You are here: Home » Uncategorized » En 2 ans, 3 «gouvernements» de gardiens de parkings

En 2 ans, 3 «gouvernements» de gardiens de parkings

En 2 ans, 3 «gouvernements» de gardiens de parkings

Et Ibrahim Mzimba, Houmed Msaïdié, Saïd Larifou, Saïd Achirafi?

Par ARM

     Le passage de Saïd Mohamed Djohar à la tête de l’État comorien (26 novembre 1989 – 28 septembre 1995) a enrichi le lexique politique national de deux termes emblématiques: «Gendrocratie» (pouvoir des gendres) et «Oumra». Ha! «Oumra» signifie «Petit Pèlerinage», sur toute l’étendue de la terre d’Islam. Mais, aux Comores, ce terme a une signification particulière: la nomination à une fonction de ministre pour la durée d’un petit pèlerinage, soit pour quelques jours et même pour quelques heures seulement. En la matière, le «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger», fait fort. Du 26 mai 2016 au mardi 28 août 2018, il a nommé trois «gouvernements», tous trois d’une vulgarité de singe, de chacal et d’hyène réunis.

Pouah! Cette fois-ci, on y trouve même Mohamed Chatur Al-Badaoui, un illettré dont le seul «talent» réside dans son analphabétisme, sa capacité à voler l’argent public, sa propension à acheter un camion de transport de lait supposément pour le transport des produits pétroliers, et cela pour la modique somme de 75 millions de francs comoriens (150.000 euros) à la suite d’une surfacturation «historique». Le «gouvernement» nommé le mardi 28 août 2018 est très particulier: il est anticonstitutionnel, illégitime et ignominieux. Si nous n’en voulions qu’une seule preuve, on la trouverait à travers la suppression des postes de Vice-présidents et la non-reconduction de Djaffar Ahmed Saïd Hassani, dont le maintien à son poste jusqu’au 26 mai 2021 était obligatoire, en vertu du principe de la non-rétroactivité de la Loi.

Et il y a le caractère pléthorique et kilométrique de la chose: 15 membres, aussi inutiles, incompétents et douteux les uns que les autres. Du remplissage! On y trouve des baby-sitters (Saïd Ali Saïd Chayhane pour le bébé adultérin de son maître), des gigolos (le même Saïd Ali Saïd Chayhane à qui son chef a marié la maman du bébé pour pouvoir bénéficier de nominations non méritées), un ancien gardien de parkings parisiens (Mohamed Chatur Al-Badaoui), un ancien docker à Dunkerque (Kiki), des ivrognes nationaux (Moustadroine Abdou Mafitsi et Baguiri), le plus grand escroc de l’Histoire des Comores (Baguiri), des maquereaux, des chaouchs, etc.

Ce «gouvernement» est un non-sens, un non-événement. En parler, c’est perdre son temps. Ce ne sont pas les déchets qui le composent qui font jaser, mais ceux qui n’en font pas partie. Mme Saïd Larifou, qui voulait assassiner le dictateur de Mitsoudjé en 2003, a beaucoup gesticulé, beaucoup crâné, trop insulté le Droit, trop injurié l’opposition et même exprimé au «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri sa disposition à se faire sodomiser par lui et par un âne rouge au même moment, n’a pas été nommé ministre. Le pauvre chéri! Le cher doudou! Houmed Msaïdié Mhadoma a renié tous ses engagements politiques des années 2013-2018, insulte l’opposition, met partout sa grande gueule, boit l’eau des slips et des chaussures du «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri, a accompagné des pédés à Paris, mais n’a pas été nommé ministre. Le pauvre chérubin! Pauvre chou! Hein, mon bébé, tu veux que maman te donne le sein, le biberon, des bonbons Pecto, des sucettes et des sorbets? Tiens, prends!

     Et, il y a le mercenaire Ibrahim Ali Mzimba, l’homme qui me menaçait, m’interdisait le recours à des arguments juridiques, qui paradait au téléphone en me disant que sa nomination à un poste de ministre était acquise, et dont les exégèses «juridiques» en faveur de la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé font honte même aux porcs. Il n’a pas été nommé ministre. Le cher enfant! Ah! Le cher bébé! Tiens, voilà un biberon contenant du lait Guigoz! Il se voyait déjà ministre et n’hésitait pas à dire des âneries en public pour être nommé ministre, lui qui a félicité le tyran de Mitsoudjé pour «l’exemplarité, la réussite, le caractère démocratique et transparent du référendum du 30 juillet 2018», rien que pour un poste de ministre. Ibrahim Ali Mzimba instrumentalise les avocats pour sa propre cause ministérielle. Il est tombé du tomatier.

Sounhadj Attoumane, le faux Docteur, le faux médecin et faux cardiologue et vrai empoisonneur et vrai tueur de patients, dont une fille de 18 ans, est également tombé du tomatier. Il peut se consoler dans les bras de sa jeune maîtresse qu’il fait passer pour sa nièce. Le bandit maudit! On ne saurait oublier Achirafi Saïd Hachim, qui a passé les 13 derniers mois à dépêcher à Bête-Salam des délégations régionales, à qui il dit systématiquement: «Allez dire à Azali Assoumani que je meurs de faim, que je souffre et que j’attends une nomination pour pouvoir manger. Allez lui dire que je souffre». Le précieux et délicieux enfant gâté a oublié que c’est lui qui voulait faire assassiner le putschiste Assoumani Azali Boinaheri lors de l’équipée de mercenaires qui avait piteusement fini en queue de poisson à Mohéli le 19 décembre 2001. Il a déjà oublié que jusqu’en 2016, il ne pouvait jamais prendre la parole en privé ou en public sans cracher et vomir sur le bambochard Assoumani Azali Boinaheri, qu’il aimait mépriser et détester!

Si le «saigneur saignant» Assoumani Azali Boinaheri ne nomme pas MmeSaïd Larifou quelque part tout de suite, on va devoir enterrer ce déchet politique. Un site Internet satirique a publié un papier très marrant insinuant que MmeSaïd Larifou et Houmed «Msaïdiot» Mdahoma ont organisé une conférence de presse pour se déclarer opposants! Ces gens-là sont très déçus, mais leurs malheurs ne font que commencer. Rira bien qui rira le dernier.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com– Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com– Mercredi 29 août 2018.

Powered by Comores infos