You are here: Home » Actualités » Hamidou Karihila, humilié et poussé vers la démission

Hamidou Karihila, humilié et poussé vers la démission

Hamidou Karihila, humilié et poussé vers la démission

Chatur Mohamed Badaoui et Maoulana Charif sévissent

Par ARM

     Même les plus aigris des acteurs politiques comoriens reconnaissent que l’universitaire et politicien Ahmed Wadaane Mahamoud est un intarissable producteur d’idées sociales et politiques novatrices et lumineuses. Et si ses ouvrages sont lus dans les chancelleries, ce n’est pas pour rien, mais plutôt en reconnaissance de son talent inouï. Naturellement, ici et là, il suscite des jalousies et des aigreurs, mais l’enfant de Mbéni n’est pas homme à s’appesantir sur des enfantillages. Fin mai 2016, dès la nomination du gouvernement illégitime du «saigneur» Azali Assoumani, il avait déclaré dans la plus prestigieuse des places publiques de sa ville natale qu’une grave injustice venait d’être subie par Hamidou Karihila Hamadi, secrétaire général de la CRC, relégué à un simple strapontin de secrétaire d’État au lieu d’être nommé ministre. L’homme dont les livres sont lus par les chefs d’État avait ensuite embrayé en signalant que sa ville de Mbéni méritait mieux qu’un secrétariat d’État, et que cela ne s’était jamais produit par le passé. Ce discours avait provoqué l’ire de Mohamed Chatur Badaoui, bien présent, qui a renié sa ville de Mbéni, jugeant que l’allégeance à la CRC vaut tous les reniements et toutes les trahisons.

     Depuis, Mohamed Chatur Badoui, qui est Directeur général de la Société comorienne des Hydrocarbures, n’a pas cessé de glisser des peaux de bananes sous les pieds de Hamidou Karihila Hamadi, à qui il veut ravir le secrétariat général de la CRC. Il est aidé en cela par le Député Maoulana Charif, que les Comoriens détestent cordialement depuis que, ministre de l’Économie et des Finances de son maître le putschiste Azali Assoumani dans les années 2000, il avait suggéré au peuple de prendre un quart de kilo de riz pour préparer de la bouillie quand il a faim. Les deux hurluberlus détestent Hamidou Karihila Hamadi, et en 2016, Maoulana Charif, connu pour passer balai et serpillères au domicile de son chef, avait contesté la candidature de Hamidou Karihila Hamadi et avait déposé la sienne propre en «dissident». Or, il s’agit d’une fausse dissidence parce qu’il était le vrai candidat du «saigneur» Azali Assoumani, qui n’avait choisi Hamidou Karihila Hamadi que pour semer la zizanie à Mbéni et dans la région du Hamahamet, sans y parvenir.

     Aujourd’hui, non seulement Hamidou Karihila Hamadi est relégué à cet infâme poste de sous-ministre, mais en plus, il n’a aucun pouvoir de décision. Il n’arrive à rien faire signer au putschiste Azali Assoumani, qui a créé autour de lui une barrière contre l’homme qu’il appelait «le Professeur Karihila» lors de son meeting à la Salle multifonctionnelle de Fomboni le 30 décembre 2015. L’humiliation appelant l’humiliation, le danseur de «bumping» de rue qu’est Azali Assoumani a poussé l’injure envers l’ancien Ambassadeur en Arabie Saoudite jusqu’à se doter d’un Conseiller pour les Affaires arabes, alors que Hamidou Karihila Hamadi est le secrétaire d’État chargé de la Coopération avec les pays arabes. Il ne l’a même pas consulté pour cette nomination. Des rumeurs persistantes font même état de la démission de Hamidou Karihila Hamadi de la CRC, une éventualité qui aurait ravi ses deux ennemis, mais qui est restée à l’état de conjecture dans l’état actuel des choses.

     En même temps, les Mbéniens suivent avec beaucoup d’attention cette humiliation infligée à l’un des leurs qui, nonobstant les divergences politiques liées à son appartenance à la CRC, reste une notabilité mbénienne tout de même. Pendant ce temps, la haine des Mbéniens envers Mohamed Chatur Badaoui a littéralement explosé parce que cet homme n’est pas le chouchou des siens, qu’il déçoit toujours, qu’il fait toujours limoger par pure méchanceté et à qui il voue une détestation qui tranche singulièrement avec la solide et légendaire solidarité entre Mbéniens. Il peut prendre la direction de la CRC sur le dos de Hamidou Karihila Hamadi, mais il ne l’emportera jamais au paradis. Il est attendu au tournant. Par les siens…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 30 octobre 2016.

Powered by Comores infos