You are here: Home » Actualité » Du bulldozer de Mayotte aux camions incendie à Mohéli

Du bulldozer de Mayotte aux camions incendie à Mohéli

Du bulldozer de Mayotte aux camions incendie à Mohéli

Les Comores privent l’Aéroport de Mohéli de deux camions

Par ARM

       Cette malheureuse affaire prouve que Mayotte a une avance politique d’au moins 50 ans sur les Comores.

Des années 1940 à 1975, Mayotte et Mohéli étaient traitées par la Grande-Comore et Anjouan en brebis galeuses, en moutons noirs et en cafards. Les Mahorais et les plus sérieux des Comoriens ont encore en mémoire la politique criminelle menée à Moroni et qui a poussé Mayotte à rejeter l’indépendance lors du référendum du 22 décembre 1974, afin d’éviter la politique raciste des autorités de Grande-Comore et d’Anjouan. Les Mahorais n’ont pas oublié le jour où ces autorités avaient tenté d’arracher par la force à Mayotte d’un bulldozer présent sur l’île au profit de la Grande-Comore. Un bulldozer! Aujourd’hui, alors que l’indépendance des Comores s’est transformée en cauchemar, Mayotte se développe et s’éloigne chaque jour de la misère des Comores, pays dont la population se déverse sur elle.

Face à l’échec honteux de l’indépendance des Comores, Mayotte nourrit ce pays. Elle apporte une aide multiforme aux Comores. C’est ainsi que l’Aéroport de Mayotte souhaite offrir deux camions incendie à l’«Aéroport» de Mohéli. Les deux camions ont été réformés et sont en très bon état. Seulement, comme aux temps des Pères Fondateurs du Racisme insulaire, des dirigeants de Grande-Comore ont décidé que Mohéli ne devait pas recevoir ce matériel très coûteux que l’Aéroport de Mayotte a la générosité de lui offrir. Pour rappel des Ambulances réformées du Centre hospitalier de Mayotte (CHM) ont été attribuées à l’Hôpital de Moroni et un camion incendie de l’Aéroport de Mayotte à l’Aéroport d’Ouani, à Anjouan. Anjouan et Grande-Comore. Comme toujours… Aucun Mohélien n’avait protesté.

       Aujourd’hui, on dit à Moroni que les deux camions incendie destinés à Mohéli sont usagés, alors qu’ils sont en très bon état, comme le sont les ambulances du CHM offertes à la Grande-Comore, et le camion incendie attribué à l’Aéroport d’Anjouan. Les dirigeants comoriens qui refusent l’aide proposée à Mohéli veulent que celle-ci soit attribuée à l’Aéroport de Hahaya, en Grande-Comore. Et, toute honte bue, le prétendu «ministre» Chabouhane Baguiri veut même récupérer ce matériel, en faire une propriété personnelle et le louer à l’État comorien.

Et le groupe électrogène d’Électricité de Mayotte (ÉDM) parti en Grande-Comore?

Dans cette affaire, les dirigeants grands-comoriens concernés sont très mal inspirés. Ils sont en train de dire aux Mahorais: «Nous sommes méprisants et racistes envers les Mohéliens comme nous l’étions envers vous, les Mahorais. Vous avez eu raison d’avoir refusé de faire partie de notre État raciste, insulaire, tribal et méprisant. Nous méprisons Mohéli, une île des Comores, devant Mayotte, territoire français, sans tirer la moindre leçon de notre Histoire calamiteuse et apocalyptique». Ils occultent tout le mal que leurs pères et leurs oncles ont fait à Mayotte. Cette façon de mépriser les autres donne raison aux Mahorais, qui ont eu l’intelligence de fuir un pays raciste et irresponsable.

Comment peut-on se laisser guider par la haine et le mépris jusqu’à l’incapacité de tirer la moindre leçon d’un passé criminel, douloureux et honteux?

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 16 septembre 2019.

Powered by Comores infos