You are here: Home » Actualités » Election du gouverneur d’Anjouan : Ali Toilib Absoir : « Le scrutin à Vouani a été volé »

Election du gouverneur d’Anjouan : Ali Toilib Absoir : « Le scrutin à Vouani a été volé »

Le 10 avril, alors que les Anjouanais étaient appelés aux urnes pour élire leur gouverneur, la localité de Vouani a été marquée par une interruption du scrutin pour cause d’usurpation du matériel électoral. Dans une déclaration publique hier, la Ceni, en la personne de son président, Djaza Ahmed, confirmait la reprise du scrutin dans ladite localité. Une annonce dénoncée par Ali Toilib Absoir, membre de la CENI qui était à Anjouan au moment des faits.

Election du gouverneur d’Anjouan : Ali Toilib Absoir : « Le scrutin à Vouani a été volé »

La tenue des élections dans les deux bureaux de vote de Vouani, Anjouan, comme annoncée par la Ceni ne semble pas faire l’unanimité. Ali Toilib Absoir, commissaire de la CENI envoyé à Anjouan le jour de la tenue du double scrutin est de ceux là. Pour lui, pour ce qui est du cas de Vouani, il serait plus juste de parler de « fraude » et non d’absence de vote.
« Des PV ont été arrachés par le candidat du camp adverse parce que les choses ne se sont pas déroulés comme il le souhaitait. Si vous regardez bien, vous verrez qu’un candidat comptabilisait 400 voix et un autre 9 voix », a-t-il déclaré.
Alors que la Ceni parle de reprise du scrutin à Vouani, Ali Toilib Absoir fait savoir qu’il ne partage pas l’idée : « En tant que membre de la CENI, présent dans la région lors des faits, ils étaient dans l’obligation de m’avertir de la reprise du vote mais ça n’a pas été le cas », a regretté Ali Toilib Absoir plus connu sous le nom de Zola.
Il ajoute : « C’est vrai qu’il y a eu vote à Vouani mais pas dans de la bonne manière ». Selon lui, le processus aurait repris à partir de 15h00 jusqu’à 20h et que 700 électeurs ont pu voter. « Il y avait trois isoloirs. C’est un bourrage des urnes », a-t-il lancé.
Ce membre de la CENI reste convaincu qu’il faut être responsable dans ce genre de travail. « Si aujourd’hui, on a accepté ces fonctions, on doit le faire de manière régulière. On a fait un serment et on doit le respecter car on n’est pas là pour favoriser un candidat et laisser l’autre ». Absoir appelle à plus de transparence, rappelant qu’en aucun cas leur rôle à la Ceni n’était de favoriser un candidat au détriment d’un autre.
Selon son témoignage, le commissaire de la CENI dans la région est arrivé à Vouani et a trouvé le président de la CEII tabassé et les bureaux de vote envahis par les citoyens de cette localité qui se seraient enfuis avec les urnes. Il a également parlé de la présence de deux militaires armés.
« Mon but était de retrouver les urnes et continuer le processus mais en vain. A 14h30, je suis parti à Mutsamudu car j’estimais qu’à cette heure, il n’était pas possible de continuer les élections à Vouani » a dit Zola qui précise avoir tenu le président de la CENI au courant de tous ses agissements.

MY

Powered by Comores infos