You are here: Home » Actualités » Du saré pour la Première Dame à Mohéli ce 20 novembre

Du saré pour la Première Dame à Mohéli ce 20 novembre

Du saré pour la Première Dame à Mohéli ce 20 novembre

Accueil à Mohéli le vendredi et annonce de candidature le dimanche

Par ARM

     Que serait Mohéli sans les conjectures, les bruits de couloirs, les rumeurs de bouchères et les saisons de Gnombéni qui passent au sous-sol et dont les effets bénéfiques se ressentent quand même sur la végétation? De nouveau, dans les salons de Mohéli, ça jase sec et ça cancane beaucoup en ce moment. Les Mohéliens sont déchaînés et parlent beaucoup en ce moment. Ils parlent de quoi? Ils parlent de politique et ont une prédilection pour les élections présidentielles et gubernatoriales de 2016. Le dernier potin en vogue sur les places publiques de l’île, notamment à Poteau-central à Djoiezi et Mférédjini à Fomboni, sont en relation avec la rumeur persistante selon laquelle le Vice-président Mohamed Ali Soilihi aurait enfin trouvé son colistier sur l’île de Djoumbé Fatima, et l’heureux élu ne serait autre que le juriste Riziki Djabir. La rumeur est d’une telle force que dans les milieux mohéliens de Moroni également, on ne parle que de ça. Seulement, à Mohéli et dans les milieux mohéliens de Moroni, il n’y a pas que les cancans colportés par «Radio Cocotier». Il y a également la vraie information. Et actuellement, il est une information confirmée et absolument authentifiée qui circule: il est beaucoup question de l’accueil que les partisans de la Première Dame réservent à cette dernière à Mohéli ce vendredi 20 novembre 2015. L’affaire est prise très au sérieux parce que la Première Dame, dite Maman, va mettre fin au suspense qui étrangle ses partisans et qui pousse Mohamed Ali Saïd, le Gouverneur sortant, à des actes désespérés, comme cette séance de Badri du mercredi 18 novembre 2015 destinée à demander à Dieu la mort immédiate et définitive sur toutes les personnes qui «osent» prétendre qu’il ne pourra pas présenter une troisième candidature au Gouvernorat de Mohéli en 2016.

     Cette fois, les partisans de Maman ont décidé de faire les choses en grand, en se préparant à se présenter à l’Aéroport de Mohéli en grand nombre et en tenue unique pour femmes: du «saré» comme pour toutes les grandes occasions heureuses. L’affaire du «saré» a une grande signification parce que Maman va annoncer sa candidature à l’élection gubernatoriale de Mohéli ce dimanche 22 décembre 2015 à Fomboni. L’événement était attendu depuis des mois, surtout quand on voit les ambitions politiques qui s’affichent partout au sein de la Mouvance présidentielle, où le Gouverneur Mohamed Ali Saïd fait cavalier seul sur un bateau ivre, où Abiamri Mahamoud, ancien Directeur général de Comores Télécom et ex-enfant chéri de Beït-Salam, a déclaré une candidature qui fait autant plaisir à cette Mouvance présidentielle qu’une consommation de poison hautement mortel de type cyanure. La déclaration de candidature de Maman est donc un grand moment, un grand défi, en raison de ses reports constatés par le passé, quand la profusion de candidatures au sein de l’UPDC, le fameux «parti cocotte-minute», avait retardé certaines choses, alors qu’il fallait sauver à tout prix l’unité du parti politique à Mohéli. Le premier défi de Maman consistera donc à réunir un maximum de Mohéliens au moment de la déclaration de sa candidature, puisque rien qu’à Fomboni, sa ville natale, les candidatures poussent comme des champignons après la pluie: Maman elle-même, le trublion Elamine Ali Mbaraka dit Abdoul-Khaïr ou Embargo, Mme Mariama Haïdar dite Assianfa et Aboubacar Hassanaly.

     L’affaire se corse parce que l’infatigable Elamine Ali Mbaraka, «Président de la “Rue publiqueˮ», et Mme Mariama Haïdar sont des cousins directs par leurs mères respectives et ont pour oncle Mohamed Hassanaly, ancien Vice-président de la République. Or, Mohamed Hassanaly est également le tonton de la Première Dame puisque marié à la tantine de cette dernière. Cherchez l’erreur, Messieurs, cherchez l’erreur, Mesdames! L’affaire fait rire parce que Mme Archatie Hassanaly, la tantine de Mme Mariama Haïdar et Elamine Ali Mbaraka, est une inconditionnelle de la Première Dame, pendant que Mme Hadidja Hassanaly, sa petite sœur, s’occupe des questions de genre au Gouvernorat de Mohéli, où trône l’inégalable et irascible Mohamed Ali Saïd, et il se murmure, se chuchote et susurre que la Maman de Karim, comme on l’appelle, ne serait pas contre une réélection de Mohamed Ali Saïd. Pendant ce temps, le Docteur Abdoul-Anziz Hassanaly, le jeune neveu, a choisi le camp de Maman. Ce petit aperçu permet de constater de nouveau que chaque élection qui sera organisée à Mohéli sera toujours un grand cauchemar pour les familles, toujours éparpillées électoralement. Alors, si dans un tel climat de division, Maman arrive à faire salle comble, elle marquera les esprits. En tout état de cause, il est un homme qui suit tout ça avec une jubilation mêlée à du sadisme comme il sait le faire: Mohamed Saïd Fazul, qui est toujours «en embuscade» et qui attend le moment opportun pour rebondir.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 19 novembre 2015.

Powered by Comores infos