You are here: Home » Actualités » Hamada Madi Boléro prend congé de l’Armée

Hamada Madi Boléro prend congé de l’Armée

Hamada Madi Boléro prend congé de l’Armée

Discours prononcé à Kandani le lundi 15 février 2016

Par ARM

  Appelé à devenir le prochain secrétaire général de la Commission de l’océan Indien, Hamada Madi Boléro a quitté ses fonctions de Directeur du Cabinet du Président chargé de la Défense. Ce lundi 15 février 2016, en présence de Daroussi Allaoui, son successeur, il a prononcé un important discours au camp militaire de Kandani, dont voici la teneur.

  Monsieur le ministre,

  Honorable assistance.

  Au nom du Département de la Défense, de l’État-major de l’Armée nationale de Développement, du Chef d’État-major le Colonel Youssouf IDJIHADI, de tous les Chefs des Corps de l’Armée, je vous souhaite la bienvenue au camp militaire emblématique de Kandani pour votre prise de fonctions officielles en qualité de Chargé de la Défense en Union des Comores.

  Permettez-moi, Monsieur le ministre avant tout de profiter de cette heureuse et belle opportunité pour présenter mes remerciements les plus sincères au Chef suprême des Armées, le Docteur Ikililou DHOININE pour la confiance qu’il m’a témoignée en me confiant depuis 2012, la Direction de son Cabinet et me chargeant du Département de la Défense nationale. Ensuite, à tous mes collaborateurs de la Présidence et du Palais de Beït-Salam, aux Conseillers du Président, aux chargés de mission, mais surtout aux autres fonctionnaires subalternes parce que sans eux, Mesdames et Messieurs, la Présidence et le Palais n’auraient jamais continué à fonctionner et à exister.

  Et enfin, je dois avouer que pour la troisième fois que j’ai eu la chance et le privilège de diriger ce Département de la Défense, les officiers, les sous-officiers, les hommes du rang ainsi que le personnel militaire et civil de l’Armée nationale de Développement, je suis toujours impressionné par l’accueil et la considération qu’ils m’ont toujours manifestés tout en m’apportant leur soutien pour réussir ensemble les missions qui nous ont été confiées.

  J’ai noté la très franche et professionnelle collaboration du Colonel Youssouf IDJIHADI, tout l’État-major et ainsi qu’à l’ensemble des troupes des différents corps et je leur adresse mes remerciements les plus sincères.

  Honorable assistance,

  Ensemble, avec l’État-major, le Cabinet militaire, les chefs des Corps, les officiers, les sous-officiers de l’Armée, de 2012 à 2016, nous ne prétendions pas accomplir des miracles certes, toutefois, sur instructions du Chef suprême des Armées, nous avons réalisé beaucoup de choses pour améliorer les conditions de travail de nos troupes.

  Dans un premier temps, nous avons été contraints de confondre notre Défense avec les réalités intérieures après que notre pays ait subi de plein fouet sa grande crise, celle que nous appelons communément la crise séparatiste. Le faisant, nous avons tiré les leçons de l’Histoire récente de notre pays et avons surtout compris qu’il faut absolument et d’une manière durable et soutenue consolider la réconciliation des cœurs des Comoriens, une réconciliation scellée à Fomboni, sur l’île de Mohéli, le 17 février 2001. Il fallait sans tergiverser dire «NON» à ceux qui continuent encore à méconnaître les réalités sociologiques dans notre pays, dans notre archipel, un archipel que les historiens n’ont pas hésité à baptiser «Archipel aux sultans batailleurs». Notre Département a accompagné significativement et sans complexes les autorités du pays avec l’appui de ses partenaires bilatéraux et multilatéraux dans la stabilisation et la Défense des institutions républicaines.

