You are here: Home » Actualité » Hélas! Zoubert Hassanaly est mort ce 6 janvier 2021

Hélas! Zoubert Hassanaly est mort ce 6 janvier 2021

Hélas! Zoubert Hassanaly est mort ce 6 janvier 2021

Un homme d’une vraie piété, bonté et honnêteté est parti

Par ARM

«Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants, qui disent, quand un malheur les atteint: “Certes nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons”. Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que la miséricorde; et ceux-là sont les biens guidés» (II, La Vache, 155-157).

       La nouvelle annonçant, ce mercredi 6 janvier 2021, la mort du frère Zoubert Hassanaly, Maire de Fomboni, a ébranlé toute l’île de Mohéli, et au-delà. Tout à l’heure, cette mort a même été annoncée par Mayotte la 1ère, la première chaîne de télévision de l’île.

Il ne pouvait en être autrement parce que Zoubert Hassanaly, homme d’une piété sincère et reconnue, était connu même à Mayotte, où des religieux de l’île avaient tenu à assister à son investiture à la Mairie de la capitale mohélienne en 2020, parce qu’il était des leurs, parce que, de longue date, ils organisaient des cérémonies religieuses ensemble. Quand la dévotion sincère d’un croyant dépasse les limites de son pays, cela est une bénédiction.

Zoubert Hassanaly était un homme qui avait voué sa vie à Dieu et à ses semblables. Il aimait tellement servir qu’il faisait passer les autres avant lui-même. Il était d’une modestie exquise. Il aimait l’autre. Il respectait l’autre. Il écoutait l’autre. Mon grand frère Mohamed Nassur, paix à son âme, était de la même promotion que lui, et me parlait souvent de leur fraternité au Collège de Fomboni et au Lycée de Mutsamudu dans les années 1970.

Un jour de 2020, Zoubert Hassanaly m’a appelé au téléphone pour me parler de notre passion commune: l’Histoire de Mohéli. Il avait un projet bien précis en tête: le Palais royal de Fomboni, qu’il faut réhabiliter, même en le reconstruisant entièrement. Il m’avait appelé parce qu’il savait qu’à la page 290 du Tome I du livre de Jean Martin: Comores: quatre îles entre pirates et planteurs, figure le plan de ce Palais royal tel qu’il avait été dessiné par mon arrière-grand-père au XIXème siècle.

C’était un homme de culture qui connaissait la valeur de la connaissance historique pour un peuple. Il était à la fois convivial et discret. Sa capacité à aller vers l’autre l’avait doté d’un sens incroyable du dialogue et de l’entente.

La trace qu’il laisse derrière lui est hautement honorable, et les Mohéliens vont garder de lui le souvenir d’un homme d’une grande bonté, d’une honnêteté naturelle et pure, et d’une piété insusceptible de remise en cause.

En cette circonstance douloureuse, nous présentons nos condoléances les plus attristées et les plus sincères à sa famille, à ses proches et à son entourage, ainsi qu’à tous ceux qui se sentent concernés par ce deuil.

Nous implorons Dieu, pour qu’Il lui fasse Clémence et Miséricorde, et l’agrée au Paradis.

«Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants, qui disent, quand un malheur les atteint: “Certes nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons”. Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que la miséricorde; et ceux-là sont les biens guidés» (II, La Vache, 155-157).

       Nous prions Dieu pour qu’Il nous protège.

Nous prions Dieu pour qu’Il nous accorde santé et longue vie.

© www.lemohelien.com – Mercredi 6 janvier 2021.

Powered by WPeMatico