You are here: Home » Actualité » Implorer «l’humanisme» d’Assoumani Azali: un péché

Implorer «l’humanisme» d’Assoumani Azali: un péché

Implorer «l’humanisme» d’Assoumani Azali: un péché

Ahmed Sambi ne veut pas d’«humanisme», mais du Droit

Par ARM

       Une faute très grave a été commise à Mutsamudu, Anjouan, le 24 août 2019, quand une réunion de différentes personnalités de l’île sur l’injustice faite à Ahmed Sambi a été suivie de la publication d’un communiqué qui finit par: «Nous appelons à l’humanisme et à la responsabilité du Chef de l’État pour que l’injustice à l’égard de l’ancien Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi prenne fin». Parler d’«humanisme» dans cette affaire est un crime, celui de la reconnaissance d’un «délit» qui aurait été commis par Ahmed Sambi, dont «la culpabilité» n’a été reconnue par aucun juge. Cela signifie aussi qu’après un délit, on implore le pardon et la pitié du mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger».

Naturellement, quand Saïd Hassane Saïd Hachim se fend d’un communiqué pour fustiger la dictature actuelle et quand il refuse le micro au «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri, il fait bien les choses. Mais, demander au dictateur fou de Mitsoudjé de libérer Ahmed Sambi comme s’il s’agissait de mendier renforce le coupable dans cette affaire, à savoir: «le ventriote» Assoumani Azali Boinaheri qui, en libérant un innocent, se ferait passer pour «un humaniste». Or, dans cette affaire, ce n’est pas «l’humanisme» d’un tyran fou déshumanisé qu’il faut implorer, mais l’application du Droit. En implorant «l’humanisme» du dictateur fou Assoumani Azali Boinaheri, on légitime ses graves violations de la Loi.

Cette affaire réveille de vieux souvenirs vécus au Maroc. L’affaire concernait le frère du Professeur de Droit constitutionnel du blogueur, un frère affilié au Parti de l’Istiqlal, dont il dirigeait le journal, L’Opinion. Ce journal avait publié un article qui avait occasionné un procès: «Le tribunal de première instance de Rabat a condamné, le 9 novembre 1989, le directeur du journal, Mohamed Idrissi Kaïtouni, membre du bureau politique de l’Istiqlal et de la grande famille chérifienne des Idrissides, à deux ans de prison ferme et à 2.000 dirhams d’amende avec contrainte par corps. Quelques jours après le verdict, alors que la classe politique étudiait les possibilités de recours politiques et juridictionnels, que le ministère de l’Intérieur s’apprêtait à faire face à un moment de grande turbulence, un communiqué de la Maison royale est venu mettre un terme à l’affaire:

       “À la suite de la poursuite en justice de Mohamed Idrissi Kaïtouni, directeur du journal L’Opinion, une délégation des Chorfa Adarissa s’est rendue au mausolée de feu Sa Majesté Mohammed V, que Dieu l’ait en Sa Sainte Miséricorde, intercédant auprès du regretté Souverain et adressant une lettre à Amir Al-Mouminine Sa Majesté le Roi Hassan II, que Dieu perpétue Sa Gloire, sa grandeur et son succès…

Après que le Tribunal eut prononcé son verdict, Sa Majesté le Roi a bien voulu lui accorder Sa grâce, Sa sollicitude et Sa bienveillance, répondant ainsi à l’intercession des Chorfa Adarissa, connus pour leur fidélité et leur abnégation au service de son auguste personne et suivant cela la tradition des Souverains Alaouites qui acceptent l’intercession de tous ceux qui recourent au Horm-Idrissi (enceinte sacrée du saint patron Moulay Idriss de Fès) sollicitant sa grande protectionˮ»: Mohamed Tozy: Monarchie et Islam politique au Maroc, Presses de la Fondation nationale de Sciences politiques, Paris, 1999, p. 86.

Alors, les Comoriens sont-ils prêts à aller prier devant la tombe du père du dictateur fou de Mitsoudjé avant d’implorer «l’humanisme» du bambochard Assoumani Azali Boinaheri?

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 28 août 2019.

Powered by Comores infos