You are here: Home » Uncategorized » Honneur pour Fahmi Saïd Ibrahim. Sa dignité plaît

Honneur pour Fahmi Saïd Ibrahim. Sa dignité plaît

Honneur pour Fahmi Saïd Ibrahim. Sa dignité plaît

Son insigne courage politique honore tous les Comoriens

Par ARM

       Fahmi Saïd Ibrahim a très bien fait de se rendre au Qatar et d’expliquer aux autorités de ce pays que la violente décision prise par le «concubinocrate» Azali Assoumani pour rompre les relations diplomatiques entre les Comores et ce pays procède du choix personnel d’un dictateur inculte, ingrat et brutal, qui ne comprend rien aux relations internationales et aux bonnes manières. En effet, pendant que le «ventriote» Azali Assoumani se déculotte dans les hameaux, villages et villes pour tenter d’expliquer les introuvables vertus de ses assises du cul et du zizi afin de dire qui a couché avec qui en 42 ans d’une pathétique indépendance proclamée le 6 juillet 1975, l’ancien ministre des Relations extérieures puis de la Justice, est allé au Qatar apporter les salutations fraternelles du peuple comorien. Il l’a fait de la plus belle des manières parce qu’il n’est pas parti se cacher, mais a dit en public, par voie de presse, ce qu’il devait dire au nom de la majorité silencieuse car muselée des Comoriens. Merci.

Ce qui est encore plus honorable, c’est qu’il n’a proféré aucun mensonge. Oui, il a raison en déclarant que le dictateur de Mitsoudjé n’a pas consulté le gouvernement avant de se déshabiller face à l’Arabie Saoudite. D’ailleurs, il se chuchote, se murmure, se susurre et se dit sous le manteau qu’il a pris sa décision après une simple injonction de l’Ambassadeur d’Arabie Saoudite à Moroni, qui ne pense qu’à sa propre carrière et non aux susceptibilités, sensibilités et sentiments du peuple comorien, très reconnaissant envers le Qatar, dont le chef d’État a fait aux Comoriens le grand honneur de visiter leur pays, en plus de l’aide constante qu’il leur apporte. Fahmi Saïd Ibrahim a eu la grande dignité de rappeler cette assistance et la vanité ingrate de rompre des relations officielles avec un tel État, un État avec lequel les Comores n’ont aucun litige.

Du coup, Fahmi Saïd Ibrahim a fait mouche. Il a d’autant fait mouche que sa belle prestation devant la presse du Qatar a déclenché l’ire des vagabonds de Bête-Salam et de leurs laquais gravitant autour d’un pouvoir qui pue déjà le plomb et la mort. Oui, saisie d’une peur bleue, la bande au Sultan Tibé assis sur le trône du Hambou a dans la bouche un goût de sang, et cela s’est ressenti dans le communiqué bidon rédigé dans la hâte par les bachi-bouzouks du «gouvernement». Faut-il y voir la main traîtresse du fugitif international polygame Hamada Madi Boléro, Msa Ali Djamal, Saïd Ahmed Saïd Ali et Mohamed Abdou Mbechezi?

Voici ce communiqué débile: «Le Gouvernement de l’Union des Comores a appris avec indignation les déclarations faites devant un organe de presse étranger par maître Fahmi Saïd Ibrahim sur la rupture des relations diplomatiques entre l’union [Sic: «Union»] des Comores et l’État du Qatar. En effet, dénoncer dans une presse étrangère à deux mois d’intervalle une décision prise en toute souveraineté par un conseil du Gouvernement dont on a été membre, véhicule des relents de trahisons. Les déclaration de Maître Fahmi [Sic: Fahmi Saïd Ibrahim] révèlent les états d’âme d’une personne dont les principes vacillent a grès [Sic: «Au gré»] de ses propres intérêts immédiats, mais surtout profondément déçu d’avoir été démis de ses fonctions de Ministre. Les déclarations de l’ancien ministre sont opportunistes, mensongères et sans fondements. Elles ne font ni honneur à son parti politique Juwa ni à son pays. Le Gouvernement de l’Union des Comores dénonce avec fermeté toute instrumentalisation ou manipulation de ses décisions souveraines. Le Gouvernement de l’Union des Comores s’inscrit dans la logique de sa politique d’apaisement et réitère ses souhaits de voir la crise du Golf [Sic: «Golfe»] se dénouer dans les meilleurs délais. Moroni, le 10 Aôut [Sic: «Août»] 2017».

Comment peut-on respecter des rigolos enfarinés qui sont incapables d’écrire comme il se doit l’appellation officielle de l’Union des Comores? Par quel effort surhumain doit-on ne pas cracher sur des autorités qui se permettent, dans un document officiel, d’appeler un adulte par son prénom? Messieurs, on n’écrit pas «a grès», mais «au gré». Et puis, le Golf est le sport qu’on connaît, et même la série de voitures de Volkswagen, mais quand on veut parler du Moyen-Orient, on écrit «Golfe», et comme il y a des dizaines de golfes dans le monde, on ajoute «Persique».

Aujourd’hui, Fahmi Saïd Ibrahim, Ahmed Sambi et Mohamed Bacar Dossar sont dignes de tous les éloges et de la reconnaissance des Comoriens parce qu’ils ont été honnêtes et très logiques: le premier cercle d’Ahmed Sambi a contacté notre site et a expliqué que l’ancien Président, avant de condamner dignement, honnêtement et courageusement la rupture des relations diplomatiques avec le Qatar, s’est concerté avec les ministres Fahmi Saïd Ibrahim et Mohamed Bacar Dossar. Il leur a expliqué que sa condamnation de l’acte du soudard de Bête-Salam entraînerait leur limogeage, et les deux ministres ont accepté. Ils ont assumé. Ils ont eu ce courage. Donc, de la part de Fahmi Saïd Ibrahim il n’y a ni aigreur, ni déception, mais de la fidélité à des principes qu’aucune personne honnête n’oserait condamner.

Donc, après Ahmed Sambi, c’est au tour de Fahmi Saïd Ibrahim de monter dans l’estime et dans le respect des Comoriens. Il a été digne, et cela est très important pour l’avenir. Les Comoriens aimant leur pays retiennent cela. L’avenir nous le prouvera un jour et, comme disait Charles de Gaulle, «le futur a un très long avenir». Oui, Fahmi Saïd Ibrahim a dit la vérité en signalant que les Comoriens voulaient manifester publiquement leur solidarité envers le Qatar mais en ont été empêchés par l’Armée. Ce jour-là, l’Armée était conduite par Loukman, Monsieur Fils, le fils du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani et de la Sultane Tibée Ambari, de sinistre mémoire.

Aujourd’hui, Fahmi Saïd Ibrahim doit savoir qu’il a tout le peuple comorien avec lui. Tout le peuple comorien lui est reconnaissant. Par contre, le jour venu, le clan mafieux du guitariste de Mitsoudjé en payera le prix fort. C’est juste une question de temps. Attendons.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 12 août 2017.

Powered by Comores infos