You are here: Home » Comores - diaspora » Eclairage de la CNTD sur le vote de la diaspora de France

Eclairage de la CNTD sur le vote de la diaspora de France

Ahmadou MZE SOILIHI, membre actif de la CNTD (Commission Nationale Technique de la Diaspora), il s’occupe de la coordination avec d’autres amis pour mettre en place le Conseil Représentatif de la Diaspora en France. En même temps, depuis 6 mois il s’investis (dans le cadre de la CNTD ) à aider le Gouvernement et la CENI à mettre en place les travaux préparatifs relatifs à ce vote en France.

Habari za Comores : Vous êtes membre actif de la CNTD, pouvez-vous me faire un bref historique de l’origine de la CNTD ?

Ahmadou MZE SOILIHI:: Depuis le mois de novembre 2013, sous le haut patronage du Chef de l’Etat, une délégation du MIREX a lancé en France les travaux devant aboutir à une structuration de la diaspora comorienne de France. Et la suite de ces travaux a occasionné la nomination de la CNTD, par arrêté ministériel de l’ex- MIREX Elanrif Said Hassane, en date du mois d’octobre 2014, commission nationale chargée de proposer au Gouvernement un projet de structuration de la diaspora en France.

Habari za Comores : Parlez-nous un peu des travaux effectués depuis cette date ?

Ahmadou MZE SOILIHI: L’organisation de la future structure de la diaspora s’appuiera sur 13 pôles, lesquels pôles seront représentés au sein du Conseil Représentatif de la Diaspora par leurs délégués élus (ou désignés) selon un mode qui respectera la parité, l’insularité et la représentativité.

C’est un conseil qui sera composé d’environ 150 à 200 délégués venant des différents pôles de France, chaque pôle sera évidemment représenté en fonction de son poids démographique. L’assemblée élira le Conseil d’administration et son bureau exécutif sur liste en respectant la parité, la représentativité et l’insularité.

Habari za Comores : Quels sont les pôles en question ?

Ahmadou MZE SOILIHI:: 13 pôles en tout constituent la charpente de la future organisation : Pôle de Marseille, Paris, Lyon, Dunkerque, Nice, Nantes, Bordeaux/Toulouse, Nîmes/Montpellier, Genève/pays de Gex, le Havre, Rennes, le Havre et Dijon.

Ces pôles constituent avec les villes voisines ce que nous appelons « pôles » devant servir la base de la future organisation de la diaspora.

Dans chacun des pôles, les associations locales s’organisent (ou s’organiseront) autour de leur pôle pour animer les activités locales ou régionales.

Habari za Comores : Le vote de la diaspora semble préoccuper la CNTD, sur quoi reposez-vous pour faciliter ce vote ?

Ahmadou MZE SOILIHI: : On s’appuie sur ce modèle d’organisation possible, tel qu’il est pensé, organisé actuellement et défendu par la CNTD auprès du Gouvernement et la CENI, pour servir de modèle devant assoir le vote de la diaspora en France. Schématiquement, la circonscription de France sera composée de 13 localités cités plus haut (pôles), lesquels seront constitués par un ou plusieurs bureaux de vote (ou de recensement)

Habari za Comores : La France, pays d’accueil de ce vote, a-t-elle donné son accord pour faire ce vote en France ?

Ahmadou MZE SOILIHI:: La France ayant donné son accord pour organiser ces élections en dehors de l’Ambassade et des services consulaires des Comores en France, la CNTD et l’Ambassade ont sollicité à leur tour l’appui technique et logistique des Maires pour les travaux de recensement et des élections dans les 13 pôles constitués. Des réponses arriveront bientôt à l’Ambassade.

Habari za Comores : Comment allez-vous faire pour trouver des agents disponibles pour faire le recensement ?

Ahmadou MZE SOILIHI:: A ce jour, sur l’ensemble des 13 pôles les futurs agents recenseurs et superviseurs sont repérés, suite à un appel d’offre lancé par la CNTD, en accord avec la CENI, celle-ci devant naturellement valider et publier les candidats retenus. Au total, 68 agents et superviseurs (dont 95% sont des diplômés en Master 2) seront déployés sur les 29 bureaux de recensement répartis en raison de 10 à Paris, 8 à Marseille, 2 à Lyon, 2 à Rennes et un bureau dans chacun des 9 pôles restants.

Habari za Comores : Le matériel pour faire les recensements est-il disponible ?

Ahmadou MZE SOILIHI: : Des accords sont conclus entre le Gouvernement et Gemalto pour la mise à jour les 36 Kits devant servir à faire le recensement en France. La CNTD contribue techniquement auprès de Gemalto pour à faciliter et accélérer le processus. Les choses sont dans la bonne voie et à ce jour le Gouvernement a acheminé les 36 Kits devant servir à faire l’enrôlement vers l’Ambassade des Comores à Paris en France.

Habari za Comores : Certains membres de la diaspora se plaignent de ne pas être suffisamment informés de l’évolution du processus. Que répondez-vous à ceux-là ?

Ahmadou MZE SOILIHI:: Je comprends parfaitement cette plainte. Cependant, cette prérogative d’informer et de sensibiliser ne revient pas à la CNTD, celles-là relèvent de la compétence de la CENI et du Ministère chargé des élections. En revanche, la CNTD peut aider à faire ce travail seulement si on le lui demande avec les moyens adéquats. Toutefois, je pense que pour l’essentiel la diaspora est informée à travers la voie officielle qu’elle participera au vote en 2016. Pour le reste, il s’agit des questions techniques qui ne peuvent pas être forcément accessible au public.

Habari za Comores : Comment pouvez-vous rassurer l’opinion sur la transparence de ces élections ?

Ahmadou MZE SOILIHI: : Au même titre que les élections sont transparentes aux Comores, elles le seront en France. Sinon, pourquoi elles ne le seraient pas ? Pourquoi les agents recenseurs, superviseurs ou administratifs recrutés en France seraient plus douteux et moins rassurants que ceux travaillant aux Comores ? Au contraire, vivant dans un pays de forte culture démocratique j’ai le sentiment que nos agents en France sont plus sensibilisés que les autres aux valeurs démocratiques. Aussi, sachons que l’arrêté interministériel publié le 02 octobre 2015 prévoit de mettre en place la CAA (Commission Administrative d’Ambassade) qui sera composée de 7 membres dont 2 membres issus de la diaspora, un député de l’opposition et un député de la majorité présidentielle. Je rappelle aussi que le jour du scrutin, les prétendants à la magistrature suprême seront représentés par leurs assesseurs dans tous les bureaux de vote en France. Comment voulez-vous qu’il ait fraude dans ces conditions ? Certaines personnes confondent souvent leurs fantasmes avec la réalité.

© « Copyright » – www.habarizacomores.com – Le journal de la diaspora comorienne en France et dans le monde :Information et actualité en temps réel

Powered by Comores infos