You are here: Home » Actualités » Football : Pourquoi la fédération nationale est en faillite ?

Football : Pourquoi la fédération nationale est en faillite ?

Football : Pourquoi la fédération nationale est en faillite ?
 
Après  la faillite socio-économique de notre pays, il y a de cela 50 ans,  la discipline footballistique est devenue en moins de 10 ans, l’espoir d’un peuple courbé sous le poids de la misère et le symbole fédérateur qui va au-delà de l’hymne nationale. L’image du grand rassemblement qui a eu lieu à la place AGAO suite à la victoire de l’équipe nationale contre l’ile Maurice, témoigne de l’engouement des comoriens à se fédérer , à communuer ensemble pendant ces moments victorieux. A partir de ce constat, il est judicieux que la fédération nationale de football reste propre vis-à-vis de tous les maux, de la gestion opaque, détournement et du favoritisme pouvant rompre cet équilibre. Tout comme elle doit rester une institution apolitique qui inculte le patriotisme. 
 
A cela, il faut une gestion saine de la fédération si bien sur nous sommes déterminés à entretenir cette fibre patriotique née du ballon rond. Et, parmi les difficultés que traverse celle-ci, il y le budget de fonctionnement. Souvenez-vous, avant le match contre l’ile Maurice, Alwatwan , le quotidien national avait annoncé la faillite de la fédération qui pourrait conduire l’équipe nationale à se déclarer forfait face à l’équipe mauricienne , sans avoir joué aucun match. Heureusement, un patriote issu de la diaspora marseillaise a avancé les fonds nécessaires permettant l’équipe de rester sur la course, moyennant la gestion de la billetterie. Et pourtant la FIFA loue un credit annuel de 300 000 euros à la fédération comorienne, soit environ 1, 5 milliards de franc comorien, sans parler de la subvention de la confédération africaine de football (CAF ) qui s’élèverait à plusieurs millions d’euros.
 
 Deuxième élément, c’est l’élection du vice-président de la fédération qui est remise en question. Mais ce qui est important ici, c’est l’élection du chef d’état major à ce poste de vice-président qui risque de compromettre la sécurité nationale du pays. De plus, il y a aussi le fait qu’au niveau de la fédération, le STAFF est essentiellement composé d’un groupe de comoriens issu de la diaspora comorienne de Marseille et originaires de Ngazidja. Dans cette nomenclature de la fédé, on peut regretter l’absence flagrante des Anjouanais et des mohéliens. On peut se demander pourquoi ? Cet équilibre doit être rétabli pour ne pas continuer à nourrir les frustrations, synonyme de division. Sur le même aspect, les recrutements de nos jeunes joueurs issus de la diaspora, tout comme les autochtones doivent répondre à des critères de sélection très objectifs et non par complaisance. 
 
En effet, lors des dernières élections présidentielles, le président TOURQUI a soutenu publiquement le vice-président Mamadou au détriment du colonel AZALI , et selon notre informateur, l’équipe AZALI aurais décidé de le faire payer, en lui privant des subventions nécessaires pour sa survie. L’autre prise de position qui risque de pénaliser la fédération africaine, pendant l’élection du président de CAF le mois de mars dernier, le président de la fédération comorienne a pris partie, comme à son habitude, au président sortant de la CAF , M.Issa HAYTTOU au détriment de l’autre candidat, qui est aussi notre voisin malgache, M.Ahmada Ahmada, devenu depuis cette élection le président de la fédération continentale de football.

Alors pour l’amour du Ballon rond que nous partageons tous, l’unité s’impose à nous pour qu’ensemble nous mettrions hors de nuire les escrocs qui gravitent autour de la fédération comorienne. 
  
Mbadakome
 

Powered by Comores infos