You are here: Home » Actualité » Farid Soilihi, victime du conditionnel passé première forme

Farid Soilihi, victime du conditionnel passé première forme

Farid Soilihi, victime du conditionnel passé première forme

D’aucuns privilégient le subjonctif au détriment de la compétence

Par ARM

       Les Comoriens vivant en France constituent une des communautés nationales installées à l’étranger les plus productives et les plus agissantes. Comparées à des diasporas composées de millions de personnes, elle ne pèse pas lourd en chiffres. Pour autant, quand on veut apprécier sa valeur, il est de bon ton d’évaluer son apport économique et financier à l’aune du nombre de personnes qui la composent et de sa contribution effective à l’économie des Comores, au regard du revenu national du pays. Son volume est supérieur à celui de l’aide publique au développement (APD) et dépasse les 90 milliards de francs comoriens (presque 200 millions d’euros). Au surplus, c’est une communauté qui a produit de nombreux cadres de haut niveau et de valeur.

La communauté comorienne installée en France a montré son exemplarité en s’opposant frontalement à la dictature sauvage et barbare du mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Dès lors, il est désolant de constater que certains leaders font tout pour démobiliser Farid Soilihi, devenu incontournable sur la scène sociopolitique des Comores à Marseille et ailleurs en France, arguant du fait qu’ils manipulent mieux que lui le conditionnel passé première forme, le subjonctif, les adverbes de manière, les compléments circonstanciels, et le participe passé du verbe conjugué avec l’auxiliaire avoir. Tout cela est ridicule. Certains Comoriens vivant en France fustigent certaines réunions entre «leaders», réunions jugées très sévèrement, et considérées comme des exercices de fanfaronnade et d’égoïsme.

En tout état de cause, faire tout pour marginaliser et humilier Farid Soilihi afin de satisfaire des égoïsmes personnels est un signe patent de manque de sérieux, de maturité et de sang-froid. Quand le peuple engage un grand combat patriotique, chaque élément de ce peuple est important, et a un rôle déterminant à jouer. Les discussions oiseuses et vaseuses sur la beauté de la couleur du slip de chacun n’ont aucune importance et n’intéressent personne.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 15 septembre 2019.

Powered by Comores infos