You are here: Home » ÉDUCATION » Disparition des scientifiques au lycée de Mitsamiouli

Disparition des scientifiques au lycée de Mitsamiouli

Cet article Disparition des scientifiques au lycée de Mitsamiouli peut être consulté sur VIDÉOS-INFOS-FOUMBOUNI.

« Je crois qu’il est temps de réagir comme nos collègues anjouanais. Au lieu de grever, disons qu’il s’agit avant tout de l’avenir de nos enfants qui est mis enjeu. Toutefois, les cadres, les intellectuels de Mitsamiouli ne doivent pas rester indifférents car c’est la survie de l’établissement où ils ont tous appris qui est menacée »,

a montré Ibrahim Abbas, enseignant chercheur de l’Université des Comores.

Au nez et à la barbe de tout le monde, durant ces dernières années, les séries scientifiques sont en passe de trouver leurs épilogues au lycée de Mitsamiouli. Le taux des candidats, plus particulièrement celui des scientifiques, à l’examen national baisse d’une année à une autre, une situation alarmante qui risque à la va-vite de prendre le dessus. Mais, cette année tout est alarmant. Sur les 170 élèves du « lycée de Mitsamiouli » qui sont candidats cette année pour le baccalauréat, aucun élève ne se porte candidat de la série D ou C. Un lycée que, selon l’ancien proviseur, Abdoulkarim Hassani, on comptait jadis plus de deux à trois terminales scientifiques, soit plus de quarante-cinq candidats à chaque année. « Avant on comptabilise parfois une soixantaine de scientifiques. Pourtant, c’étaient des périodes où il n’y avait pas assez d’élèves. La cause de cette menace est le manque de contrôle dans les établissements privés. Ainsi, lorsque les élèves se sentent incapables à valider les années scolaires, le lycée est devenu un issu de secours avec des faux bulletins », a révélé Abdoulkarim Hassani, ancien proviseur du lycée de Mitsamiouli.
Quant à Mohamed Ismail, élève dudit lycée et qui se portera candidat de la série A1 cette année, cette disparition des scientifiques est due à un manque d’encadrement au sein de la ville, de la région. Raison pour laquelle

« après avoir passé deux ans en série D sans réussite à cause du défaut d’encadrement, je finis actuellement par abandonner la série scientifique »,

s’est expliqué Mohamed Ismail.
Salim Hassane, alias Nanto, enseignant de science naturelle et fondateur de l’Association Maison d’Etude de Mitsamiouli où des élèves sont préparés pour les séries scientifiques il y a dix ans, a montré que ce fléau est d’une part provoqué par les élèves.

« J’accuse avant toute chose la négligence des élèves dans toutes les matières et surtout les matières scientifiques. Avant à Mitsamiouli, il n’y avait pas de bibliothèque, et également il n’y avait pas beaucoup de scientifiques comme maintenant où on peut compter un certain nombre de jeunes qui sont aptes à donner des coups de main sur le domaine scientifique »,

a constaté ce ressortissant de l’Université des Comores. Afin de justifier cette négligence, Nanto a affirmé que la Maison d’Etude présente au maximum dix scientifiques au baccalauréat, pourtant il encadre gratuitement les élèves. Toutefois, il juge nécessaire l’implication de la mairie de Mitsamiouli dans l’enseignement, afin d’éradiquer le fléau.

« Egalement les établissements privés fantômes dans la région contribuent beaucoup à cette disparition. A cause du manque de contrôle de la part du ministère, certains établissements acceptent la falsification des bulletins scolaires. Je crois que si la mairie s’y implique scrupuleusement, tout peut changer »,

a-t-il espéré.
Quant à Ibrahim Abbas, enseignant chercheur de l’Université des Comores, deux cadres sont à tout prix revoir le problème sur deux cadres, pédagogique et administratif, car la survie du lycée en dépend. Dans le cadre pédagogique,

« il faut affecter au lycée de Mitsamiouli des professeurs scientifiques de référence dans le pays. Je ne suis pas en train de remettre en cause nos collègues qui enseignent au lycée de Mitsamiouli. Il ne suffit pas d’avoir des bons professeurs, mais il faut des professeurs qui ont une réputation dans le pays, ce qui attirera les élèves »,

a proposé Ibrahim Abbas. Pour le cadre administratif, il a montré qu’il faudra également des gens dans l’administration qui seront capables de préserver l’établissement, avant d’ajouter que les grèves sont encore devenues une monnaie courante, ce qui incite les élèves à mettre les voiles.

« Je crois qu’il est temps de réagir comme nos collègues anjouanais. Au lieu de grever, disons qu’il s’agit avant tout de l’avenir de nos enfants qui est mis enjeu. Toutefois, les cadres, les intellectuels de Mitsamiouli ne doivent pas rester indifférents car c’est la survie de l’établissement où ils ont tous appris qui est menacée »,

a-t-il soutenu.
YA_LATUF

Nazir Nazi

Cet article Disparition des scientifiques au lycée de Mitsamiouli est apparu en premier sur VIDÉOS-INFOS-FOUMBOUNI.

Powered by Comores infos