You are here: Home » Actualité » Ibrahim Ali Mzimba: dédoublement de personnalité

Ibrahim Ali Mzimba: dédoublement de personnalité

Ibrahim Ali Mzimba: dédoublement de personnalité

Il a le don de se dédoubler pour trahir et mentir encore

Par ARM

     Ne rions pas. Enfin… L’anecdote du jour nous vient de Mohéli. L’acteur et narrateur était, en 1976, au moment des faits, jeune membre du Comité national populaire: «Au Comité, nous étions certains à fumer certaines choses, dont il faut taire le nom. Un jour, on me présenta une drogue qui avait les apparences d’une tablette de chocolat. J’ai cassé la tablette, versé le contenu sur une feuille spéciale, et dosé mon truc comme si c’était l’herbe que nous avions l’habitude de fumer. Malheur! Quand je me suis mis en route de Fomboni à l’Aéroport, j’ai vu mon corps se dédoubler et se découper en deux. J’étais en deux morceaux! J’étais devenu deux! Je contrôlais la partie supérieure, mais n’avais aucun contrôle sur la partie inférieure. Je me suis dit que cette partie que je ne contrôlais pas allait se faire renverser par une voiture, et que j’allais en subir les conséquences mortelles. Je me suis donc arrêté. Cette partie rebelle est donc venue tout doucement se rattacher à la partie supérieure. De nouveau, j’étais en un seul morceau! Après quelques instants de repos, je reprenais la route».

Aujourd’hui, ce dédoublement de la personnalité s’opère chez un autre Comorien, mais d’une autre manière. Ce Comorien répond au nom d’Ibrahim Ali Mzimba, Vice-président du Comité national de Transition (CNT) et Bâtonnier de Moroni. Comme on le sait, le bonhomme est très versatile et peut ramper mieux qu’un reptile. On se souvient de la comédie par laquelle le dictateur fou de Mitsoudjé disait qu’Ibrahim Ali Mzimba l’avait félicité pour avoir été «élu» sans élection le dimanche 24 mars 2019. Toute honte bue, Ibrahim Ali Mzimba, voulant gagner sur tous les tableaux, soutient qu’il n’a pas félicité le dictateur fou, alors qu’il l’a fait. Premier dédoublement. Le deuxième dédoublement de sa personnalité va avoir lieu le dimanche 26 mai 2019, quand il assistera à «l’investiture» du moribond et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger».

Ibrahim Ali Mzimba, en spécialiste mondial des dédoublements de sa personnalité, va sortir le grand jeu, en prétendant ceci: «La personne physique Ibrahim Ali Mzimba ne pouvait se rendre à l’investiture. Par contre, le Bâtonnier de Moroni était obligé de s’y rendre. Donc, ce n’est pas Ibrahim Ali Mzimba qui s’est rendu à l’investiture, mais le Bâtonnier. Je suis toujours un opposant!». Cherchez l’erreur… Il est comme ça, Ibrahim Ali Mzimba.

Il va bien se retrouver dans le fameux sketch du non moins fameux Jean-Miché Kankan, le comédien camerounais décédé, répétant: «Le corps me dit “Monte!ˮ, le cœur me dit “Descends!ˮ». Le jeu auquel se livre Ibrahim Ali Mzimba a un nom: manger à tous les râteliers.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 22 mai 2019.

Powered by Comores infos