You are here: Home » Actualités » Droit de réponse aux insultes de Juwa contre le président de l'Assemblée de l’Union

Droit de réponse aux insultes de Juwa contre le président de l'Assemblée de l’Union

Je savais très bien et je l’avais dit à plusieurs personnes. J’ai même osé prédire son absence. Pour la seule raison que l’ancien homme fort de l État aime qu’on parle de lui, il n’allait pas prendre part à la cérémonie de Bambao M’tsanga. Franchement, je respecte l’homme qu’il est, le chef religieux qu’il est. Toutefois, je n’ai jamais embrassé sa politique et surtout son envie de minimiser les autres. N’oublions pas qu’il a traité ses adversaires de moustiques, pour montrer leurs “petitesses”. C’est même à la mode pour certains dès ses partisans qui osent traiter les autres de petits socialement! Eux, qui remettent tout à Dieu, oublient vite que c’est Dieu le tout puissant, que devant lui tous les hommes sont égaux? Ou bien pour ces gens, est humain celui qui embrasse leur Politique?
 
Droit de réponse aux insultes de Juwa contre le président de l'Assemblée de l’Union
 
Bref, l’inauguration s’est très bien passée même sans lui et s’il n’est pas venu c’est justement pour faire parler de lui après la cérémonie. Pour nous autres, il n’est pas le seul qui peut faire avancer notre pays. Il y a des milliers des Comoriens qui ont de bonnes idées pour notre belle nation. D’ailleurs, des gens meilleurs ont donné plus cher pour ce pays. Les uns ont perdu la vie, les autres sont devenus des personnes à mobilité réduite. Et pourtant, on parle d’eux rarement. Alors, passons!
 
Seulement, il ne faut plus que le mensonge soit la seule arme de ce parti. Dans un article, un des cerveaux du parti Juwa traite le président de l’Assemblée de l’union de petit par rapport à Sambi. Nous ne sommes pas étonnés de ses propos, le mensonge et les insultes sont les seuls arguments du clan. Mais le plus ridicule est le fait que l’auteur de l’article ne va pas au bout de son argumentation. Il tente de faire croire aux gens que le président de l’Assemblée de l’union est très détesté dans son village. S’il n’est pas apprécié à Adda, par une minorité, c’est parce qu’il veut garder les valeurs qu’on lui inculquées: la justice et le respect des textes! Il est quand même le président de l’Assemblée de l’Union.
 
L’affaire qui enrage les sambistes, a débuté suite à une plainte d’un candidat aux élections des conseillers à la cour constitutionnelle contre le conseiller Erdine. Ce dernier, alors âgé de seulement 22 ans aurait falsifié son extrait de naissance, avec la complicité de son clan, pour pouvoir se présenter aux élections. Des élections qu’il remporta! Le conseiller perdant finit par avoir raison et la cour constitutionnelle mit fin aux pouvoirs du conseiller tricheur.
 
Un Président de l’Assemblée, élu ne peut destituer un autre élu comme lui. Seule la cour a ce pouvoir. Alors, que Juwa cesse de prendre les gens pour des imbéciles.
 
À la suite de la décision de la cour, une partie du parti Juwa entama une propagande fondée sur le mensonge comme ils savent très bien le faire. Où est donc la faute du président de l’Assemblée nationale? Le clan Juwa prétend, comme il est écrit noir et blanc sur l’article, que c’est le président de l’Assemblée qui prive cette circonscription de son conseiller, mauvaise foi ou ignorance! À ma connaissance, ce n’est pas l’assemblée que préside le docteur Abdou Ousseni qui doit organiser ces élections.
 
Pour ces gens, les autres personnalités de ce pays ne valent rien. Dans l’article, l’auteur s’attaque aux deux présidents et au vice-président Dhoulkamal sur une autre affaire cette fois-ci avec… Mohamed Bacar.
 
MAUVAISE FOI QUAND TU NOUS TIENS!
Mohamed Mboiboi Kaembi

Powered by Comores infos