You are here: Home » Uncategorized » Ils sont devenus fous!

Ils sont devenus fous!

Ils sont devenus fous!

Réveillez-vous, ils sont devenus fous!

     Par Natuk Mohamed Mouzaoir

     Saïd Mohamed Cheikh, Saïd Ibrahim, Ali Soilihi, Ahmed Abdallah, Saïd Mohamed Djohar, Mohamed Taki Abdoulkarim, réveillez-vous, ils sont devenus fous.

Les violences policières, les arrestations arbitraires, les licenciements abusifs, la ponction sur salaire des fonctionnaires, la limitation du nombre des partis et d’autres encore constituent la résultante du système du gouvernement Azali Assoumani. L’amateurisme du gouvernement et l’absence de volonté politique aggravent sciemment la médiocrité de la situation sociale de la population, qui est déjà à son point culminant de pauvreté. Personne n’a le droit de se taire face aux réponses agressives du gouvernement, aux revendications légitimes des Comoriens.

Les violences policières à l’endroit des jeunes manifestants du lycée Saïd Mohamed Cheikh sont inacceptables et condamnables

     Cette pratique de violence nous ramène à un demi-siècle en arrière. En effet, des jeunes lycéens en 1968 se sont vus tabasser dans le même lycée, pour avoir manifesté leur dégoût face aux insultes perpétrées par des journalistes de radio Comores de l’époque coloniale. Victimes de leur courage, pour avoir tenté de sauver des passagers de l’avion d’Air Comores péris dans le crash à l’aéroport de Moroni-Iconi. Ces journalistes, colonialistes en très large majorité, ont traité, ces jeunes lycéens qui ont osé plonger avec bravoure dans la mer pour tenter de sauver des passagers, de voleurs. En guise d’encouragement, ils ont été traités de tous les noms.

La grande majorité des politiques d’aujourd’hui ont connu ces périodes de violence et en étaient même victimes

     En 1974, d’autres violences policières ont été conduites contre des lycéens du même établissement qui se battaient pour l’amélioration de leurs médiocres situations. Des dirigeants politiques se trouvant dans le gouvernement actuel et des officiers de la gendarmerie présentement en exercice étaient de l’autre côté de la barre à l’époque.

En 1968, 1975, 1976, 1977, 1978, 1981, 1985 et 1997, des rivières de sang coulaient à Mbéni (Hamahamet), à Pamandzi (Mayotte), à Domoni (Anjouan), Mohéli, à Iconi (Bambao), à Moroni, suivi de morts d’hommes, de blessures graves, des jeunes qui demeurent handicapés à vie et des disparitions.

Saïd Mohamed Cheikh, Saïd Ibrahim, Ali Soilihi, Ahmed Abdallah, Saïd Mohamed Djohar, Mohamed Taki Abdoulkarim, réveillez-vous, ils sont devenus fous.

Messieurs, le président de l’Union des Comores, les gouverneurs des îles autonomes, Mwali, Ndzouani et Ngazidja. Nos concitoyens vous ont élus car ils croyaient à l’alternance. Ils vous demandent de respecter leur dignité par un travail honnête. Ils ne veulent pas vivre au gré des politiques véreux qui ne pensent qu’à leurs propres intérêts.

     Messieurs, nous sommes tous la génération sacrifiée de l’indépendance. Nous sommes cultivés et avec une volonté patriotique de la part de chacun, nous transformerons les Comores en pays où tous ses enfants aspireront à y vivre et travailler, étant donné les potentialités tout naturellement existantes y compris en matière de ressources humaines.

Par NATUK MOHAMED MOUZAOIR

     Premier Secrétaire national du Parti Ulezi

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 9 mars 2017.

Powered by Comores infos