You are here: Home » Actualité » Faut-il tuer Saïd Larifou, usurpateur et voleur de logo

Faut-il tuer Saïd Larifou, usurpateur et voleur de logo

Faut-il tuer Saïd Larifou, usurpateur et voleur de logo

Il snobe le Front commun, mais vole son logo et son nom

Par ARM

       La main sur le Coran, je jure que l’anecdote suivante est entièrement fondée sur la vérité: j’ai invoqué le nom de Saïd Larifou devant des gens, et l’un d’entre eux a répondu du tac au tac: «Saïd Larifou est un voleur!». En réalité, à l’invocation du nom de cet énergumène, les gens qui ne sont ni Mohéliens, ni Grands-Comoriens, ni Anjouanais, associent son image à celle d’un voyou impliqué dans de multiples saletés, escroqueries, fausses promesses d’un mariage de rêve à ses côtés et sous son parapluie, détournements d’argent. Il est mauvais comme la teigne. Il n’aime que lui-même, mais ne sait même pas s’aimer. Il est le pire danger mortel contre lui-même.

Quand les patriotes comoriens ont créé le Front commun des Forces vives comoriennes en 2019, c’est le nom qui figure sur le Pacte qu’il a élaboré, et Saïd Larifou dit «L’Art-Fou» a refusé de signer ledit Pacte au nom de son Conseil national de Transition (CNT) et de sa Bande des 3 + 1. C’est également le nom qui figure sur la page Facebook du Front. Or, Saïd Larifou et sa Bande de 3 + 1 ont usurpé le logo du Front commun, après avoir fini par admettre que leur «Révolution Ylang-ylang», c’est du pipi de chat, sauf s’ils veulent l’expérimenter dans leur nouveau «fief» de Mopti, au Mali. Les vrais leaders du Front commun ont écrit et demandé à la Bande de 3 + 1 d’arrêter ce vol de logo et de nom, et la menacent de poursuites judiciaires si elle continue son usurpation de dénomination et de logo.

Il faut se dire la vérité: Saïd Larifou se comporte en cafard, et mérite le bannissement réservé aux membres du corps social méritant la mise à l’index. Il ne vaut rien. Votre site préféré a été le premier à voir en lui un individu sans honneur, ni dignité, ni personnalité, ni scrupules. Le fait même d’être vu en sa compagnie apporte le déshonneur et le discrédit. Il porte malheur. Pourquoi se rabaisse-t-il à voler le logo et le nom du Front commun, tout en continuant à mendier chez son maître, le dictateur fou Assoumani Azali Boinaheri? Il est nullissime.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 8 novembre 2020.

Powered by WPeMatico