You are here: Home » Actualités » Hamada Madi Boléro est interdit d’Islam et de COI

Hamada Madi Boléro est interdit d’Islam et de COI

Le nouveau cap de la stratégie de la haine et de la détestation

Par ARM

   Pour comprendre ce qui va se dire entre nous, commençons par signaler que le philosophe espagnol José Ortega Gasset définit la haine et la nature de la haine: «Haïr, c’est tuer virtuellement, détruire en intention, supprimer le droit de vivre. Haïr quelqu’un, c’est ressentir de l’irritation du seul fait de son existence, c’est vouloir sa disparition radicale». Il précise les modalités de la haine: «La haine sécrète un suc virulent et corrosif. […]. La haine est annulation et assassinat virtuel – non pas un assassinat qui se fait d’un coup; haïr, c’est assassiner sans relâche, effacer l’être haï de l’existence». «Assassiner sans relâche»! Voilà ce que font les haineux contre Hamada Madi Boléro! Ils veulent «effacer l’être haï de l’existence»! C’est tout un «travail coordonné»! C’est toute une organisation de personnes qui, parce qu’elles ont échoué, n’admettent pas que quelque part, quelqu’un qui n’aurait pas bénéficié de leur appui, puisse réussir quelque chose.

   Pour illustrer cela de nouveau, la psychanalyste Marie-Claude Defores considère la haine comme une force qui, délibérément, déstructure et déshumanise, comme l’arme principale de la perversion: «Il est important de distinguer l’agressivité, qui est une pulsion de vie, de la haine, qui est une force de dépersonnalisation… La haine peut prendre les formes les plus socialisées; elle refuse le nouveau, tourne vers le passé, produit la répétition et dépersonnalise». Oui, la haine «dépersonnalise»! Sinon, comment comprendre que des gens jugés normaux, puissent passer tout leur temps à imaginer des complots haineux contre une personne qu’ils ne connaissent même pas? La dernière fois, je vous parlais de ceux qui expliquaient à la longueur des journées que l’auréole («Sidjida») sur le front de Boléro serait due au fait que chaque matin, il se frotterait le front sur le tapis de prière exprès, alors que beaucoup de personnes aux Comores l’ont sans que cela ne fasse débat! Il y a même des ivrognes, des personnes aux comportements pour le moins douteux et qui portent l’auréole sur le front, mais puisqu’elles seraient acceptables, cela ne fait pas débat!

   Et pourtant, pour tous ceux qui sont de notre promotion savent que Cheikh Ridhoi Soilihi (Boingoma), grand-père maternel de Hamada Boléro, demi-frère de Maécha Attoumane, père d’Ousseine Maécha (Fomboni), fut le patron du rite Rifayin sur toute l’île de Mohéli. C’est ainsi que, dès son jeune âge, après l’École coranique, Hamada Madi Boléro était devenu un fervent Mouride Rifayin, comme son grand-père Cheikh Ridhoi Soilihi. Ensuite, à l’âge de 10 ans, son oncle maternel, le très célèbre Soilihi Mohamed Soilihi dit Ba Soilihi, l’a pris en charge, et Hamada Madi Boléro a quitté son village natal pour désormais vivre dans la ville natale de sa grand-mère Maïmouna Madi Abdallah, à Djoiezi. Et c’est ici où nos chemins se sont croisés comme la plupart des élèves de notre promotion, dont le futur Président Ikililou Dhoinine. C’est à Bandar-Es-Salam, chez le Maître Assane Madi Abdou que les jeunes de Djoiezi, après la prière du Maghrib, apprenaient les rudiments de l’Islam. Ici, ils ont appris le très célèbre «Babou: Irchad Al-Mouslimina», le «Safinat» et autres livres comme le «Minhadj» ou encore le «Moukadimat Al-Haramayini» ou le «Robo»…

