You are here: Home » Actualités » Destitutions des Maires élus. Relations crispées entre le Ministère de l’Intérieur et les Autorités insulaires d’Anjouan

Destitutions des Maires élus. Relations crispées entre le Ministère de l’Intérieur et les Autorités insulaires d’Anjouan

Dans ses discours, le Gouverneur Salami avait affirmé que le maire légitime à son égard à Anjouan est celui de Mutsamudu. Depuis, une campagne de destitution des maires élus qui ne sont pas de son parti Juwa a été lancée par les Autorités d’Anjouan. Suite à ces destitutions controversées des maires élus, les relations sont tendues entre le Ministère de l’Intérieur qui juge illégales ces actions et les Autorités insulaires d’Anjouan qui ne fléchissent pas.   
 
Destitutions des Maires élus. Relations crispées entre le Ministère de l’Intérieur et les Autorités insulaires d’Anjouan
 
Après la Commune de Sima, le PIGN (Peloton d’Intervention de la Gendarmerie Nationale) a dû intervenir le 18 et le 19 janvier dans les Communes de Mramani et de Bandrani Chirokamba pour réintégrer de leurs fonctions les deux maires élus destitués par le gouvernement insulaire de Salami. 
 
A Mramani, le PIGN a remis les nouvelles clés et le matériel du bureau au Maire élu, Mr Chaouhane Mzidou, qui a été destitué par les Autorités insulaires d’Anjouan. Mais dans la nuit de 18 janvier, les hommes de Salami, en présence des conseillers et de la Secrétaire Générale du Gouvernorat, Mme DHOURIA, ont investi la Mairie de Mramani. Ils ont forcé les serrures de la mairie et sont partis avec le matériel fourni par le PIGN pour le cacher chez le Député Nassim en exercice.
 
Destitutions des Maires élus. Relations crispées entre le Ministère de l’Intérieur et les Autorités insulaires d’Anjouan
Mme DHOURIA, Secrétaire Générale du Gouvernorat d’Anjouan
 
Actuellement, trois conseillers ont été arrêtés pour infractions et troubles à l’ordre public. Un mandat d’arrêt serait lancé contre la Secrétaire Générale du Gouvernorat, Mme DHOURIA qui a pris la fuite. Quant au Député Nassim impliqué dans ce désordre public, il bénéficie d’une immunité parlementaire.  Des voix s’élèvent pour appeler l’Assemblée nationale à lever son immunité.  Affaire à suivre…
Soulaima Bacar,
Depuis Mramani.

Powered by Comores infos