You are here: Home » Expression libre » Expression libre: Me Mohamed Abderemane Hilali, 28 ans (Ntsaouéni)

Expression libre: Me Mohamed Abderemane Hilali, 28 ans (Ntsaouéni)

Je m’appelle Me Mohamed Abderemane Hilali, avocat stagiaire au barreau de Moroni. Je suis natif de Ntsaoueni. Diplômé en droit public et relations internationales.

J’ai eu le goût pour la politique en 2004 lorsque j’ai commencé à sympathiser la CRC. À l’époque j’avais 17 ans. Les dirigeants de ce parti m’inspiraient beaucoup, surtout le président Azali Assoumani, mais aussi Houmedi Msaidie qui était le leader dans notre région.

J’ai décidé de m’engager auprès d’Azali depuis mon retour au pays en 2012. À travers un entretien que j’ai eu avec lui, j’ai remarqué qu’il est un président qui assume son bilan et qui accepte surtout les côtés négatifs, ce qui lui a permis de tirer beaucoup de leçons dont il compte s’en servir si les Comoriens lui renouvellent leur confiance.

 En plus, compte tenu des difficultés dont il faisait face, Azali Assoumani a pu quand même maintenir le pays à travers des fonds propres provenant de notre pays. C’est un bon exemple en matière de gouvernance, si on veut promouvoir l’indépendance économique de notre pays. Il y a deux exemples : la centrale Voidjou et le portable ont été financés par des investissements propres du pays. Pendant que les régimes qui se sont succédé attendaient des ressources étrangères même pour payer les fonctionnaires.

Ce qui me plaît dans mon engagement politique, contrairement aux autres jeunes, je me suis engagé auprès d’Azali, c’est à travers un idéal politique qu’on partage et non sur de petits intérêts opportunistes ou régionalistes. J’aurai pu m’engager ailleurs pour avoir ces petits intérêts personnels, mais je suis mes convictions personnelles, quel que soit le prix à payer.

 Mon combat dans mon engagement politique au sein de la CRC est de faire entendre la voix de la jeunesse. Voilà pourquoi j’anime un mouvement de jeunes en faveur de sa candidature afin de montrer à nos aînés que ce pays nous appartient tous et nous avons un mot à dire sur sa construction. Le président Azali a toujours eu un regard préoccupant à la jeunesse. J’appelle d’ailleurs les jeunes à faire entendre leurs voix partout où ils seront.

Powered by Comores infos