You are here: Home » Actualités » Gesticulation dramatique des crypto-sambistes face à l’État

Gesticulation dramatique des crypto-sambistes face à l’État

Houmed Msaïdié mord et mord sur les talons d’Ahmed Sambi

Par ARM

   Houmed Msaïdié est un très bon ministre de l’Intérieur. En choisissant de mordre de façon continue et systématique sur les talons d’Ahmed Sambi et des crypto-sambistes, il apporte une joie infinie et illimitée aux citoyens comoriens qui aiment leur pays, laissant Ahmed Sambi aboyer dans le désert, à défaut d’autre chose. Ce qui est vraiment sérieux dans le discours de Houmed Msaïdié face aux divagations et délires séniles d’Ahmed Sambi, c’est que le discours n’a pas changé d’un iota. En effet, Houmed Msaïdié n’a pas cessé de marteler qu’Ahmed Sambi doit faire autre chose que de s’accrocher obsessionnellement à un rêve irréalisable: une candidature à l’élection présidentielle de 2016. On comprend bien qu’Ahmed Sambi, après avoir raconté des mensonges aux Comoriens depuis 2006, et comme il n’a plus d’auditoire, a décidé de prononcer ses discours mensongers et démagogiques devant lui-même. Ce qui ne regarde que lui. Cependant, il y a un problème parce que les mensonges qu’il se raconte chez lui, il veut les raconter de nouveau aux Comoriens, qui n’en veulent pas parce qu’ils ont de vrais candidats pour 2016 et non la petite bande d’ignorants prétentieux que vomissent les Comoriens matin, midi et soir. Quand Houmed Msaïdié dit qu’Ahmed «Sambi veut provoquer une guerre civile» et que «la candidature de Sambi est une affaire déjà classée par le gouvernement, qui a pour rôle de préserver la paix dans l’ensemble du territoire national», l’ignorant rétorque que «ma candidature est légitime et est déjà lancée. Personne ne pourra l’empêcher». N’est-ce pas le premier signe de l’ignorance que de croire que quand il prend une décision stupide, «personne ne pourra l’empêcher»? Et depuis quand un simple individu peut-il imposer sa folie destructrice à tout un État et à tout un peuple?

   Et comme qui se ressemble a tendance à se rassembler, Ahmed Sambi est noyé dans le crétinisme juridique et politique par ses propres partisans. En d’autres termes, Ahmed Sambi a plus d’ennemis dans son propre camp de l’ignorance que dans la personne de Houmed Msaïdié. En effet, quand on entend les propos qui sortent de la bouche des crypto-sambistes, et malgré toute la colère qu’on peut ressentir envers un danger public comme Ahmed Sambi, on est bien obligé de plaindre l’ancien Président tant il est très mal servi par ses propres partisans, plus portés sur la polémique que sur le raisonnement juridique et politique. Quand on entend ce que dit Ahmed Hassane El-Barwane, on se demande sur quelle planète vit cet homme, qui ne sait même pas que Houmed Msaïdié a cessé son hermaphrodisme politique puisqu’il est devenu ministre et qu’il ne peut pas être à la fois ministre et opposant au gouvernement auquel il appartient. Or, cela n’empêche pas Ahmed Hassane El-Barwane de claironner que «les propos de Msaïdié nous ont choqués». Quelle bonne nouvelle! Parce que, sans doute, les crypto-sambistes s’attendaient à ce que le ministre de l’Intérieur aille lécher les bottes d’Ahmed Sambi. Eh bien, Messieurs, le ministre de l’Intérieur est dans son rôle quand il fait en sorte que les malfaiteurs ne détruisent pas les Comores. Et puis, il faudra qu’Ahmed Hassane El-Barwane arrête d’inverser les rôles, notamment quand il déclare que «chaque fois que M. Msaïdié s’exprime sur les antennes, il ne parle que de Sambi. Il est temps d’arrêter». Quelle hypocrisie! N’est-ce pas parce qu’Ahmed Sambi fait tout pour s’inviter dans tous les débats, et de la manière la plus haïssable et la plus détestable, que le ministre Houmed Msaïdié est obligé de tirer sur l’élastique de son slip? Le jour où Ahmed Sambi comprendra que les Comores ne sont pas sa propriété privée, qu’il ne peut pas tenter de devenir Président de l’Union des Comores en 2016 et qu’il doit attendre le tour de son île natale d’Anjouan en 2021, Houmed Msaïdié ne rétorquera plus pour lui dire d’aller voir ailleurs. Et, on est obligé de rire quand Ahmed Hassane El-Barwane dit crânement qu’«on n’arrive pas à cerner Msaïdié. Le matin, il est de l’opposition et le soir, il s’accroche au pouvoir». Où ce Monsieur a-t-il vu que Houmed Msaïdié est dans l’opposition alors qu’il est ministre? Il ne faut pas que ces crypto-sambistes transposent leur hypocrisie sur toute la scène politique nationale, eux qui sont tous contre la candidature débile d’Ahmed Sambi, puisqu’ils sont tous candidats, tout en faisant semblant de soutenir leur chef du Parti Bidoche. Assez!

