You are here: Home » Actualité » Hamada Boléro, créateur mondial du malheur heureux

Hamada Boléro, créateur mondial du malheur heureux

Hamada Boléro, créateur mondial du malheur heureux

Il pleure pour lui, se réjouit pour le faux Dhoihir Dhoulkamal

Par ARM

       La maison du fugitif international Hamada Madi Boléro ne désemplit pas. Les gens vont lui présenter des «condoléances sans mort» pour sa non nomination au sein de la chose qu’on appelle pudiquement «le gouvernement». Quelle bêtise! Mais, il y a aussi les petits curieux et les badauds, ceux qui vont le sonder pour savoir dans quel état d’esprit il est depuis qu’il a mordu la poussière gouvernementale, humilié par le tueur fou Assoumani Azali Boinaheri.

En homme habitué aux coups bas, il ne se confie qu’à ses proches. Il est très amer et leur dit: «Azali ne respecte pas ses engagements. Il n’a pas de parole. J’ai volé pour lui les élections présidentielles de 2002. En 2004, lors des élections législatives, il finance la campagne électorale de Mohamed Larif Oucacha pour me faire perdre. Il m’a fait perdre ce scrutin. En 2010, il soutient tout le monde sauf moi. J’ai fait ma campagne électorale de 2010 avec 2 millions de francs comoriens, soit 4.000 euros. En 2016, j’ai volé l’élection présidentielle pour lui. Depuis mon départ de la Commission de l’océan Indien, en juillet 2020, je suis au chômage. Il nomme des rigolos et me piétine, après avoir tué la présidence tournante et mes espoirs. D’après nos accords de 2016, quand je fraudais l’élection présidentielle pour lui, je devais être nommé ministre en 2020, devenir Vice-président de 2021 à 2026, et préparer le terrain pour être élu Président de 2026 à 2031. Il a tout cassé.

       Je suis en colère. Mais, ma colère et ma déception sont devenues mes atouts. J’aurais dû être nommé ministre des Affaires étrangères. C’est mon domaine. Tu as vu ce que l’homme que je sers depuis 1999 a fait? Il a nommé Dhoulkamal. Dhoulkamal! Tu imagines? Dhoulkamal! Mais, je suis dans un malheur heureux parce que Dhoulkamal va tomber et je vais danser sur son cadavre. Il va tomber. Le malheur heureux est quelque chose de jouissif. Je suis malheureux parce que je ne suis pas nommé ministre, mais heureux parce que Dhoulkamal fait l’objet de la nomination la plus controversée et contestée de notre pays.

       Azali est sur la sellette et ne va pas pouvoir tenir. Le scandale lié à la nomination de Dhoulkamal est le scandale de trop. Il voulait le récompenser pour le Rapport couperet et bidon contre l’ennemi Sambi. Mais, c’est très bête et maladroit. Cette bêtise va lui coûter très cher. Chaque heure, on découvre un nouveau scandale sur Dhoulkamal. Cela me réjouit. Ça apporte de l’eau à mon moulin. Le malheur de ma non nomination est compensé par le vomissement populaire dont fait l’objet Dhoulkamal. Dans quelques jours, Azali sera obligé de chasser Dhoulkamal et de me nommer à sa place. Il va m’appeler quand personne ne parlera de moi sauf ARM, mon farouche ennemi, mon ancien camarade de classe qui, comme je le lui ai dit quand nous étions en classe de Cinquième, sera toujours prompt à me dénoncer, moi la grande personnalité politique».

Tout ça est bien dit, et même très bien dit, à condition de ne pas oublier que le dictateur fou Assoumani Azali Boinaheri a un cerveau tellement détruit par la tumeur qu’il n’est pas en mesure de réfléchir et de réagir en homme normal. Pour lui, l’assassin Toiliha Dhoulkamal, le faux Dhoihir Dhoulkamal, est un cadeau tombé du ciel.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 30 septembre 2020.

Powered by WPeMatico