You are here: Home » Actualités » Elections présidentielles : l’ancien directeur de cabinet du colonel Azali s’est fait piégé par sa propre histoire au nom du colonel candidat

Elections présidentielles : l’ancien directeur de cabinet du colonel Azali s’est fait piégé par sa propre histoire au nom du colonel candidat

Elections présidentielles : l’ancien directeur de cabinet du colonel Azali s’est fait piégé par sa propre histoire au nom du colonel candidatDans notre pays l’histoire fut vite oubliée. Mohamed Chatur El Badaoui, hier sur les antennes de la Baraka FM, prétend oublier l’histoire et tente de donner de leçons de démocratie. Chatur s’accroche au pouvoir et oublie l’humiliation qu’il a essuyée au lendemain de sa  » victoire » truquée entant que député de la circonscription, Hamahamet-Mboinkou, en 2004. En conseil de ministres, Azali lance ceci lorsque Chatur voulait intervenir :  » écoute Chatur, tu sais qu’on a volé les élections pour te donner, alors, épouse un profil bas ». Qu’est-ce qui s’est passé dans cette élection ? Le candidat Mohamed Chanfiou, ministre d’El Bak a obtenu 52%, et Chatur de la CRC 48%. Mais, lors du dépouillement dans la préfecture de Mbeni, le trésorier de la Crc et candidat malheureux à la députation Ali Karani a arraché les procès verbaux de trois bureaux dans le Mboinkou et s’est jeté par la fenêtre et depuis, il est devenu handicapé. Il a déchiré les PV. Lorsque la Ceni a déclaré gagnant Mr Chanfiou, la Cour constitutionnelle s’est appuyée sur le manque de procès verbaux déchirés et a ordonné une reprise partielle dans ces trois villages. Et on connait la suite : Chatur est élu à défaut. Ce petit rappel pourrait éventuellement faire du bien au colonel Azali et à ses hommes pour éviter au peuple comorien une guerre civile qui n’a pas sa raison d’être.

Avec ces pratiques, le colonel Azali a de quoi à s’inquiéter car il sait dorénavant que la Cour Constitutionnelle n’est pas celle qu’il avait désignée quand il était au pouvoir et qu’elle a toujours obéi à ses caprices. Ceux qui connaissent chatur savent que l’homme est faible et ne supporte pas les critiques. Il est loin d’être l’homme politique exemplaire. Ali Karani est mieux placé pour le témoigner. Et d’ailleurs, le colonel Azali le regarde avec un œil méprisant après avoir été battu dans tous les bureaux de Mbéni lors des élections des gouverneurs et du président de la République. Mais Chatur fait semblant de ne pas comprendre Azali.

Pour terminer, je vous invite à méditer cette maxime de nos ancêtres :  » Yeka wandru ngwawo malimani, Halafu ye ya sisiwa ho sungoni ye tsodo rauwa na wubabufu, na hwamba hanikwa yindji ye hazi, katsuyelewa ye za mhundra, na wutsaha yadjuwe wo wamtendeya, hata wo mwiso ngwendo hahundru wandru wali le pahuwo, hadotsaha ye ya msubushiya ». Zinu nde zawundra Chatur no wanyawe.

Natidjat Ahmed Mohamed

Powered by Comores infos