You are here: Home » Actualité » De Néron à Azali. Le pays brûle, Azali danse en Oichili

De Néron à Azali. Le pays brûle, Azali danse en Oichili

De Néron à Azali. Le pays brûle, Azali danse en Oichili

Même les ailes de poulet manquent, et le dictateur s’amuse

Par ARM

       L’Empereur romain Néron (37-68) et le dictateur Assoumani Azali Boinaheri ont en commun la folie et la joie sadique d’admirer l’incendie qu’ils ont provoqué volontairement brûler «leurs» pays pour que Néron joue à la lyre et pour que le dictateur de Mitsoudjé danse le Bumping de rue avec les femmes, fesses contre fesses. Pendant que le tyran Assoumani Azali Boinaheri se pique d’être un vrai chef d’État et un vrai Président de la République, les Comores ont atteint le niveau le plus gravissime de la médiocrité: un pays en implosion, un taux chômage de record universel, une crise économique inédite, une crise sociale jamais vue dans le monde, la pénurie de tout, y compris des «Mabawa», les fameuses ailes de poulet, le «caviar des Comores», un pays transformé en une prison à ciel et fermé, un régime politique emprisonnant tout le monde et faisant exiler tous ceux qui pensent autrement.

De 2017 à 2019, l’inimitable et inégalable Saïd Larifou, alors avocat, chanteur et griot de la dictature de Mitsoudjé, se rendait dans les hameaux, villages et villes pour chanter et vanter «l’émergence à l’horizon 2030». Il ne connaît rien en Sciences économiques, ne sait rien sur «l’émergence économique», mais ne se gênait pas pour mentir à la population. Pour sa part, le dictateur Assoumani Azali Boinaheri était sur la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU fin septembre 2017, où, se bombant la poitrine à la faire imploser et exploser, il avait déclaré stupidement, fier comme Artaban: «Dans mon pays, en Union des Comores, nous avons réussi en un an, à en enrayer les pénuries d’électricité et aux [Sic: «Les»] délestages permanents qui plombaient notre économie, nos entreprises et nos foyers, et à sortir le pays d’une longue crise de l’énergie». Or, partout, les Comoriens vivent toujours dans le noir.

Vous imaginez les Comoriens sans leurs ailes de poulets, «le caviar des Comores»? Eh bien, ce n’est plus de la fiction, mais la triste vérité. Aujourd’hui, pour pouvoir acheter un carton d’ailes de poulets de 10 kg à 40 euros, on fait la queue pendant 4 heures, et quand on a enfin le fameux «caviar des Comores», il faut prier pour qu’il ne soit pas un tas de pourriture, à cause des coupures d’électricité pendant des heures, même durant des jours. Même les «Mohéliens» de la dictature de Mitsoudjé, le fugitif international Hamada Madi Boléro en tête, pleurent de colère parce que la pénurie de leur «caviar des Comores» perturbe le rythme de leurs pique-niques dans le nouveau Quartier général (QG) du bandit à l’Oasis, à Moroni.

Pendant que les Comores ont littéralement coulé au fond de l’océan Indien, le dictateur Assoumani Azali Boinaheri parade et danse à Itsikoudi-Oichili, comme si c’était la priorité du moment. A-t-il vraiment besoin d’y aller alors que le pays est au fond du trou? Il aime aller chez autrui et prétendre après qu’il est aimé. Est-il vraiment désespéré à ce point? Ne voit-il pas encore de la part du peuple comorien le rejet total et définitif de sa misérable personne et de sa politique de mort?

Oui, de mémoire de Comorien, le pays n’avait jamais atteint ce niveau de misère noire, de désespoir, de désespérance, de pessimisme et de puanteur de la mort. Son régime politique est synonyme de mort et pue la mort. Toutes les conditions de sa chute sont déjà réunies. Le baobab ne tombe jamais sous l’effet du vent. Les Comoriens attendent le lever du soleil qui annoncera son renversement sanglant. S’il part aujourd’hui, de lui-même, il aura la vie sauve. En s’arcboutant au pouvoir comme il le fait, il aiguise le couteau qui lui tranchera la gorge et enduit d’ail pour une infection immédiate la balle qui lui est destinée.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 22 août 2021.

Powered by WPeMatico