  D’ores et déjà, et nous pouvons dire qu’à quelques 101 jours de la prestation de serment du prochain chef de l’État que les Comoriens ont compris et bien intégré la valeur de la paix civile et que nos forces de sécurité et de défense ne relâcheront jamais la pression sur ceux qui n’ont toujours pas compris que notre survie et le développement de notre pays en dépendent. Ensuite, face aux bouleversements qui ont accompagné le développement de notre monde dit moderne pendant ces trois dernières décennies et jusqu’à nos jours, à la fois idéologiquement parlant, structurellement et géopolitiquement parlant, il aurait été très imprudent de notre part, dirigeants d’un petit État insulaire comme les Comores et dont l’Histoire institutionnelle reste si mouvementée, si nous ne prenions pas la mesure des difficultés auxquelles le pays serait confronté à l’avenir.

  C’est en partie pour ces raisons objectives que, sur instructions du Chef suprême des Armées, le Docteur Ikililou DHOININE, en collaboration avec nos principaux partenaires ainsi qu’avec les pays voisins et avec lesquels nous entretenons d’excellentes et privilégiées relations, que nous avons organisé et réussi un Séminaire national pour la Défense et la Sécurité en Union des Comores. Au cours de ce séminaire, nous avons été appuyés par le système des Nations Unies en Union des Comores, par l’Union africaine, par les pays voisins des Comores, mais également dans le cadre de l’Eastern Africa Standby Forces, et chaque pays membre nous envoyé une très forte délégation de techniciens de Défense et de Sécurité ainsi que des délégations des pays amis des Comores. Nous avons surtout bénéficié des compétences de hautes personnalités de renommée internationale rendant davantage crédible et rassurante notre entreprise.

  Les résultats dudit séminaire ont permis aux cadres de la Défense sous les instructions encore une fois du Chef suprême des Armées, de se pencher sur la réflexion suivie de la rédaction du livre «Katiba sur la Défense et la Sécurité en Union des Comores», dans lequel sera clairement définie la Stratégie nationale ainsi que les détails pratiques et les mécanismes de la Sécurité et la Défense nationales dans les prochaines dix années.

  Je voudrais user de ce moment particulier pour remercier encore une fois, au nom du Département de la Défense, les pays qui nous ont accompagnés techniquement tels que la France, l’Arabie Saoudite, Madagascar, les 9 pays de l’EASF ainsi que le Directeur exécutif, l’Ambassadeur Ismaël CHANFI, et financièrement tel que le Sultanat d’Oman, les Émirats Arabes Unis et le Maroc. Une Commission technique est en en train de travailler sur sa vulgarisation et elle est appuyée par le système des Nations Unies.

  Honorable assistance,

  Dans le cadre de la coopération, après avoir signé et ratifié les accords de coopération militaire avec la France, les États-Unis d’Amérique, le Maroc, la Chine et Madagascar, dans le cadre bilatéral, notre pays a ratifié l’Accord d’établissement de l’EASF, dans le cadre multilatéral. En passant, je voudrais justement adresser mes très sincères remerciements à l’ensemble des corps de l’Armée pour leur assiduité et la bonne tenue qui fut la leur lors de la Réunion ici à Moroni, des Organes Politiques de l’Eastern Africa Stand bye Force (EASF), dont le Conseil des Ministres des 10 pays qui composent cette organisation sous régionale.

  Mesdames et Messieurs,

  Il y a quelques jours, accompagnés avec le Chef d’État-major, le Colonel Youssouf IDJIHADI, nous avons signé à Riyad, un Mémorandum d’Entente pour la Coopération de Défense avec le Royaume d’Arabie Saoudite. À l’ouverture de la prochaine session ordinaire de l’Assemblée de l’Union, mon successeur présentera à la Commission des Affaires étrangères et de la Défense de l’Assemblée ledit Mémorandum pour que le Parlement autorise le Président de l’Union à le ratifier, conformément à notre législation. Quelques jours avant la signature dudit Mémorandum, des hauts responsables du Département de la Défense du Royaume d’Arabie Saoudite effectuaient dans notre pays une visite de travail. Cette visite nous a permis de constater la profondeur des relations entre nos deux Départements. Aussi, avons-nous pu réaliser que ce pays frère a intégré très sérieusement les doléances de notre Département, comme par exemple, d’être doté d’un bâtiment devant enfin abriter le ministère de la Défense, l’État-major de l’Armée avec tout ce qui va avec. Cette coopération va nous permettre de finaliser le projet d’implantation de radars et sémaphores autour de nos frontières maritimes, d’équiper nos Forces Armées et de Gendarmerie dans le cadre des opérations de maintien de la paix, et enfin, d’apporter à notre Armée un appui financier au budget de l’Armée pour améliorer les conditions de travail et de vie de nos troupes.

