You are here: Home » Uncategorized » Hamada Madi Boléro a abandonné son poste à la COI

Hamada Madi Boléro a abandonné son poste à la COI

Hamada Madi Boléro a abandonné son poste à la COI

Qu’il soit démis de ses fonctions à la tête cette organisation!

Par ARM

      «Je viens de croiser le fugitif international», «le fugitif international est en train de glander ici», «j’ai vu le fugitif international», «mais que fait encore le fugitif international ici?», sont les mots que prononce tout Mohélien qu’on a au téléphone. Naturellement, après investigations, ce qu’on découvre relève tout simplement de l’hallucination hallucinante et hallucinogène. Le fugitif international polygame Hamada Madi Boléro a abandonné son poste au secrétariat général de la Commission de l’océan Indien (COI) pour des futilités aux Comores, avec une prédilection pour Mohéli, où il est dans toutes les sections de la CRC et tourmente tout le monde. Pour des futilités de gamin boutonneux, gommeux et aux oreilles décollées allant à son premier rendez-vous galant.

Il sillonne Mohéli, l’air de nouveau comme complètement fou et hébété. Son discours est le suivant: «L’Imam va remanier son gouvernement, et dans quelques jours on reconnaîtra les vrais membres de la CRC. Moi, j’ai la confiance du Colonel Azali Assoumani, qui m’avait confié la présidence par intérim en 2002 et que j’ai fait élire par la fraude, mais que j’ai fait tout de même élire, et que j’ai replacé à Beït-Salam en 2016 par la même fraude. Il me fait confiance. Ce qui n’est pas le cas de certains godelureaux qui se bombent la poitrine et qui ne sont rien. La preuve de ma proximité avec le Président, je viens de la fournir en faisant nommer Abdou Nassur Madi, pour compenser le prochain limogeage de son petit frère Wahadi, qui ne sera pas reconduit à son secrétariat d’État auprès de mon ancien ami Chabouhane. L’homme de l’Imam Azali à Mohéli, c’est moi et non Ali Hassanaly, le vice-président Abdallah Saïd Sarouma et le Gouverneur Mohamed Saïd Fazul». Charmant!

Cette nouvelle vantardise n’a pas plu à Mohéli, car le Tout-Mohéli sait que le fugitif international polygame Hamada Madi Boléro n’a jamais aidé un Mohélien à obtenir un poste. Wahadi Madi est particulièrement outré par les propos tendancieux du fugitif international polygame et dit que c’est lui-même qui a fait nommer son grand frère. Donc, le fugitif international polygame Hamada Madi Boléro a fait son abandon de poste à la COI pour des banalités, à un moment où ses ennemis à la CRC vont susurrer, murmurer et chuchoter aux oreilles du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani sa grave trahison dans une certaine suite d’hôtel de Dubaï lors de leur première kleptocratie, juste pour le mettre hors-jeu. Cette affaire de trahison lui collera au front toute sa vie et dans l’éternité. C’est une trahison de scélérat.

Le fugitif international polygame Hamada Madi Boléro est le parfait esclave du «ventriote» Azali Assoumani et fait tout pour essayer d’effacer les traces de sa trahison dans la suite d’hôtel de Dubaï. Son chef s’en sert comme d’un esclave et d’un kleenex, mais il sera impossible de recréer les conditions de la confiance. Une trahison dans une suite d’hôtel, ça ne se fait pas, mon bon et cher Monsieur. Ce n’est pas bien. Le fugitif international polygame Hamada Madi Boléro a du souci à se faire parce que le «concubinocrate» Azali Assoumani a parfaitement compris qu’il ne représentait rien à Mohéli, où il ne dispose d’aucun réseau de clientélisme politique, ni d’un réseau familial pour mobiliser les foules. Donc, le dictateur de Moroni a préféré remettre en service Ali Hassanaly, qui sait gérer son relationnel aux Comores et ailleurs, lui qui a été le dernier Préfet comorien de Mayotte juste avant l’indépendance, ministre sous Ahmed Abdallah et au début du régime politique de Saïd Mohamed Djohar, et qui avait été nommé Ambassadeur en Lybie par… le «concubinocate» Azali Assoumani lors de sa première kleptocratie.

