You are here: Home » Uncategorized » Gros Mohamed Elamine Soeuf broie du noir et rit jaune

Gros Mohamed Elamine Soeuf broie du noir et rit jaune

Gros Mohamed Elamine Soeuf broie du noir et rit jaune

Les mensonges sur la mort de la feuille de route sur Mayotte

Par ARM

      Han! Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre? Commençons par le commencement. Le jeudi 28 septembre 2017, les ministères français des Outre-mer et celui de l’Europe et des Affaires étrangères publiaient un communiqué de presse commun signalant que: «Compte tenu des incompréhensions et des fausses informations que ce document a suscitées à Mayotte, la mise en œuvre de la feuille de route a été différée dans un souci d’apaisement, tout en maintenant le dialogue avec les autorités comoriennes». Les Mahorais venaient de remporter une très belle victoire contre la pathétique diplomatie de la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé, qui croyait qu’elle pouvait ouvrir officiellement la voie à l’invasion de Mayotte par les milliers de Comoriens déçus par une «indépendance de drapeau» (le mot est de Julius K. Nyerere) qui tourna à l’hécatombe, du fait d’autorités irresponsables, inconscientes, criminalisées, mafieuses et kleptocrates.

Sur le fameux communiqué de presse, il est mentionné noir sur blanc: «À la demande des élus mahorais, une rencontre a été organisée ce jour au ministère des Outre-mer sur la feuille de route issue du Haut Conseil Paritaire France-Comores du 12 septembre dernier. Cette consultation a associé les parlementaires, le Président du Conseil départemental de Mayotte et les représentants des ministères chargés des Affaires étrangères, de l’Intérieur et des Outre-mer. Les échanges nourris ont porté sur la feuille de route comportant des engagements réciproques des Comores et de la France».

Donc, nulle part, il n’est mentionné que les Comores ont été consultées avant la suspension de la feuille de route, suspension qui va se traduire par un abandon définitif. Or, quand fut annoncée la décision en question, le rocambolesque et pittoresque Mohamed Elamine Soeuf s’est permis d’organiser une conférence de presse à l’utilité douteuse juste pour dire perfidement et mensongèrement aux Comoriens et à la communauté internationale que les Comores ont été associées à cette suspension. Mensonges! En lisant le communiqué, on ne voit rien de tel. En d’autres termes, la «Républiquette» de Mitsoudjé a été placée devant le fait accompli. Elle n’avait pas voix au chapitre. Elle a été humiliée par les Mahorais.

Un homme l’a compris et n’a pas cessé de fulminer et maugréer depuis: le bouillant et bouillonnant souverainiste Saïd-Ahmed Saïd-Abdillah, explosif Président du Parti Comores Alternatives (PCA). Il avait procédé à une analyse sémantique, politique et diplomatique du texte, et était fier comme Artaban. Pour une fois, lui le chef des souverainistes comoriens, était satisfait des résultats de négociations entre les Comores et la France. La décision de différer la mise en œuvre de la feuille de route l’a littéralement tué. Il se contente de dire: «Pour une fois, nous étions dans la bonne voie, et tout vient de s’écrouler. C’est très difficile. Les séparatistes viennent de remporter la victoire. C’est dommage».

Ce fiasco est celui de toute la «Ripoux-bliquette» de Mitsoudjé, et plus spécialement celui du «concubinocrate» Azali Assoumani Boinaheri et du grassouillet Mohamed Elamine Soeuf, le seul «diplomate de formation et de carrière» du monde, dans sa conception fantasmagorique des choses. Si les Comores avaient été associées à la décision de différer la mise en œuvre de la feuille de route, cela aurait été constaté au moment de l’annonce de la décision. Et cette annonce aurait donné lieu à un communiqué franco-comorien à l’Ambassade de France à Moroni. Cela n’a pas été fait.

Les Comores ont donc subi les effets de l’intelligence politique des Mahorais, et il est demandé à Mohamed Elamine Soeuf d’avoir un semblant de dignité, pour une fois. Il a échoué lamentablement, et il doit l’admettre, au lieu de vouloir faire passer un échec personnel, familial, clanique et villageois en simple «aménagement technique». Qu’il arrête de mentir et de rire jaune. Quand on échoue d’une manière aussi honteuse, il faut avoir la décence de se taire et d’adopter un profil bas.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 2 octobre 2017.

Powered by Comores infos