  Le Sultanat d’Oman, comme vous le savez, depuis bientôt cinq ans, a décidé d’accompagner la montée en puissance de la Garde-côtes comorienne dans le cadre de la construction de son Quartier général, dont le chantier est presque en finition, de la maintenance de ses outils de travail, de la surveillance et des opérations en mer et quelquefois d’appui pour son fonctionnement.

  La République populaire de Chine a enrichi sa coopération avec notre Département de la Défense car, après avoir livré gracieusement à notre Garde-côtes un navire patrouilleur à multiple fonctions, elle vient de nous informer que dans peu de temps, nous recevrons une grande partie de matériels que l’État-major a demandés auprès du ministère de la Défense de la Chine, en attendant la totalité.

  Avec l’Outre-Atlantique et plus précisément avec les États-Unis d’Amérique, notre partenariat s’enrichit chaque jour. Et d’ailleurs, en ce moment même où je m’adresse à vous, une délégation de techniciens du Département d’État ainsi que de celui de la Défense des États-Unis, en étroite collaboration avec la Coordination de la Lutte Anti-Terroriste (CLAT), est sur notre sol pour implanter dans nos aéroports et ports, un arsenal technique qui nous permettra de mieux contrôler nos frontières et de partager avec nos partenaires, des informations relatives à la sécurité nationale.

  Le Royaume du Maroc, bien avant la signature et la ratification du Mémorandum d’Entente dans le cadre de la Défense de nos deux pays, n’a cessé de nous apporter un appui multiforme, allant de l’envoi par des aéronefs militaires de matériels pour permettre à nos forces d’être mieux équipés, en passant par l’envoi de médicaments et d’outils pour soutenir le Service Santé militaire. Le Royaume du Maroc n’a jamais cessé de nous accorder chaque année des bourses de formation militaire initiale ou encore pour le renforcement des capacités de nos officiers et sous-officiers. À l’heure où je vous parle, plus d’une vingtaine d’élèves officiers poursuivent leurs études à l’Académie Royale Militaire de Meknès tandis que plus d’une trentaine de militaires, officiers et sous-officiers, poursuivent des stages au Maroc.

  Quant à la France, ce pays avec lequel nous partageons à la fois la culture, la langue et où vivent plusieurs de nos compatriotes ou encore des binationaux, elle n’a cessé de nous appuyer dans notre stratégie d’occuper la place qui est la nôtre dans notre zone sud de l’océan Indien ainsi qu’en Afrique de l’Est en général. Il est évident que sans le concours et le professionnalisme des militaires français, notre Armée n’aurait pas été jugée aujourd’hui par les officiers supérieurs de l’Eastern Africa Standbye Force «capable» et «pleinement opérationnelle» pour les missions de maintien de la paix dans le cadre des Nations Unies, de l’Union Africaine et de l’Afrique de l’Est. Deux ans durant, des officiers et sous-officiers militaires français ont fait faire à leurs frères d’armes comoriens des exercices conformes aux missions de maintien de la paix, et tout cela s’est déroulé dans nos différentes îles, faisant ainsi participer toutes les compagnies de la Force comorienne de Défense (FCD) et des groupements et commandements de la Gendarmerie. C’est grâce à cette coopération, d’ailleurs naturelle, que lors des exercices «Mashariki Salam» en Afrique de l’Est, à Jinja par exemple en Ouganda, que nos troupes ont été très appréciées, et je voudrais profiter de cette opportunité pour exprimer en premier, aux instructeurs, ensuite aux représentants des autorités françaises en Union des Comores, notre entière satisfaction ainsi que notre solidarité.

