You are here: Home » Actualités » Fouad Mohadji et Hamada Madi Boléro ne s’aiment pas

Fouad Mohadji et Hamada Madi Boléro ne s’aiment pas

Fouad Mohadji et Hamada Madi Boléro ne s’aiment pas

Les deux anciens Soviétiques se détestent très cordialement

Par ARM

     L’ancien Vice-président Fouad Mohadji a de la classe politique mohélienne le savoir encyclopédique d’un trombinoscope. Son passage très remarqué dans les milieux du journalisme n’explique pas tout. Il connaît très bien la classe politique mohélienne, c’est tout. Seulement, sa connaissance des milieux politiques n’est pas un phénomène récent. Depuis ses années d’études supérieures en ancienne Union Soviétique, il avait commencé à s’intéresser à la chose. Et là, il allait faire une découverte stupéfiante dès l’arrivée du fugitif international Hamada Madi Boléro à Kiev, Ukraine, en 1985. Rapidement, il se rendit compte qu’il n’allait jamais pouvoir s’entendre avec un homme dont l’esprit est tellement mal tourné qu’il n’a aucune ligne droite, incapable de réfléchir de manière positive. Dès cette période, les deux hommes ont commencé à se haïr et à se détester. Pourtant, il faut avoir l’esprit très large et ne pas lier cette haine au vol de poulet kirghize que le fugitif international avait fait dans le réfrigérateur de Fouad Mohadji. C’est vrai: quand le vol du poulet avait été commis dans son frigo, Fouad Mohadji n’était pas content. Mais, il n’allait pas passer sa vie à ruminer ce vol de poulet. Il finit donc par oublier cette histoire même si de temps à autre, elle lui revient à la mémoire puisque le moment du vol avait été très mal choisi: l’hiver dans la taïga d’Ukraine.

     Les années passèrent. La rancœur restait intacte. Personne n’acceptait de jeter la rancune à la rivière. En octobre 2012, le fugitif international fut nommé Directeur du Cabinet du Président chargé de la Défense. Ceux qui vivaient très mal la mésentente entre Ikililou Dhoinine et le Vice-président Fouad Mohadji commencèrent à respirer, croyant que le fugitif international allait favoriser les conditions d’une réconciliation. Cette croyance ne tenait pas compte du cerveau très spécial du fugitif international Hamada Madi Boléro. Non seulement Président et Vice-président restèrent sur leur mésentente, mais en plus, le fugitif international Hamada Madi Boléro s’employa à attiser le feu et à mentir sur un Fouad Mohadji connu pour son incapacité à faire de sa bouche la valise des saletés des autres. C’est ainsi que le 28 octobre 2014, Fouad Mohadji lança une charge très sévère contre le fugitif international Hamada Madi Boléro, qui avait commis un certain nombre d’erreurs, en critiquant l’amitié entre le Vice-président et l’ancien Président Ahmed Sambi, et en accusant le Vice-président de ne rien faire pour s’entendre avec Ikililou Dhoinine.

     La charge de Fouad Mohadji est délicieusement intitulée «Droit de réponse du Cabinet du Vice-président Fouad Mohadji, suite à un article publié par le journal Al Fadjr par Mohamed Mbechezi à la place de Hamada Madi Boléro». Ce droit de réponse comporte des passages d’anthologie, capables de faire rire un mort enterré depuis quelques siècles et de faire mourir de honte un chacal: «Et pour vous, H.M. Boléro, l’effet décuplé de la pesanteur par rapport à votre petite taille est certainement un atout pour pouvoir vous maintenir confortement sur votre fauteuil; servez-vous en donc avec rationalité. Toujours est-il qu’arrivé au Cabinet par la petite porte, notre marié tardivement à Djoiezi et anciennement à Hambou, ne peut que faire habiller, son court boubou à quelqu’un d’autre… À Mwali, on dit tel oncle, tel neveu». Cette histoire relative à «notre marié tardivement à Djoiezi» est une grave injure, très grave injure quand il s’agit de parler du fugitif international.

     Et, il y a l’autre passage: «Le Vice-président en charge de la Santé n’a jamais été et n’est jamais l’ennemi du Chef de l’État. Ce dernier est le garant de la Constitution, et le Vice-président n’a toujours demandé que le strict respect de la Constitution. Si l’école de Kiev, considère cela comme une animosité, une haine et rancœur, merci pour cette leçon. Mais pour encore une fois révéler l’esprit de rancœur de M. le Directeur de Cabinet, force est de constater que, finalement tous les décrets signés par Son Excellence Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, ne sont plus considérés et doivent être ignorés. Ce n’est plus le Mollah de Mutsamudu, certes, mais celui de Boundadjou, ah pardon de Mitsoudjé. Pourquoi ne pas reconnaître que chacun de vous a son Mollah? Le Vice-président en charge de la Santé a toujours eu le courage de reconnaître qu’il est devenu ce qu’il est avec le concours du Président Sambi: si cela est rater un rendez-vous. Faudrait-il aussi ignorer et quant au bienfait de ton seigneur proclamé! Vous avec votre Mollah Son Excellence Alhadj AZALI ASSOUMANI […]». Ce sont des accusations très graves parce qu’elles sont injurieuses sans en avoir l’air.

     La charge du Vice-président Fouad Mohadji est fondée sur un constat sur un être dont la seule fierté est d’être un homme malfaisant et négatif. Et s’il n’y avait pas l’ingratitude, que Fouad Mohadji mentionne en filigrane! Tout ça en dit long sur un homme qu’avait fui lors de l’élection présidentielle de 2010 même son meilleur «ami», l’actuel Vice-président Abdallah Saïd Sarouma, qui, à la dernière minute, avait refusé d’être son colistier à Mohéli. Or, en relisant le tract historique «Kala Wa Dala» de mai 2014, on ne peut que constater la justesse du propos des cousins et neveux d’Ikililou Dhoinine, qui avaient joliment écrit au sujet du fugitif international Hamada Madi Boléro: «Boléro, Directeur de Cabinet à la Défense, surnommé Dracula. C’est un fantôme, un caméléon, un escroc, un menteur. Il n’a pas d’identité fixe, il change en fonction du pouvoir. Ses alliés (Moishikundi wayi conteneri ya banatacha) Le petit groupuscule qui se réunit devant le conteneur du père de Natacha» (Youssoufa Madi, de Djoiezi)] ne le soutiennent plus, ils le haïssent. Ce Monsieur n’est ni un Mohélien, ni un Grand-Comorien vu ses mentalités (moyenne: 0,5/20. Mention: Traître».

     Ces gens-là ne mentent pas. Cet homme continue à faire le vide autour de lui-même et à faire le nettoyage par le vide. Un jour, il se videra lui-même et se nettoiera lui-même par le vide…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 13 septembre 2016.

Powered by Comores infos