   Et voilà que Mohamed Bacar Dossar revient sur la prétendue obsession de Houmed Msaïdié sur le chef du Parti Bidoche: «Le porte-parole du gouvernement devrait parler des problèmes qui préoccupent les Comoriens; on ne s’attendait pas qu’il ait Sambi dans sa bouche». Cher Monsieur, vous voulez qu’Ahmed Sambi monopolise négativement l’attention des Comoriens et que ceux-ci se taisent? Qu’est-ce qui vous empêche de dire à votre chef de se conduire en homme, en arrêtant de vouloir, à lui seul, avoir une interprétation personnelle de l’article 13 de la Constitution comorienne? Le jour où il va arrêter son cinéma de mauvais goût, il va tomber dans les oubliettes de l’Histoire. C’est Ahmed Sambi qui doit arrêter de se conduire en andouille, et non le contraire. Dites-lui de se ranger du côté du peuple et de s’entourer de vrais juristes au lieu de s’accrocher à des carcasses d’hyènes du Ferlo, au Sénégal.

   Et c’est alors que Fahmi Saïd Ibrahim entre en scène et, une fois de plus, son «raisonnement juridique» est entièrement erroné et fallacieux, sans aucune intelligence juridique. Que dit-il? Il nous sort un truc à lui seul, un truc auquel ne peut adhérer aucun juriste digne de ce nom: «Dans le concept de la tournante, ce sont les îles qui tournent mais pas les personnes. Selon la Constitution, pour être candidat, il faudrait être de nationalité comorienne». Ah bon? Et où a-t-il lu ça, celui-là? Où? Pour rappel, l’article 13 de la Constitution comorienne dispose que «la présidence est tournante entre les îles». Est-ce qu’il faut vraiment se livrer à des exégèses hypocrites quand on est en présence d’une disposition constitutionnelle aussi claire? Non, non et définitivement non! «La présidence est tournante entre les îles», cela signifie que la présidence comorienne tourne d’une île comorienne à l’autre, et c’est ce qui se passe depuis 2002, sans soulever la moindre difficulté entre Comoriens. Sinon, comme Ahmed Sambi est obsédé par le pouvoir, pourquoi n’a-t-il pas présenté sa candidature en 2002 à la Grande-Comore et en 2010 à Mohéli, alors qu’en 2010, il avait tout fait pour ne pas quitter le pouvoir? Qu’on explique cela aux Comoriens.

   Le reste du discours de Fahmi Saïd Ibrahim est dicté par la frustration et la haine, et aucun Comorien ne comprendra la pertinence de ses propos quand il dit que «si c’était une autre personne originaire d’Anjouan, il n’y aurait pas de problème». Où est-il parti chercher cette sortie sans queue, ni tête? Et où a-t-il vu ça. Et voilà qu’il s’enfonce dans le discours dicté par la frustration personnelle et la haine pure: «Dans un pays normal, le Président d’un parti effectue des déplacements pour se rapprocher des citoyens et connaître leurs problèmes. C’est le cas de Sambi», ajoutant que «si Ikililou ne le fait pas, c’est normal car il a été élu Président sans tenir la moindre réunion. On l’a seulement appelé à venir prendre le pouvoir». Très bien. 20/20. Si le Président Ikililou Dhoinine a été élu sans «sans tenir la moindre réunion» et qu’«on l’a seulement appelé à venir prendre le pouvoir», c’est une très bonne nouvelle parce que, pour se faire élire, Ahmed Sambi a raconté des rivières de mensonges démagogiques tandis que dans le cas d’Ikililou Dhoinine, il a suffi de le regarder pour que les Comoriens disent qu’il est le Président qu’il leur faut, sans le moindre discours. Fahmi Saïd Ibrahim explique donc aux Comoriens que le discours démagogique d’Ahmed Sambi est inutile parce que les Comoriens élisent leurs dirigeants sans les écouter, puisque le sérieux et la sincérité se lisent sur leurs visages. Il faudra que le Président du Parti de l’Entente comorienne fasse breveter sa belle découverte politique.

   Et puis, quand Fahmi Saïd Ibrahim dit qu’Ahmed Sambi «effectue des déplacements pour se rapprocher des citoyens et connaître leurs problèmes», les Comoriens sont littéralement morts de rire, parce qu’ils n’ont pas oublié que le même Ahmed Sambi qui, apparemment vit sur Uranus, avait déclaré ne pas savoir que les fonctionnaires et agents de l’État totalisaient 9 mois de salaire, alors qu’il était Président de la République. Alors, quand il était Président, il ne se souciait pas des Comoriens, et c’est aujourd’hui, qu’il veut «effectuer des déplacements pour se rapprocher des citoyens et connaître leurs problèmes»? Voilà une très belle chose. Cependant, les Comoriens ne sont pas dupes. Ils vous observent et attendent le moment pour vous signifier leur rejet et leur mépris. Ce moment ne saurait tarder. L’année 2016 est pour demain, et à moins d’un coup d’État, ne comptez pas sur les Comoriens pour installer l’un d’entre vous au pouvoir. Faites autre chose.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 23 septembre 2015.

Powered by Comores infos