  Honorable assistance,

  Aujourd’hui, gérer la Défense d’un pays c’est aussi prévenir et préparer le pays à toute éventualité. C’est pourquoi notre coopération avec les Émirats Arabes Unis nous a permis d’envoyer des jeunes Comoriens dans les grandes écoles militaires et de Police de ce pays frère, et une équipe a été formée pour la sinophilie tandis qu’une autre sera bientôt accueillie à Abou Dhabi pour la formation d’une police scientifique. Ce pays a aussi accepté d’accueillir une troupe pour la formation de la section militaire appelée «section musique», comme la République unie de Tanzanie.

  Honorable assistance,

  Sur instructions du Chef suprême des Armées, le Docteur Ikililou DHOININE, nous avons mis en place une Coordination de Lutte Anti-Terrorisme (CLAT), une structure placée sous la responsabilité du Département de la Défense. Comme vous le savez, le domaine de renseignement extérieur est une partie très sensible pour la sécurité du pays. Je peux donc vous rassurer qu’en dépit de peu de moyens de travail dont cette nouvelle structure est en possession, elle a su mettre en place une coopération très fructueuse avec plusieurs de nos partenaires, tout en préservant notre positionnement géopolitique. Si nous avons pu contrôler jusqu’au bout trois opérations très dangereuses qui auraient mis en péril la sécurité du pays ainsi que celle de nos concitoyens, c’est en grande partie grâce au travail de cette Coordination, qui bénéficie aujourd’hui de la confiance de plusieurs services des États les plus branchés sur la lutte anti-terrorisme. Que ces partenaires soient aussi remerciés.

  Honorable assistance,

  Pour la réorganisation de nos Forces de Sécurité et de Défense, la Commission technique mise en place est au travail pour la mise en forme des propositions contenues dans le «Katiba pour la Défense et la Sécurité en Union des Comores» pour les prochaines quinze années ainsi que pour la rédaction des projets de textes législatifs et réglementaires qui prennent en compte les changements intervenus au sein des corps de l’Armée. C’est ainsi que les Conseils d’Administration de la Caisse de Retraite militaire et de la Mutuelle de Santé viennent de se tenir il y a quelques jours, en adoptant leurs Règlements intérieurs et en validant les rapports d’activité des années passées. Ils doivent se réunir à partir d’aujourd’hui pour mettre fin à une situation administrative inédite en leur sein.

  Et enfin, comme je vous le disais tout à l’heure, après avoir compris que pour la paix civile dans notre pays, nous devons consolider la réconciliation nationale, nous venons d’autoriser à faire valoir à leur droit à la retraite environ une centaine des militaires ex-Forces de Gendarmerie d’Anjouan (FGA). Pour le Président de la République, cet acte est dicté par le devoir citoyen et l’obligation qu’il a envers le peuple comorien puisqu’il est le garant de l’unité du pays. Pour le département de la Défense, cette décision n’est que la réalisation d’une promesse à des familles longtemps éprouvées par l’Histoire mouvementée de notre pays.

  Si je vous ai fait ce très bref résumé des actions de coopération que nous avons pu mener depuis que nous sommes à la tête de ce Département, c’est surtout pour vous rassurer que mon successeur, le ministre Darousse ALLAOUI, que je connais parfaitement puisqu’ensemble, nous avons débuté le cours élémentaire primaire 1ère Année (CEP1), à l’École primaire de Fomboni en 1970-1971, jusqu’au collège, ne ménagera pas ses efforts pour consolider les acquis. Je le sais et je demande à tous les officiers, les sous-officiers, les militaires du rang ainsi que les personnels civils et militaires de l’AND de lui apporter leur soutien comme vous me l’avez toujours apporté, et je sais que vous le ferez parce que je vous fais confiance.

