You are here: Home » Non classé » Fourniture de l’électricité I La situation va de mal en pis

Fourniture de l’électricité I La situation va de mal en pis

Société |  11/01/2021 – 

image article une

Le nouveau directeur général de la société d’Etat insiste. «Il faut attendre les 90 jours». Pourtant, le service public fait énormément défaut. Plusieurs régions de Ngazidja sont soumises au régime sec. Et les Comoriens n’ont pas encore la possibilité de s’abonner à une autre société d’électricité pendant les 90 jours.

Le compte à rebours de 90 jours, lancé par le nouveau patron de la société nationale de l’électricité des Comores (Sonelec), est enclenché alors que les heures de fourniture de l’électricité sont en baisse jour après jour dans les différentes régions de Ngazidja. 
Plusieurs régions passent des semaines dans l’obscurité. Washili, Hamahame, Domba, Mbwanku, Dimani n’ont pas été éclairées depuis plus d’un mois. Une situation aux allures d’un défi que l’ancien secrétaire d’Etat est appelé à relever durant ses trois mois de redressement de la société d’Etat. Et trois semaines, on fait recourt, pendant des heures, à un groupe de secours et à des batteries au sein même du siège de la société d’Etat, à Moroni, pour faire fonctionner les caisses. Pourtant, le directeur technique de l’établissement public rassure que la nouvelle centrale d’Itsambuni dotée d’une puissance de 6.4 mégas, financée par le Fond Abu Dhabi et lancée fin 2019, est en marche. «C’est grâce à la centrale d’Itsambuni et de deux groupes électrogènes à Vwadju que vous êtes alimentés», affirme-t-il sans pouvoir préciser la puissance disponible actuellement. 

Au nord de Ngazidja, où il y a une mini-centrale électrique lancée il y a une année, les habitants constatent une baisse considérable de la fourniture du courant.
Une source mieux placée au sein de la société d’Etat indique que le seul groupe électrogène installé au nord-est actuellement utilisé pour alimenter toute la région de Mitamihuli-Mbude alors qu’il continue de lâcher. «Le mercredi, il s’agissait d’une panne survenue au poste 21 mille : le disjoncteur était en feu. Au niveau du groupe, il y a beaucoup de défaillances avec une surexploitation», regrette notre source. Interrogé au téléphone sur la situation actuelle de la production, le nouveau patron de la Sonelec préfère s’abstenir de donner des informations bien qu’il laisse comprendre que «tout a été dit lors de sa conférence de presse» et qu’»il faut attendre les 90 jours». 

Pourtant, les Comoriens n’ont pas encore la possibilité de s’abonner à une autre société d’électricité pendant les 90 jours.
Au niveau de la consommation du gasoil, une source nous confie que le producteur et distributeur public débourse, tous les jours, une somme à hauteur de 20 millions de francs comoriens pour s’en procurer, soit 60 mille litres. «La consommation est loin d’être constante maintenant. La commande du gasoil se fait par rapport à la puissance disponible», precise notre source. Pour résoudre, à court terme, cette crise énergétique, une autre source nous confie cependant qu’une commande de deux groupes électrogènes de marque Caterpillar est déjà lancée à travers la société Henri Fraise Fils & Cie qui est «distributeur exclusif de Caterpillar dans l’Océan indien».

Al-watwan

Powered by WPeMatico