You are here: Home » Uncategorized » Djaé Ahamada Chanfi, Conseiller diplomatique. Rions

Djaé Ahamada Chanfi, Conseiller diplomatique. Rions

Djaé Ahamada Chanfi, Conseiller diplomatique. Rions

L’écailleur de poissons, devenu spécialiste en diplomatie?

Par ARM

     Sambiste lors de la présidence d’Ahmed Sambi.

Dhoininiste lors de la présidence d’Ikililou Dhoinine et de ses Mohéliens de Bête-Salam.

Boinaheriste sous le régime politique «Mabawa» («Ailes de poulets» pour les grillades) du «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger».

Tel est Djaé Ahamada Chanfi dit Mna Djaé, le Petit Djaé.

L’horrible surnom lui est resté non pas parce qu’il ne prend pas de l’âge, mais parce qu’il est resté dans la petitesse. Il est resté petit. On aurait pu lui donner deux salles remplies de billets de 500 euros qu’il resterait dans la petitesse. Voilà un ancien Professeur de Collèges en banlieue parisienne qui, toute honte bue, se présente aux Comores avec le titre de «Professeur des Universités». Mna Djaé, «Professeur des Universités»? Allons, allons… Ce haïssable et méprisable individu fade, sans couleur, ni odeur, ni saveur, ni relief, ni charisme a juste un «atout», un seul «atout»: sa grande gueule. Oui, Monsieur a la grande gueule. C’est cette grande gueule qui lui permet de manger à tous les râteliers, sans avoir la moindre conviction politique.

     Il vient d’être nommé «Conseiller diplomatique» du «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri. D’accord. Mais, il est «Conseiller diplomatique» parce qu’il a étudié la Diplomatie? Non! Ah! Alors, il est «Conseiller diplomatique» parce qu’il travaille au sein de l’appareil diplomatique? Non! Ah! Il est «Conseiller diplomatique» parce qu’il est lèche-cul et sait tellement y faire que quand il n’est pas lèche-cul, il pique des crises existentielles. Cependant, cette fois-ci, il est allé très loin, en choisissant de lécher le cul d’un dictateur incompétent, corrompu et fou qui est en train de tuer un pays par la violation constante du Droit, l’inconstitutionnalité, l’installation de l’instabilité institutionnelle et politique, le mépris, la violence, les menaces et les injures envers les Comoriens.

C’est Ahmed Sambi qui a tiré Djaé Ahamada Chanfi de l’anonymat et de la médiocrité, et ce, non pas pour reconnaître en lui un quelconque talent ou compétence, mais pour le consoler à la suite d’un drame le touchant. Monsieur en profita pour se prendre pour une star. Sous Ikililou Dhoinine, Monsieur a même voulu chasser de la présidence de l’Assemblée Bourhane Hamidou, alors que le Président de l’Assemblée est élu pour la durée de la législature. Quand ses agissements furent dénoncés ici même, il se lança dans des pleurnicheries larmoyantes, qualifiant d’«ami et grand frère» celui qu’il voulait transformer en victime. Sous la deuxième dictature du bambochard Assoumani Azali Boinaheri, il choisit le camp de l’inconstitutionnalité, de la mendicité, de la servilité obséquieuse et de la rupture totale et définitive avec le peuple.

Les Comoriens rejettent les «asseyez-vous et taisez-vous!»? Djaé Ahamada Chanfi les soutient pour l’argent. Les Comoriens rejettent la mise à mort de la Cour constitutionnelle? Djaé Ahamada Chanfi applaudit et pérore. Les Comoriens rejettent le référendum anticonstitutionnel de la mort des Comores? Djaé Ahamada Chanfi, ravalé au rang de petit trou du cul, se répand en bavardages et ramages destinés à faire admettre l’inadmissible. Rejetant toute forme de conviction, dans la mesure où il n’en a jamais eu, il se dénude chaque jour dans la rue pour tenter de ne pas enseigner dans un collège et gagner dignement et honnêtement sa vie, mais en quémandant auprès du dirigeant du jour. Il est vrai qu’il a mieux réussi que Madame Saïd Larifou, condamnée à être le porte-parole perpétuel de tout ce que les Comoriens maudissent: porte-parole des «asseyez-vous et taisez-vous!», porte-parole de la mouvance présidentielle, la sinistre «majorité minoritaire»… Pauvre chérie!

Il y a deux catégories de Comoriens: les Comoriens qui aiment leur pays et les Comoriens qui n’aiment pas leur pays. Djaé Ahamada Chanfi a choisi de ne pas aimer son pays. Cela ne sera jamais oublié, et il arrivera le jour où il ne pourra plus passer entre les jambes du dirigeant du pays et de son épouse. Ce jour-là arrivera…

On dit doctement aux Comoriens que Djaé Ahamada Chanfi succède à l’ivrogne national Mohamed Issimaïla, devenu porte-parole de Bête-Salam. Mais, être porte-parole de Bête-Salam ne peut jamais être un métier à plein temps aux Comores, quand il faut juste blablater une fois par mois? Djaé Ahamada Chanfi est «Conseiller diplomatique», alors qu’il parle un «français manioc», un «français façon-façon»? Quelle médiocrité! Il fut un temps, il avait promis un billet d’avion Paris-Hahaya et Hahaya-Paris au rédacteur de ce site Internet en contrepartie d’un article de complaisance à sa gloire et contre Youssouf Boina, dont les mérites personnels sont mille fois plus sérieux et consistants. Youssouf Boina a tout notre respect, et cela depuis longtemps, Djaé Ahamada Chanfi notre mépris, et cela depuis longtemps.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 15 juin 2018.

Powered by Comores infos