You are here: Home » Uncategorized » En plus du Droit souillé et violé, les fautes de français

En plus du Droit souillé et violé, les fautes de français

En plus du Droit souillé et violé, les fautes de français

La «Justice» interdit à la moitié de la population de bouger

Par ARM

     Ce samedi 12 mai 2018, le Tribunal de Moroni s’est roulé dans la fange et la honte. Comme cela est annoncé sur votre site, tout a été fait pour que soit assouvie la vengeance politique du «pouvoiriste» polygame Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Ce dernier a refusé de recourir à l’expertise juridique d’un vrai juriste, et se fait ridiculiser chaque jour par les interprétations fallacieuses et erronées du Droit faites par le faux juriste qu’est le chien enragé et galeux, également ignoble et abject mercenaire Nourdine Abodo, surnommé Satan par les magistrats, l’Intrigant par les avocats, l’Infâme par le peuple, le Serpent à lunettes à Bête-Salam et le Vénérable Aîné par le fou maudit Saïd Ahmed Saïd Ali, descendant direct de l’écrivain anglais William Shakespeare, qui a rédigé Othello et Roméo et Juliette sous l’arbre à pain et le cocotier jouxtant la case de ses ancêtres à Ntsoudjini.

Le cerveau détruit par une folie héréditaire, le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri refuse de consulter les vrais juristes du pays, ceux qui lui diront qu’il a largement creusé sa propre tombe de ses propres mains, s’appuyant sur des ignorants du Droit prétendant utiliser le Droit à son avantage. Sur ce site, les fautes contenues par la serviette hygiénique servant de convocation d’Ahmed Sambi à la Gendarmerie ont dénoncées, avant de l’être ailleurs. Le samedi 12 mai 2018, c’est le Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Moroni qui a exhibé son propre zizi sur la place publique, en signant un «ordre d’empêchement» de respirer et de vivre concernant des personnalités de premier rang, dont les anciens Présidents Ahmed Sambi et Ikililou Dhoinine, les anciens Vice-présidents Mohamed Ali Soilihi et Nourdine Bourhane, les anciens ministres Ibrahima Mhoumadi Sidi et Mohamed Bacar Dossar, etc.

Naturellement, sur le plan du Droit, cet «ordre d’empêchement» de respirer et de vivre est un simple placenta de chienne, et est nul et non avenu car il n’est pas fondé sur des motifs juridiques, mais sur de vulgaires et subalternes désirs de vengeance politicienne. Le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri et son cousin Mohamed Elamine Souef sont des trabendistes de passeports comoriens à l’étranger depuis leur junte militaire des années 1999-2006, et ils se posent aujourd’hui en justiciers et en donneurs de leçons de bonne gouvernance pendant qu’ils pillent sans vergogne les rachitiques ressources d’un État comorien. Si la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé n’était pas la plus grande association de malfaiteurs existant sur Terre actuellement, elle aurait confié toute mission de salubrité publique à ceux des Comoriens qui ne sont coupables d’aucun vol d’argent public. Or, le juge est en même temps partie, et cela est inacceptable en Droit.

L’«ordre d’empêchement» de respirer et de vivre a donc été signé par un voleur nommé Procureur de la République pour de basses raisons politiciennes. Or, quand on lit ce placenta de chienne, on est sidéré et scandalisé par le nombre de ses fautes de français:

–        «Les personnes dont les noms suivent sont appelées à être entendu» au lieu de «entendues» (ce participe passé doit s’accorder avec «les personnes», mot au féminin et pluriel),

–        «Être mis à la disposition» au lieu de «être mises» (ce nouveau participe passé doit toujours s’accorder avec «personnes»),

–        Le Procureur exhibant son zizi en public commence par «les personnes ci-dessus citée» et finit par «ils se trouvent actuellement» au lieu de «elles se trouvent actuellement», «elles» devant être pour «les personnes»,

–        «Jusqu’à ce qu’il soit autrement ordonner» au lieu de «jusqu’à ce qu’il soit autrement ordonné».

Mesdames et Messieurs, croyez-vous qu’un juge honnête et compétent aurait commis des fautes aussi grossières? Naturellement, non!

Tout en dénonçant cet «ordre d’empêchement» de respirer et de vivre, on ne peut s’empêcher de rappeler à Ikililou Dhoinine qu’il est rattrapé aujourd’hui par sa lâcheté et sa petitesse. Cet homme sans honneur, ni scrupules, ni parole, ni principes a trahi son mentor et Président Ahmed Sambi, ses Vice-présidents Mohamed Ali Soilihi et Nourdine Bourhane, méprisé son Vice-président Fouad Ben Mohadji, détourné en 2016 la victoire à 56,63% de Mohamed Ali Soilihi pour l’attribuer au criminel Assoumani Azali Boinaheri, qui pisse sur lui aujourd’hui. Apparemment, les deux «Hitma» organisés à Iroungoudjani, Moroni, par le fou de Mitsoudjé et Kiki contre la fraude électorale lors du scrutin présidentiel de 2016 commencent à produire leurs effets.

Ceci est d’autant plus vrai qu’en février 2018, le fugitif international Hamada Madi Boléro était au Restaurant Nassib d’Itsandra, devant des personnalités d’Itsandra, dans la ville de Maître Fahmi Saïd Ibrahim, pour se vanter bêtement sur la manière dégueulasse par laquelle il avait fraudé vulgairement l’élection présidentielle de 2016 avec la complicité d’Ikililou Dhoinine et son épouse dès le premier tour pour faire passer le bambochard Assoumani Azali Boinaheri à la troisième place au détriment de Maître Fahmi Saïd Ibrahim, avant que le trio maudit des Mohéliens de Bête-Mohéliens ne spolie Mohamed Ali Soilihi et le peuple comorien. Aujourd’hui, les fraudeurs de Mitsoudjé et des Mohéliens de Bête-Salam de victoire électorale s’entretuent. Dès lors, notre cri d’indignation ne concernera jamais Ikililou Dhoinine, le lâche et traître à l’origine de tous les malheurs qui s’abattent aujourd’hui sur les Comores.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 14 mai 2018.

Powered by Comores infos