You are here: Home » Actualité » Des journalistes comoriens à des journalistes français

Des journalistes comoriens à des journalistes français

Des journalistes comoriens à des journalistes français

Deux journalistes français arbitrairement arrêtés à Moroni

Par ARM

     Sur le site de nombreux organes de la presse française, on lit le lugubre texte suivant: «Deux journalistes français ont été arrêtés samedi 20 avril aux Comores où ils couvraient les tensions dans le pays depuis la réélection contestée du président Azali Assoumani, a rapporté Reporters sans frontières (RSF). Louis Witter, photoreporter pour l’agence Pictorium, et Cyril Castelliti, journaliste indépendant, sont présents dans l’archipel depuis le 4 avril, précise RSF dans un communiqué. Le motif de leur arrestation est pour l’heure inconnu. “RSF exige la remise en liberté immédiate de ces deux journalistes qui sont aux Comores depuis deux semainesˮ, déclare Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF, dans un communiqué.

“Leur arrestation s’inscrit dans une série inédite d’atteintes à la liberté de la presse ces dernières semaines dans l’archipel. La multiplication des intimidations, arrestations et censure de journaux ne fera qu’amplifier une crise dont les journalistes ne sont en aucun cas responsables. Ils n’en sont que les témoinsˮ, ajoute-t-il».

Pour sa part, Radio France Internationale (RFI) rappelle dans ses éditions de ce dimanche 21 avril 2019 que l’Union africaine (UA) conteste «la crédibilité» de cette «élection contestée» du dimanche 24 mars 2019.

On l’aura compris: la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé continue sa descente aux enfers. Chaque jour, elle amplifie la crise majeure dans laquelle elle s’est jetée pour satisfaire la boulimie et l’obsession de pouvoir d’un dictateur dont la folie devient chaque jour visible aux yeux des Comoriens et de la communauté internationale. Les «sociologues» à la noix de coco que sont Msa Ali Djamal et Issa Abdou Salami devraient susurrer à l’oreille de leur dictateur préféré cette belle citation de Victor Hugo: «On résiste à l’invasion des armées, on ne résiste pas à l’invasion des idées».

Le mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger», après s’être créé un ennemi en chaque Comorien aimant son pays, défie maintenant la communauté internationale. En même temps, ceux qui, à l’étranger, avaient des doutes sur la répression sanglante qui sévit aux Comores viennent d’avoir un aperçu du triste spectacle dont les Comoriens et maintenant des Français sont les victimes au quotidien.

La presse aux ordres signale que les deux journalistes français vont être chassés des Comores «sans gâteau» ce dimanche 21 avril 2019. C’est triste. C’est très triste. C’est très malheureux de voir les Comores être transformées ainsi en mouroir de non-Droit.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 21 avril 2019.

Powered by Comores infos