  Certainement le style sera autre; bien sûr les décisions seront autres; sans doute, quelque chose changera, mais la stratégie restera la même car comme vous le savez, votre rôle est la sécurité du pays, des personnes et de leurs biens ainsi que la Défense des institutions républicaines. À ce propos, dois-je vous rappeler que le Chef suprême des Armées lors de sa rencontre avec les Forces Armées à l’ENFAG vous a demandé de faire preuve d’impartialité, de faire en sorte que les futures élections soient démocratiques, libres et transparentes pour que notre pays consolide l’État de Droit et que les Comoriens continuent de vivre dans leur pays dans la paix.

  À mon ami Chef d’État-major, le Colonel Youssouf IDJIHADI ,à tous les officiers de l’État-major notamment au Colonel Ibrahim Salim, adjoint du Chef d’État-major, et tout le personnel, je vous dis encore une fois merci de votre soutien.

  Au secrétaire général du gouvernement, mon ami Saïd Mohamed ALI SAÏD, au Chef du Cabinet civil de la Présidence, Alhabib Abbasse ABDALLAH, au secrétaire général à la Présidence, Attoumani ALLAOUI, aux Conseillers à la Présidence, à tout le personnel de la Présidence, comme à l’inoxydable Abdourahim AHAMADA dit «il ne meurt pas-Kafou», à Mesdames Toymina HALIFA, Rahamatoudhoi SOULÉ BOURHANE et Roukia SAÏD ALI CHAKIRA ainsi que Saïd MOHAMED, au coursier de la Présidence, Mihidjahi, et à Chamssoudine SAÏD AHMED, et je présente mes remerciements de tout cœur, je vous remercie pour votre très franche collaboration.

  À la DNDPE et la Coordination de la Lutte Anti-Terrorisme, dont les premiers responsables, Abdérémane BOINA-FOUMOU et Fakridine MAHAMOUD MRADABI, j’adresse mes très sincères remerciements. À l’ancien chef du Cabinet militaire, le Colonel Abdoulbastoi AHMED ABDOUet au nouveau, le Colonel Halidy CHARIF, je vous dis merci pour votre amitié.

  À tous les chefs des Corps, le Lieutenant-colonel Mohamed YAHYA de la Gendarmerie, le Lieutenant-colonel Naoufal BOINA de la Santé Militaire, le Lieutenant-colonel Dailami Saïndou BEN ALI de la GSHP, le Lieutenant-colonel Ibrahim AHAMADA de la Force comorienne de Défense et au Colonel Saïd HAMZA de la Garde-Côtes comorienne, je vous dis tout simplement «tenez bon» car la paix dans notre pays vous incombe, et le Chef suprême des Armées vous fait confiance.

  Aux Commandants régionaux, le Colonel Mohamed Anrifi MOUSTOIFA BACAR et le Colonel Mohamed DAOUD, ainsi qu’aux troupes stationnées dans nos îles sous leur commandement, à tous les officiers de notre Armée, aux sous-officiers, aux hommes du rang, aux personnels militaires et civils de l’AND, je vous souhaite de tout cœur un futur plein d’espoirs.

  À mon successeur, nouveau Chargé de la Défense, le ministre Darousse ALLAOUI, je vous souhaite bonne chance.

  Et enfin, je renouvelle mes remerciements au Président de la République, le Docteur Ikililou DHOININE, pour la confiance à mon égard, confiance dont j’ai toujours bénéficié de sa part et de l’ensemble du gouvernement de la République. En quittant mes fonctions de Chargé de la Défense et de Directeur de Cabinet du Président de la République, je reste toujours persuadé que la paix civile et la consolidation de la réconciliation entre les Comoriens demeurent les facteurs essentiels pour la survie de la Nation Comorienne et pour l’intégration intelligente de l’île comorienne de Mayotte dans son ensemble naturel.

Je vous remercie.

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 16 février 2016.

Powered by Comores infos