You are here: Home » Expression libre » Expression libre: Mohamed Aboudou Hamadi,- 57 ans – Comores (Mbéni)

Expression libre: Mohamed Aboudou Hamadi,- 57 ans – Comores (Mbéni)

Je m’appelle Mohamed Aboudou Hamadi, agent de développement rural, ingénieur agroforestier formé à l’University College of Olmotonyi, Arusha, Tanzanie. Né à Antananarivo, Madagascar, j’ai 57 ans.

Mon père était membre du parti PSD de Madagascar. Quand j’étais en 6e, j’ai vu sa carte d’adhésion et j’ai commencé à m’intéresser du programme de son parti. Arrivé aux Comores en 1976, la révolution m’a rendu plus dynamique en participant activement aux comités révolutionnaires à Mbéni et au lycée de Moroni. A cette époque j’étais en 3e.

Dès le 3 mai 1999, j’ai participé à une réunion de réflexion à Iconi avec des personnalités politiques, notamment l’ancien président de l’île autonome de Ngazidja Mohamed Abdouloihabi, sa femme Ralia Abdou, l’ancien député de Oichili Toihir Said Ahmed, Hamada Madi Bolero qui était le Secrétaire général de mon parti PRC présidé par Mohamed Saïd Abdallah Mchangama l’actuel président du FCC et d’autres. Notre parti PRC était partagé en 2 groupes, l’un conduit par son président (contre l’interposition de l’AND) et l’autre par son Secrétaire général (pour, l’interposition de l’AND), était prêt à accompagner les militaires pour éviter l’installation d’un régime militaire et dictatorial.

Mon engagement politique m’a permis de m’épanouir davantage dans le travail d’équipe et surtout la façon de discuter et diriger un travail de groupe sur un thème précis. La connaissance relationnelle avec des gens que vous ne partagez pas les mêmes avis dans un point de vue donné. En un mot le sens de l’unité dans la diversité.

En analysant la situation politique et les partis depuis 1975, les rôles d’un parti ne sont pas respectés par les dirigeants politiques de tout bord. Au lieu d’éduquer les membres de devenir des vrais citoyens, patriotes et responsables d’eux-mêmes, c’est-à-dire capables de s’autonomiser en se basant sur un projet de société concerté, ou sur des idéaux prédéfinis, on continue à cultiver les pratiques clientélistes ou à soutenir une personnalité pour des raisons villageoises ou familiales. Pourtant, une personnalité est appelée un jour à disparaître alors l’idéal rassemble toutes les différentes tendances au-delà du temps. Conséquence de cette méthode déplorable, dès que la personne considérée comme chef de file quitte le rang ou décède, le parti signe son acte de décès immédiatement après la période du deuil. Les exemples sont innombrables, RND, RDR, PCDP, SHAWIRI, PRC, etc.

La culture d’un parti avec ses idéaux doit l’emporter sur la culture de personnalité, qui rendra ensuite un grand service aux membres du parti de devenir compétitifs pour accéder aux têtes des instances du pays, mais aussi pour la nation tout entière parce qu’une fois au pouvoir la défense collective des idéaux du parti ne sera pas dominée par les conflits d’intérêts des membres. J’espère apporter mon expérience au parti CRC pour celui-ci soit un exemple à suivre.

Powered by Comores infos