   Ensuite, à Djoiezi, Hamada Boléro fait partie de ces jeunes de notre génération qui, chez le Maître Bounou dit Foundi Ba Zayi, nous faisait chaque jour entendre à la mosquée de Bwéni Djadi les invocations Chadhuli, et il fut l’un des meilleurs élèves de sa génération. Qu’il soit un bon pratiquant de l’Islam, pour nous qui le connaissons, cela n’a rien d’étrange, bien au contraire. Mais, la haine n’a pas de limites pour les haineux! Or, depuis que sur ce site, a été évoquée sa possible nomination à la tête de la Commission de l’océan Indien (COI), les haineux n’ont pas tardé à ergoter en ces termes haineux: «Oui, il ira se cacher à la COI alors qu’il n’a jamais été élu chez lui!». Quelle ignorance du fonctionnement des institutions internationales! D’abord, qu’une personne qui a fait ses études en Relations internationales et leur Droit soit désignée comme Secrétaire général d’une organisation internationale, régie par ce Droit international, c’est l’apothéose. Et c’est normal. Ensuite, ces postes sont le plus souvent occupés par des personnes justement qui ne font plus de la politique et donc la plupart n’ont jamais été élues. Si Jean-Claude de l’Estrac avait été un élu local chez lui, à l’île Maurice, il en va autrement pour la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, Présidente de la Commission de l’Union africaine, Ban Ki Moon, secrétaire général de l’ONU, ou encore Michaëlle Jean, la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Ces personnes qui n’ont jamais été élues occupent pourtant des postes très privilégiés dans des organisations internationales. Mais, dans le cas de Hamada Madi Boléro, certains ne peuvent trouver sommeil que s’ils le haïssent au point de vouloir le voir mort afin d’aller danser sur sa tombe.

   Pour le psychanalyste Pierre Delaunay, «celui qui hait dénie toute existence à l’objet de sa haine; au point de la supprimer si elle se manifeste moindrement. […]. Il pétrifie l’autre en sorte qu’il n’existe que très peu et, si ce n’est pas suffisant, il le tue. L’existence de l’autre, il n’en veut rien savoir». Justement, les haineux qui s’acharnent contre Hamada Madi Boléro voudraient le voir mort au point qu’ils font chaque soir un cauchemar dans lequel ils le voient mort. Mais pourquoi? Je souhaiterais que les Comoriens qui sont branchés sur les réseaux antisociaux répondent à cette question. Si c’est parce qu’il est Directeur du Cabinet du Président Ikililou Dhoinine et s’occupe de la Défense ou parce qu’il a été celui d’Azali Assoumani Baba, alors qu’Ahmed Abdou de Mutsamudu et Ali Nassor de Mitsamiouli furent ceux d’Ahmed Abdallah, comme le Docteur Mouhtar Ahmed Charif d’Itsandra, Mohamed Abdou Soimadou de Mbéni, Saïd Saïd de Mtsangadjou, Mohamed Ali Soilihi de Mbéni furent ceux de Mohamed Taki Abdoulkarim ou encore Fakridine Mradabi, Houmed Msaïdié et Mohamed Chatur furent ceux d’Azali Assoumani Baba ou Mmadi Ali fut celui d’Ikililou Dhoinine, et pourtant on ne les haït pas tant?

   Ou bien c’est parce qu’il fut Premier ministre? Mais, Ali Mroudjaé et Abasse Djoussouf de Moroni le furent respectivement sous Ahmed Abdallah et Tadjidine Ben Saïd Massounde ou encore les Anjouanais Abdillah Mohamed, Ahmed Mohamed, Nourdine Bourhane, Saïd Ali Mohamed, Halidi Ibrahim Abdérémane, Ben Cheikh Attoumane, Mohamed Abdou Madi, Halifa Houmadi, Caambi El Yachouroutu Mohamed et le Mohélien Bianrifi Tarmindhi l’ont été aussi et pourtant ils ne sont pas tant haïs? Est-ce parce qu’il fut Président de la République par intérim de la République de janvier à mai 2002? Non, puisque les chantres de la haine et de la détestation n’aiment même pas en parler, et ensuite Saïd Mohamed Djohar et Tadjidine Ben Saïd Massounde le furent aussi et pourtant ils ne sont pas si haïs.

   Il n’est demandé à personne d’aimer ou détester Hamada Madi Boléro. Chacun gère son cœur comme il veut. Mais, en même temps, en dépit de tout ce que nous pouvons ne pas aimer chez une personne comme Hamada Madi Boléro, nous devons nous interroger sur cette haine gratuite et malsaine des crypto-sambistes et d’autres qui se ridiculisent. Comment ces gens qui, quand ils étaient au pouvoir, ont tout fait pour jeter Hamada Madi Boléro en prison en créant de toutes pièces des histoires à dormir debout, n’ont pas réussi tout simplement à l’éliminer parce que l’homme de Mohéli prend des précautions lorsqu’il exerce le pouvoir, connaissant parfaitement la haine que les autres lui vouent, et sachant que les chantres de la détestation inventent et affabulent. Les Comoriens les regardent et les voient.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 19 septembre 2015.

Powered by Comores infos