You are here: Home » Actualités » Elections à Ndzuani : Le gouverneur intérimaire promet «l’égalité entre tous les candidats»

Elections à Ndzuani : Le gouverneur intérimaire promet «l’égalité entre tous les candidats»

Elections à Ndzuani : Le gouverneur intérimaire promet «l’égalité entre tous les candidats»

 

Le gouverneur de l’île de Ndzuani, Anissi Chamsidine, candidat à sa propre succession avait annoncé solennellement son retrait de la gestion des affaires publiques, lundi 4 janvier, lors de son dernier conseil hebdomadaire des commissaires. Pour assurer son intérim, il a désigné Mohamed Affane, son commissaire à la Gouvernance financière.

Mohamed Affane, le commissaire aux Finances de l’île de Ndzuani, à qui le candidat-gouverneur Anissi Chamsidine a confié sa suppléance pendant la durée de la campagne électorale, a déclaré mardi que sa mission «est de veiller à ce que tous les candidats aux élections soient traités de la même manière» et qu’«aucun d’entre eux ne s’approprie les moyens de l’Etat pour faire campagne». Une façon de dire que même le gouverneur sortant lui-même n’aura droit à aucun traitement de faveur.

Quelque louable qu’elle puisse être, la déclaration du gouverneur intérimaire tranche avec ce qui se passe depuis un certain temps sur le terrain, notamment au niveau de l’utilisation du principal média du service public de l’île. D’aucuns dénoncent l’orientation donnée ces derniers mois à la Radio-télévision de Ndzuani (Rtn), sarcastiquement surnommée «Radio muhafidhu», en raison de la propagande sur ses ondes en faveur du gouverneur Anissi.

Un animateur de cette radio du service public, connu pour son verbe tonnant et ayant été récompensé au temps de Mohamed Bacar pour les mêmes bons et loyaux services, a même été nommé «journaliste personnel du gouverneur», et assure, par conséquent, ces chroniques flagorneuses.

Deux conseillers de l’île, Rakib Ahmed Abdallah et Mohamed Abdou El-magd, ont déclaré, mardi, à un animateur d’une radio locale que la Rtn était effectivement «monopolisée par le pouvoir insulaire», ne «faisait que la campagne du gouverneur» et que même «le conseil de l’île y était interdit de parole».

Il convient de noter que l’actuelle directrice de cette station, Ramoulati Ben Ali, a été dernièrement désignée membre du Conseil national de la presse et de l’audiovisuel (Cnpa). Elle a été à trois reprises convoquée par le Conseil de l’île sur cette question, mais ne s’y est pas présentée. Elle aura donc certainement du grain à moudre.

Sardou Moussa

Powered by Comores infos