You are here: Home » Actualités » «En cas d’échec, sortez les machettes et les haches. Tuez!»

«En cas d’échec, sortez les machettes et les haches. Tuez!»

«En cas d’échec, sortez les machettes et les haches. Tuez!»

Le discours de sang et de mort d’Ahmed Sambi à Mramani

Par ARM

  Cette fois-ci, c’est la fin des haricots. Le passage d’Ahmed Sambi à Mramani, le lundi 2 mai 2016, y a laissé des traces de sang et de deuil. Ahmed Sambi, allié objectif du fugitif Hamada Madi Boléro et de ses Mohéliens de Beït-Salam pour faire «élire» frauduleusement Azali Assoumani, avait choisi une mosquée, oui une mosquée, la maison de Dieu, pour lancer la campagne électorale des hommes du passé et du passif. Et qu’a-t-il dit dans cette mosquée? De son discours, on retient en particulier le petit passage suivant: «Habitants de Mramani, nous allons vers une élection cruciale pour l’avenir de notre pays. Cette élection, nous ne devons pas la perdre. Et si jamais, vous apprenez que, par malheur, nous avons perdu cette élection, donc en cas d’échec, sortez les machettes et les haches. Tuez! Vous devez tuer plutôt que d’accepter notre échec, car notre échec ne saurait être envisageable. Nous devons déclencher la mort plutôt que de perdre cette élection. Nous ne devons pas hésiter à donner la mort. Cette élection n’est pas une élection comme les autres. C’est l’élection de la vie, mais elle doit être aussi celle de la mort si nous ne sommes pas élus. Vous devez être prêts à mourir en martyrs et à donner la mort pour sauvegarder notre acquis, à savoir l’élection du Président Azali Assoumani». Le fugitif Hamada Madi Boléro devra dire au peuple comorien s’il a été l’inspirateur de ce discours de mort et de deuil, et s’il y adhère.

  Et pendant que ce discours est prononcé, et en sus des rumeurs de coup d’État en cours de préparation, le fugitif Hamada Madi Boléro, Azali Assoumani et Ahmed Sambi ont loué les services d’un Mauricien, qui a mis à leur disposition des milliers de fausses cartes d’électeurs et de faux bulletins de vote fabriqués à Madagascar pour la modique somme de 22 millions de francs comoriens (44.000 euros). Ces fausses cartes et ces faux bulletins de vote avaient déjà circulé à Anjouan lors du deuxième tour de l’élection présidentielle, mais cette fois, les choses sont encore allées trop loin. Ceci est d’autant plus vrai qu’Azali Assoumani et Ahmed Sambi ont fait partir de Moroni vers Mutsamudu, un navire rempli de faux électeurs mais qui vont vraiment voter à Gnambamro, sans y être inscrits sur les listes électorales en leurs noms propres. La combine imaginée par les deux anciens et mauvais Présidents est d’autant plus vicieuse qu’elle a consisté à attribuer de noms de vrais électeurs à des faux électeurs destinés à créer le barouf à Anjouan. Donc, le fugitif Hamada Madi Boléro, Azali Assoumani et Ahmed Sambi ont tout préparé pour provoquer un bain de sang à Anjouan et pour faire en sorte que la fraude prévale. Mais, suffit-il d’avoir l’esprit mal tourné pour gagner une élection présidentielle? Les trois alliés objectifs auraient dû se méfier de l’amalgame conduisant à leur faire croire qu’un homme malin est un homme intelligent, surtout à un moment où il a été signifié dans telle capitale occidentale au fugitif Hamada Madi Boléro que ses petits intérêts mesquins et ceux d’Azali Assoumani et Ahmed Sambi ne passeront jamais avant ceux d’une grande puissance.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 4 mai 2016.

Powered by Comores infos