You are here: Home » Non classé » Deuxième session ordinaire 2020 I Trente-trois projets de lois adoptés en trois mois

Deuxième session ordinaire 2020 I Trente-trois projets de lois adoptés en trois mois

Politique |  31/12/2020 –

image article une

La session d’octobre 2020 a été clôturée hier. Dans son discours de clôture, le président de l’Assemblée nationale, Moustadroine Abdou a annoncé qu’au “total 33 textes de loi ont été adopté et six d’entre eux avaient été déposés au cours de la précédente session”. Des lois qui “traduisent le souci du gouvernement, et de la représentation nationale, de répondre aux attentes légitimes de la population”.

Les élus de la Nation se sont réunis hier à l’hémicycle pour la cérémonie de clôture de la session ordinaire d’octobre 2020. Devant les membres du gouvernement et des représentants du peuple, le président de l’assemblée, Moustadroine Abdou a montré sa fierté de clore la deuxième session ordinaire annuelle dans un climat de paix. Pour la première fois de l’histoire du parlement comorien, trente textes ont été adoptés en trois mois. “Au total 33 textes de loi ont été adoptés et six d’entre eux avaient été déposés au cours de la précédente session […] un record dans l’histoire de notre agenda parlementaire”. Pour Moustadroine Abdou, “les nouvelles lois qui viennent d’être adoptées traduisent le souci du gouvernement, et de la représentation nationale, de répondre aux attentes légitimes de la population”. 

Le patron du parlement a énuméré certaines lois adoptées. Il s’agit de “la loi des finances 2021. qui va permettre au pays de surmonter les conséquences négatives de la crise sanitaire de la Covid-19 sur l’économie du pays et sur les conditions de vie de la population. Le nouveau code d’investissements exprime la volonté de créer un cadre économique et fiscal incitatif, à même de drainer et de contenir les flux financiers annoncés par les partenaires du pays. La réforme de l’organisation judiciaire et du code pénal du pays répond assurément aux recommandations pertinentes des assises nationale, etc.” Le président de l’Assemblée souhaite que l’année 2021, soit une année de chantiers. “L’année 2021 va commencer avec la mise en œuvre de plusieurs programmes de construction et de réhabilitation de routes, de ports, de digues, de logements sociaux dont les financements sont en grande partie disponibles grâce aux accords déjà négociés”. 

Il a, par ailleurs, condamné le comportement de certaines personnes “malveillantes qui accusent le gouvernement d’emprisonner des politiciens”. “On a entendu des gens malintentionnés accuser le chef de l’Etat et son gouvernement d’avoir jeté en prison deux personnalités politiques innocentes, pour des raisons politiques”. Sur les affaires de Sambi et Salami, Moustadroine Abdou a fait savoir que “l’un d’entre eux, actuellement en résidence surveillée est sous le coup d’une procédure judiciaire, pour des faits de détournement de fonds publics”.

Et de poursuivre que “le rapport d’enquête parlementaire sur le programme de citoyenneté économique qui l’a accablé est le résultat d’une résolution qui avait été votée à l’unanimité des membres de l’assemblée dans laquelle le président Azali ne pouvait compter que sur un seul député. Une large majorité des députés de l’époque, toutes tendances politiques confondues ont voté ladite résolution”.

En ce qui concerne l’ancien gouverneur Salami, Moustadroine Abdou déclare que ce dernier est “placé sous mandat de dépôt, car il fait l’objet d’une poursuite judiciaire dans une grave affaire de tentative de déstabilisation du pays, visant à replonger l’île de Ndzuani dans le séparatisme. Leurs sorts […] relèvent de la seule responsabilité des autorités judiciaires et non des autorités politiques du pays”.

À la sortie de l’hémicycle, le porte-parole du gouvernement, Houmed Msaidie a salué le courage des parlementaires qui ont voté une trentaine de lois. “La session s’est bien déroulée. Les députés ont adopté une trentaine de lois. Il y a eu des débats et en commission et en session plénière. Les projets de lois ont été examinés à la loupe. Mais le climat qui a prévalu, c’est de permettre au gouvernement d’aller de l’avant”, dit-il.

Chamsoudine Saïd Mhadji 

Powered by WPeMatico