You are here: Home » Actualité » Face à Ahamada Mahamoud, le Procureur se ridiculise

Face à Ahamada Mahamoud, le Procureur se ridiculise

Face à Ahamada Mahamoud, le Procureur se ridiculise

Cependant, il va obtenir le Prix Nobel de Littérature en 2019

Par ARM

       Cocorico! Cocorico! Cocorico chez les Comoriens. C’est la joie. C’est la joie chez les Comoriens, et les polos avec la mention «Fier d’être Comorien» se vendent comme des petits pains, pendant que les «bons et vrais Comoriens» boivent du petit-lait. Alors, Messieurs les rabat-joie, les grincheux, les haineux et les langues de vipères, ne gâchez pas le bonheur bien mérité des Comoriens. En effet, nonobstant la grisaille politique aux Comores, les Comoriens ont retrouvé le sourire et la joie de vivre, après avoir appris qu’un événement inédit dans leur pays va, enfin, se produire: un Comorien va obtenir le Prix Nobel de Littérature en 2019. Gloire à Dieu! Dieu soit loué! Et qui est l’heureux élu? Cette question… Il s’agit du sémillant, brillant, truculent, lumineux, flamboyant, précieux et éclairant Procureur général Mohamed Soilihi Djaé (Photo), auteur du plus grand gloubi-boulga de toute l’Histoire de l’humanité.

       Après avoir lu son chef-d’œuvre conçu contre Maître Ahamada Mahamoud, avocat du Président Ahmed Sambi, l’historien Mahmoud Ibrahime a soupiré: «Je fais appel aux juristes et aux grammairiens pour comprendre ce que voulait dire le procureur Mohamed Soilihi Djaé, qui demande la tête de l’avocat de l’ex-président Sambi en écrivant dans la lettre saisissant le bâtonnier: “Vous conviendrez que ces propos allégués à la justice comorienne portent atteinte à l’honneur, à la considération et à la DÉLICATESSE et jettent le discrédit envers cette auguste institution républicaineˮ».

Les fautes figurant dans cette correspondance font pitié: «Faits graves et gravissimes» au lieu de «faits graves» ou «faits gravissimes», «interviews médiatiques audio-visuelles» au lieu d’«interviews» (qu’on fait sur un média, notamment audiovisuel), «interviews» «accordés» au lieu d’«accordées» (le mot «interview» étant féminin), «Encore pire des combles» au lieu de «Pis» ou «Le comble», etc. Quand il écrit «ces propos allégués à la justice comorienne», cela signifie qu’il accuse Maître Ahamada Mahamoudou d’avoir dit que la Justice comorienne a dit ceci ou cela. Or, ce n’est pas de cela qu’il s’agit; le Procureur général voulait dire tout simplement que l’avocat Ahamada Mahamoud accuse la Justice comorienne de complicité en matière de fraude électorale. Et, par Dieu, que signifie «la délicatesse» de la Justice? Le Procureur général écrit «jettent le discrédit envers» au lieu de «jettent le discrédit sur», «d’emblé» au lieu de «d’emblée», «se trouvent contraire» au lieu de «se trouve contraire» ou «se trouvent contraires», etc.

Ce que nous venons de signaler concerne la forme. Maintenant, intéressons-nous au fond.

Le Procureur général Mohamed Soilihi Djaé, empêtré dans ses confusions, croit avoir le pouvoir de dire à Ibrahim Ali Mzimba, Bâtonnier aux ordres de ses maîtres, ce qu’il doit faire, au lieu d’attirer son attention: «Constater et dire que les propos de Maître Mahamoudou Ahamada constituent une faute grave équipollente passibles de sanctions disciplinaires», «Statuer et lui infliger par conséquent les sanctions disciplinaires prévues par l’article 49 susvisée». L’adjectif «équipollente» (= équivalente ou égale) n’a pas sa place dans le texte. Le mot «article» étant masculin, il aurait fallu écrire «article susvisé» et non «article susvisée». Si au moins, ce Procureur général Mohamed Soilihi Djaé fournissait l’effort de comprendre les règles d’utilisation des majuscules!

Le Procureur général Mohamed Soilihi Djaé exige des sanctions contre Maître Ahamada Mahamoud au prétexte que ce dernier tient des propos politiques sur un dossier politique. Or, nulle part sur la loi organisant la profession d’avocat aux Comores, nous ne retrouvons une interdiction allant dans ce sens. Lisons l’article 42 de la loi, figurant sur le régime des interdictions et des incompatibilités: «La profession d’avocat est incompatible:

–      avec toutes les fonctions publiques;

–      avec tout emploi de directeur, de gérant, administrateur de société, les emplois à gage, ceux d’agent comptable;

–      avec toute espèce de négoce;

Toutefois l’avocat peut, à titre subsidiaire;

–      dispenser dans les facultés ou écoles de formation, des enseignements;

–      donner des conseils et faire de l’assistance juridique;

–      exercer les fonctions du syndic, de commissaire aux apports, d’administrateur judiciaire et liquidateur».

Lisons également l’article 46 de la loi en question: «Il est interdit à l’avocat:

1.- de se rendre directement ou indirectement adjudicataire de biens meubles ou immeubles dont il est chargé de poursuivre la vente;

2.- de se rendre concessionnaire de droits successoraux;

3.- d’avoir un rapport quelconque avec la partie adverse ayant constitué avocat et de faire avec les parties des conventions aléatoires ou subordonnées à l’avènement du procès;

4.- de prêter son nom pour des actes de postulation illicite;

5.- de prélever sur les sommes encaissées le montant de ses honoraires sans le consentement formel du client ou, à défaut d’accord sans l’autorisation du Bâtonnier;

6.- de percevoir les droits et émoluments, autres que ceux prévus par les textes en vigueur, sous peine de restitution de la totalité ou de l’excèdent».

Où voyons-nous donc qu’il est interdit à l’avocat d’avoir des idées politiques et de les exprimer? Nulle part. Les articles qu’invoque ce Procureur général Mohamed Soilihi Djaé-là ne s’appliquent pas à Maître Ahamada Mahamoud. Cela signifie que le Procureur général Mohamed Soilihi Djaé est complètement hors-sujet et est l’une des faces les plus hideuses de la «Justice» aux Comores.

Je saisis cette occasion pour renouveler mes sentiments de mépris et de dégoût envers la «Justice» comorienne.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 28 août 2019.

Powered by Comores infos