoureuse, il n’a plus toute sa tête. C’est vrai. Et les Comoriens compatissent pour ce chagrin d’amour pour lequel il a failli perdre la vie. En même temps, ils ne comprennent pas pourquoi l’enfant de Chezani-Mboinkou insulte une partie de la communauté nationale, quand bien même il le fait pour imiter de manière moutonnière son chef, le mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Le dictateur fou de Mitsoudjé ne passe-t-il pas son temps à insulter les Comoriens vivant à l’étranger, les Mohéliens et les Anjouanais?

Msa Ali Djamal est tellement détesté et méprisé par les Comoriens que ces derniers l’ont surnommé «Mda Ali Mrissa». «Mda» signifie champ ou plantation. «Mrissa» signifie celui qui est vilain de visage. Voyez-vous, personne ne va faire des reproches à Mda Ali Mrissa sur son visage, pas beau à regarder. Dieu l’a créé ainsi, et on n’y peut rien. Après tout, il a bien le droit d’être vilain, en plus d’avoir cette taille de nabot à qui il fait porter des costumes de mauvaise coupe taillés dans la mauvaise étoffe que vendent les marchands à la sauvette à la sortie du métro Porte de Montreuil, à 25 euros la pièces. Allons bon! Mais, il se fait inutilement trop d’ennemis. En ce qui concerne cette notion de «Mda», elle fait de lui une prostituée sur qui n’importe qui peut planter ce qu’il veut.

Mda Ali Mrissa a la mémoire trop courte: il oublie qu’il a passé ces dernières décennies en France et que, quand son maître l’avait nommé Directeur général de l’Office de Radiotélévision des Comores (ORTC), «l’odieux-visuel» public des Comores, il crevait de faim à Levallois Perret, en région parisienne. Qu’on le lui rappelle! Il est chassé de l’ORTC, mais perçoit un salaire pour emploi fictif de la Société comorienne des Hydrocarbures (SCH), une entreprise publique moribonde, sans se dire que c’est à cause des magouilles de ce genre que les Comores sont aujourd’hui dans le trou. Drôle de sociologue…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 14 avril 2019.

Powered by Comores infos