You are here: Home » Actualité » Dès 2014, Moustoifa Saïd Cheikh était un mort politique

Dès 2014, Moustoifa Saïd Cheikh était un mort politique

Dès 2014, Moustoifa Saïd Cheikh était un mort politique

Les années passées ne l’ont pas sauvé de la mort politique

Par ARM

      Pauvre Moustoifa Saïd Cheikh dit Tonton Moustoifa! Pour comprendre comment il est tombé dans le piège politique d’un «gouvernement de transition en exil, de condoléances et de félicitations», il conviendrait de relire cet article qui lui avait été consacré le jeudi 19 juin 2014 par votre site préféré.

«Moustoifa Saïd Cheikh ne sait même pas que le Mur de Berlin est tombé»

Moustoifa Saïd Cheikh, une momie politique fossilisée sort de son sarcophage

Par ARM

      Le mercredi 18 juin 2014, quand j’ai eu sous mes yeux le décret nommant Moustoifa Saïd Cheikh Conseiller politique du Président Ikililou Dhoinine, j’avais trouvé cette nomination tellement fantaisiste et folklorique et tellement saugrenue et catastrophique que j’avais décidé de ne même pas m’intéresser à elle. Je voulais m’éviter d’inutiles maux de tête. Je voulais m’éviter des colères. Je voulais m’éviter des coups de sang. Je voulais m’éviter une montée de tension pouvant s’avérer fatale. À quoi bon perdre du temps sur une provocation, la plus grande provocation du chef de l’État? J’avais décidé de boycotter cette nomination surréaliste et surannée sur le plan politique et médiatique. Je ne voulais même pas y penser. Je ne voulais pas en parler. Je voulais oublier ce cauchemar. La décision s’était imposée d’elle-même: ne rien écrire sur cette provocation.

Mais, voilà, un ami très bavard sur Internet qui, pour une fois s’exprime sous couvert de l’anonymat, car il entretient des relations personnelles avec le revenant, est venu jeter de l’huile sur le feu en me lançant sadiquement et méchamment à la figure: «ARM, est-ce vrai que le Président Ikililou Dhoinine a osé nommer Moustoifa Saïd Cheikh Conseiller politique à la Présidence de la République? C’est très grave car Moustoifa Saïd Cheikh est totalement déconnecté des réalités politiques du monde. Il ne sait pas que Pol Pot ne commet plus son génocide au Kampuchéa démocratique et qu’il est mort après avoir causé la mort de 2 millions de personnes dans un effroyable génocide. Il ne sait pas qu’Enver Hodja n’est plus de ce monde. Il ne sait pas que Mao Tsé Toung est mort. Il ne sait pas que l’Union Soviétique a implosé et que Mikhaïl Gorbatchev n’est plus Président. Il ne sait pas que le Mur de Berlin est tombé. Voilà un homme qui est parti de l’extrême-gauche à la direction des prières dans une mosquée d’Itsandra. Il a laissé quoi comme héritage politique aujourd’hui? Rien du tout. Même les initiales du FD pour Front démocratique ne valent rien aujourd’hui. Quel échec! Et c’est à lui que le Président Ikililou Dhoinine confie la direction politique du pays, donc à un homme dont le disque dur est complètement déconnecté? C’est la plus grande bêtise que le Président Ikililou Dhoinine pouvait commettre, et il vient de la commettre. Comment va-t-il gérer ce garçon ingérable? Ça y est, maintenant, je suis définitivement convaincu qu’il va y avoir du sport sur la scène politique comorienne. Nous allons rire comme des gamins».

Pour rire, on rit. Et ce qui fait rire le plus dans l’affaire, c’est que le Front démocratique (FD) de Moustoifa Saïd Cheikh est la coquille vide dont se sert Idriss Mohamed Chanfi du Comité prétendument Maoré pour manifester son inextinguible haine envers son ennemi intime, Hamada Madi Boléro. En effet, la détestation viscérale du FD envers Hamada Madi Boléro est un sujet de plaisanteries grivoises, huileuses et grasses. On se demande comment le chef du Front de la haine va cohabiter avec l’objet de sa belle haine «républicaine». C’est tout simplement merveilleux, et le Président Ikililou Dhoinine vient de gagner des galons de chasseur-berger faisant cohabiter loups et agneaux. Après ça, on s’étonne que le régime politique comorien soit gaga de la tête. C’est du jamais vu, dans un pays où pullulent de vrais talents, frais et jeunes, aller faire sortir de son sarcophage une momie politique complètement fossilisée! Comme l’a dit mon ami, c’est la plus grande provocation qui manquait à la panoplie du parfait provocateur qu’est le Président Ikililou Dhoinine: faire sortir du sarcophage une momie politique complètement fossilisée, avec ses bandelettes et tout et tout!

Un dinosaure, ça passe encore, mais une momie fossilisée dans un sarcophage politique! Il fallait le faire. Et comment gérer cet homme d’un autre âge, à la francophobie bien arrêtée, notamment face au réaliste Hamada Madi Boléro, qui a toujours reconnu la valeur du partenariat avec la France? Une chose est certaine: on va rire. Et c’est vraiment maintenant qu’on va commencer la franche rigolade. Bon courage et bien du plaisir, Mesdames et Messieurs. En effet, Moustoifa Saïd Cheikh est une vraie bombe ambulante, aimant mettre ses doigts un peu partout, fouiller dans les dossiers des autres, rapporter les petits commérages, ragots de bouiboui, bruits de couloirs et rumeurs de bouchère.

Le jour de sa nomination, il y eut la réception d’un Ambassadeur à Beït-Salam, et il avait fallu lui tenir la main pour l’installer à la place qui lui était réservée, parce qu’il voulait s’installer à la place du Président de la République. Naturellement, il a fallu poser la question au chef de l’État pour connaître les raisons de cette nomination abracadabrantesque. Et là, on est mort de rire parce que le chef de l’État avait eu ce mot joyeux: «Ça se voit que ce n’est pas vous qu’on embête. Ça se voit que ce n’est pas vous qu’on sollicite matin, midi et soir pour cet homme. Ça se voit que ce n’est pas vous qu’on vient dire chaque que cet homme doit avoir les moyens de pouvoir manger. J’étais fatigué par le défilé de ces délégations, et j’étais obligé de le nommer à ce poste bidon. Mais, attention: il faudra m’aider à faire face à ses invasions. En dehors des séances de photos officielles, tenez-le très loin de moi. Je ne veux pas d’invasion dans mon bureau. Une nomination alimentaire ne doit pas se retourner contre moi. Je compte sur chacun d’entre vous». Nous voilà donc rassurés.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 19 juin 2014.

© www.lemohelien.com – Samedi 10 juillet 2021.

Powered by WPeMatico