You are here: Home » POLITIQUE » Il appartient au peuple comorien de se choisir une autre destinée

Il appartient au peuple comorien de se choisir une autre destinée

« Il appartient au peuple comorien de se choisir une autre destinée »

Mahmoud Ali Mohamed, est l’un des rares responsables politiques comoriennes qui osent réclamer publiquement la fin de la tournante. Dans cet entretien exclusif, il explique les raisons de sa position et reclame la mise en place d’un état fort dont les autorités comprendront le sens des leurs responsabilités.

Il y a quelques mois, vous aviez affirmé dans notre journal que la tournante était un échec sur toute la ligne et qu’il était nécessaire de faire le bilan. Pensez-vous que la tournante peut être un système approprié pour les Comores?

Notre problème n’est pas tant l’architecture constitutionnelle, mais la volonté de l’appliquer. Avec la tournante, nous nous sommes installés encore une fois dans la duplicité, nous avons voté une constitution et décrété l’Etat de droit. Ensuite, nous avons mis en place une foultitude de présidents, de gouverneurs, de députés et de conseillers, tout cela avec des arrières pensées très éloignées de l’intérêt du peuple comorien.
Comme à l’accoutumée dans nos iles, nous accusons nos lois et constituons d’être la cause de nos incapacités pour finir avec des consensus à droite et à gauche, toujours.
Même si nous ne nous sommes pas donnés les moyens de l’appliquer, la tournante et ce qui va avec, n’ont pas apporté le développement socio-économique, et foncièrement elle est néfaste pour notre unité nationale et l’intégrité territoriale.

Qu’est ce que vous reprochez concrètement à la tournante?

Beaucoup de choses. Les régimes insulaires qui se sont succédé au haut niveau de nos iles et de l’Union ont fait de notre Etat une simple vue de l’esprit. La responsabilité politique n’existe pas, les institutions sont discréditées et le pays est en lambeaux.
En 2006, le Colonel Azali qui avait suscité jadis un grand espoir n’a pu que laisser la place au président Sambi qui avait obtenu une confortable confiance dans une élection étroitement supervisée par la communauté internationale. En 2010, malgré ses bonnes paroles, Sambi a du laisser la place à son « relais » mohélien sous la pression de l’opposition. Un relais néfaste, même pour Mohéli.
Presque quinze années plus tard, la population comorienne en détresse, assiste jour après jour à une dégradation sans précédent de ses conditions de vie et le pays est amputé.

La suite dans l’édition de Karibu hebdo en kiosques en ce moment…

Ali Mmadi

Cet article Il appartient au peuple comorien de se choisir une autre destinée est apparu en premier sur VIDÉOS-INFOS-FOUMBOUNI.

Powered by Comores infos