You are here: Home » Non classé » Décès de l’Emir du Koweït I Tristesse après la disparition d’un défenseur de la fraternité inter-arabe

Décès de l’Emir du Koweït I Tristesse après la disparition d’un défenseur de la fraternité inter-arabe

image article une

Des obsèques officielles réduites au strict minimum ont eu lieu hier à Koweït City. Le corps de Cheikh Sabah Al-Ahamad Al-Jaber Al-Sabah, arrivé des Etats-Unis, a été inhumé dans l’intimité au cimetière royal Sulaibikhat après une prière mortuaire à la grande mosquée Bilal Ben Rabah, et dirigée par le nouvel émir investi, Cheikh Nawaf Al-Ahamad Al-Jaber Al-Sabah. Le gouvernement comorien, par la voix de son porte-parole, Houmed M’saidie, a présenté hier ses condoléances “au peuple frère du Koweït”.

L’émir du Koweït, Cheikh Sabah Al-Ahamad Al-Jabir Al-Sabah, décédé mardi 29 septembre, a été inhumé hier à Koweït City dans l’intimité. Les obsèques officielles, réduites au strict minimum, avaient eu lieu en présence de l’émir du Qatar, Cheikh Tamim Bin Amad Al-Thani, ainsi qu’un représentant de Cheikh Khalifa Bin Zaid Al-Nahyane et de hauts dignitaires arabes.

«Sa sagesse» et «sa générosité»

Le corps de Cheikh Sabah Al-Ahamad Al-Jaber Al-Sabah, arrivé des Etats-Unis, a été inhumé au cimetière royal Sulaibikhat après une prière mortuaire à la grande mosquée Bilal Ben Rabah, et dirigée par le nouvel émir investi, Cheikh Nawaf Al-Ahamad Al-Jaber Al-Sabah.

La nouvelle du décès de l’émir a été accueillie avec beaucoup de tristesse notamment dans le monde arabe. Cheikh Sabah Al-Ahamad Al-Jaber Al-Sabah a été considéré comme “un faiseur de paix” et un fervent défenseur de la fraternité et de l’amitié inter-arabes. “C’est un homme toujours guidé par l’amour pour la Umma arabe”, a affirmé hier Yahaya Mohamed Illiassa, conseiller du chef de l’Etat chargé du Monde arabe qui avait assisté à son investiture officielle en tant qu’émir en 2006.

Depuis 1978

Les Nations-Unies, dans un communiqué publié à New-York, ont salué « sa sagesse » et « sa générosité » qui lui ont hissé au rang “de grand médiateur” dans la recherche de solutions aux conflits qui déchirent la région. “L’Union des Comores perd un grand et précieux ami, qui a toujours œuvré pour le rapprochement et la consolidation des liens unissant les deux pays”, a indiqué un communiqué du ministère comorien des Affaires étrangères.

L’émir défunt s’était toujours posé en équilibriste et a contribué à désamorcer des crises entre pays arabes. “Cheikh Sabah cherchait toujours à concilier les positions et réconcilier les nations arabes, c’est une grande perte pour le Monde arabe”, a souligné l’ancien ambassadeur des Comores au Caire, Ali Mohamed Dia, qui a salué “le rôle moteur” qu’a joué l’émir dans le renforcement des liens de coopération entre les Comores et l’Emirat du Koweït.

“Nos relations remontent juste après notre accession à l’indépendance en 1975”, rappelle Yahaya Mohamed Illiassa. “Le Koweït a accompagné les Comores dans la mise en place de nos premières institutions après l’adoption de la constitution de 1978”, ajoute l’ambassadeur Ali Mohamed Dia. “Et depuis, nous avons toujours bénéficié du soutien du Koweït. L’émir, à l’époque, a été ministre des Affaires étrangères et a joué un grand rôle dans notre adhésion à la Ligue arabe en 1993”, ajoute-t-il.