Pour placer ses billes, le fugitif international polygame Hamada Madi Boléro est même fâché contre son «ami» Abdallah Saïd Sarouma, dit Chabouhane, dit Baguiri, dit Gris-gris, dit Coach, dit Lionel Messi, qui a fait alliance avec le semblant de Gouverneur Mohamed Saïd Fazul, qui avait fait nommer le fugitif international polygame Premier ministre et qui avait été nommé Gouverneur de Mohéli par le mauvais garçon en 2000, avant que les deux individus ne se mettent à s’injurier dans la rue. Les deux lascars sont de Boingoma, mais le fugitif international polygame Hamada Madi Boléro n’a jamais voulu voir émerger quelqu’un d’autre que lui à Boingoma. Il a massacré la carrière du Colonel Saïd Hamza, allant jusqu’à inventer ses propres règles, notamment pour dire que l’Armée ne saurait être dirigée par un officier venu de la Marine. L’alliance entre Mohamed Saïd Fazul et Abdallah Saïd Sarouma l’inquiète, lui qui sait que le roublard Abdallah Saïd Sarouma devait être son colistier lors de l’élection présidentielle de 2010, mais l’avait trahi à la dernière seconde pour Bianrifi Tarmindhi, à qui le polygame en fuite internationale avait ravi le poste de Premier ministre.

En plus, lors des élections gubernatoriales de 2016, Abdallah Saïd Sarouma, colistier du putschiste Azali Assoumani à Mohéli et cacique de la CRC, soutenait non pas Achirafi Ben Cheikh, le candidat de la CRC au Gouvernorat de Mohéli, mais Mohamed Saïd Fazul dit Non-aligné du fait de ses zigzags légendaires, depuis que nous étions au Collège de Fomboni. En tout état de cause, l’adhésion du semblant de Gouverneur Mohamed Saïd Fazul à la CRC signifie que Mohéli a à sa tête un homme sans honneur. Pourquoi? Parce que, lors de sa conférence de presse du 30 décembre 2015 à l’Hôtel Relais de Singani, à Fomboni, là où le Tout-Mohéli s’était retrouvé auparavant pour maudire le fugitif international polygame Hamada Madi Boléro pour qu’il ne soit jamais élu un jour, le «ventriote» Azali Assoumani avait tenu des propos très méprisants envers Mohamed Saïd Fazul, que soutenait une partie de la CRC à Mohéli, contre le candidat officiel de la CRC au Gouvernorat de l’île.

Voici ce que disait l’homme le plus arrogant des Comores: «Par contre, ce que je ne comprends pas à Mohéli, c’est que Fazul n’a jamais été à la CRC. Je ne comprends donc pas pourquoi vous mentez sur notre compte en prétendant qu’à la CRC, on se bagarre à cause de Fazul. Fazul n’a jamais été à la CRC. Fazul, je l’ai soutenu à trois reprises, mais il n’a jamais été à la CRC. Le reste, c’est vous qui le savez, c’est vous qui nous direz ce qu’il en est. […]. Je peux vous certifier que jusqu’en ce moment, et vous pouvez le demander à Fazul, il ne m’a pas appelé une seule fois, et il ne m’a vu ne serait-ce qu’une seule fois pour me parler de ses affaires. Vous pouvez le lui demander. Je ne sais pas avec qui il parle, mais si nous mettons de côté les années passées, je ne sais plus depuis combien d’années nous n’avons pas échangé. […]. Depuis 2010, quand nous le soutenions, et quand il perdit les élections, je ne me souviens pas d’une seule fois où il m’a appelé ou est venu me voir à la Grande-Comore, mais ça, il ne faut pas le dire à la radio. Maintenant, il a des ambitions, il y va. C’est normal. Il est normal pour lui d’avoir des ambitions. Mais, qu’on me cite un seul moment où il est venu me voir pour discuter. S’il est là et s’il tourne, ça n’engage que lui. Mais, je vous dis que s’agissant des gens de la CRC qui suivent Fazul, la chose est possible. Cependant, ils n’ont pas été mandatés par la CRC. Ce sont des gens qui font des choses sur lesquelles nous ne sommes pas d’accord, et je les ramène à la raison parce qu’aujourd’hui, il doit y avoir une discipline du parti, et quand le parti prend une décision, tout le monde doit s’y conformer».

Finissons en expliquant au «pouvoiriste» Azali Assoumani et au fugitif international polygame Hamada Madi Boléro que leur polygamie causera leur perte puisque les conditions définies par le Coran sont tellement restrictives qu’elles sont une interdiction de cette pratique matrimoniale:

«Et si vous craignez de ne pas être justes envers les orphelins, il est permis d’épouser deux, trois ou quatre parmi les femmes qui vous plaisent, mais si vous craignez de ne pas être justes, alors une seule, ou des esclaves, que vous possédez. Cela afin de ne pas commettre d’injustice» (IV, Les Femmes, 3).

      Cela devait leur être rappelé. Maintenant, c’est à eux de savoir ce qu’ils font. En attendant, comme le fugitif international Hamada Madi Boléro est dans une situation d’abandon de poste à la COI, il doit être démis de ses fonctions. À cette fonction, il déshonore profondément les Comores.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 2 juillet 2017.

Powered by Comores infos