You are here: Home » Actualités » Fraudes massives: Haltes à la fraude au Baccalauréat 2016

Fraudes massives: Haltes à la fraude au Baccalauréat 2016

​Habituellement, des fraudes massives sont commises lors des examens nationaux surtout le Baccalauréat. On se demande à qui la faute? Une expression très connue cette période en comorien  » Nde Lépatri ». Le-patri est le tissu , le moins cher qu’on peut acquérir dans le commerce.

Le Baccalauréat session 2016 a bien débuté ce matin et nous espérons que cette fois-ci le pourcentage de réussite sera en hausse par rapport aux années passées et surtout que cette réussite soit le fruit des efforts des élèves et non celui de la fraude.

Pour revenir à la question, le problème des fraudes est multiple et tout le monde est concerné: Les professeurs, les informaticiens, les surveillants et même les élèves.

 

En effet, certains responsables vendent les sujets à des autorités pour leurs enfants, leurs petites copines et à des établissements scolaires obnubilés par la hausse de leur taux de réussite au BAC. L’astuce, une fois que ces établissements ont réussi à se procurer les épreuves dans le marché noir, les sujets feront l’objet des révisions intensives au sein même de  de ses écoles. Certains enseignants qui ont proposé des sujets aux examens, sans scrupules, réutilisent ces copies intégralement corrigées avec leurs élèves en classe en guise de révision. Lors de la sortie des convocations des surveillants, des vendeurs, pécheurs, cultivateurs, les Towawourengués envahissement des commissariats à l’éducation pour demander à devenir surveillants, en plus, des surveillants enseignants , tous ça pour gagner près de 20 euros par jours.  Enfin, pour les élèves, ils passent leur temps à chercher là où il y a lepatri, c’est-à-dire où peuvent-ils se procurer les épreuves, au lieu de réviser. Souvent on entend scander un peu partout « Kamdjona lepatri yiho ? Na mwendé ho Coulée, Zilmadjou,, volovolo…parfois, les élèves ramènent ces sujets corrigés dans les salles des examens, sans le moindre gêne. Souvenez-vous de l’élève candidat qui est mort l’année dernière par crise cardiaque parce qu’il était pris en flagrant délit de fraude au bac? Paix à son âme.

Dernièrement, on a vu l’installation d’une commission de sécurité aux examens par le ministre de l’intérieur, spécialement, pour juguler ce fléau du Bac. Tellement, la fraude est devenue la norme, le sport national, au point qu’on se demande cette commission est-elle à la hauteur de ce défi?

Alors restons vigilants pour que ces examens se passent à la loyale.

MZIMBA Hassane

Powered by Comores infos