La coopération entre les deux pays s’est renforcée au fil des décennies. En plus de son soutien constant à l’unité et à l’intégrité des Comores, l’émir Cheikh Sabah Al-Ahamad Al-Jaber Al-Sabah s’était fait l’avocat de l’archipel au sein du palais royal en facilitant l’exécution de nombreux projets de développement dans divers domaines : infrastructures routières, formation, énergie, santé, sécurité alimentaire.

Le Fonds koweitien de développement (Fkd) a soutenu d’importants programmes au début des années 1980. “Plusieurs chantiers routiers dans la région de Mbadjini ont été financés par le Koweït”, nous dit l’ambassadeur Dia, ajoutant que “le Koweït est l’un des meilleurs partenaires des Comores”.

Un panel de projets sectoriels

En 2013, le Koweït a grandement facilité l’adhésion des Comores au Fonds arabe pour le développement économique et social (Fades) à la suite d’une demande formelle faite par l’ancien vice-président en charge des Finances, Mohamed Ali Soilihi. L’adhésion a permis au pays d’être éligible à de nombreux fonds comme ceux utilisés en partie pour l’acquisition des groupes électrogènes remis à l’ancien Ma-Mwé en 2015 et le financement des programmes dans les secteurs de l’eau et de l’énergie.

En 2014, le Fonds koweitien de développement a débloqué l’équivalent de 2 milliards de francs comoriens destinés à soutenir des micro-projets dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche, de l’aviculture et de l’élevage. Le projet vise à promouvoir la sécurité alimentaire. Les fonds, complétés par d’autres injectés par le gouvernement comorien, ont été confiés à la structure Amie (Appui à la création des microentreprises).

En 2018, les relations entre les Comores et le Koweït se sont renforcées à la suite de la visite d’Etat du président Azali Assoumani (notre photo) à l’issue de laquelle de nombreux projets en faveur du pays avaient obtenu l’aval de l’émir Cheikh Sabah Al-Ahamad Al-Jaber Al-Sabah. Un accord de coopération a été signé avec un panel de projets à la clé dans les secteurs de la santé, de la formation professionnelle et la géothermie. Les deux pays ont mis en place une commission mixte.

La visite d’Etat de 2018

Des Ong koweitiens comme Aid Direct soutiennent des projets aux Comores. “Nous travaillons avec le Croissant-rouge du Koweït dans divers programmes, que ça soit dans la santé, l’éducation”, a admis le président du Croissant-rouge comorien (CrCo), Ali Hassani Soilihi. “Après le cyclone Kenneth, le Koweït a remis une aide alimentaire de 40 tonnes, il nous a aidés à prendre en charge les premiers soins d’urgence sur l’ensemble des trois îles, on a travaillé par exemple dans les écoles pour sensibiliser les jeunes sur la Covid-19”, a-t-il mentionné.

D’autres projets sont déjà exécutés comme la salle multifonction construite à Ndzuani ou le centre de formation professionnelle inauguré à Shuwani-Hambu. Une dizaine de boursiers comoriens poursuivent des études au Koweït. L’émir défunt avait exprimé sa volonté de prendre part au projet en cours de construction du centre hospitalier universitaire El-Maarouf. Le pays soutient d’autres projets de renforcement des capacités de l’administration comme la réhabilitation du bâtiment du Trésor public. Un projet de construction d’un internat a été négocié.

“Ce sont des projets en discussions”, a précisé hier au téléphone l’ambassadeur des Comores au Koweït, El-Anrif Saïd Hassane, qui a annoncé la construction prochaine à Moroni “d’un monument représentatif” de la coopération entre les Comores et le Koweït.

“Il y a d’autres projets négociés par le chef de l’Etat, Azali Assoumani, dans le domaine de la santé, de l’énergie et de la formation technique et professionnelle”, a ajouté l’ambassadeur qui a reconnu “la sympathie et l’amitié hors du commun” qu’a toujours gardé l’émir Cheikh Sabah Al-Ahamad Al-Jaber Al-Sabah à l’égard des Comores. Le gouvernement, par la voix de son porte-parole, Houmed M’saidie, a présenté hier ses condoléances “au peuple frère du Koweït”.

A. S. Kemba

Powered by WPeMatico