You are here: Home » Actualités » Incendies des voitures de l’exécutif d’Anjouan, un complot contre les opposants au régime de SALAMI

Incendies des voitures de l’exécutif d’Anjouan, un complot contre les opposants au régime de SALAMI

La fin justifie les moyens.
 
Incendies des voitures de l’exécutif d’Anjouan, un complot contre les opposants au régime de SALAMI
 

Nous savons que l’incendie de deux voitures du gouvernorat est un complot contre les opposants au régime du gouverneur Salami. Lorsqu’ils étaient en quête du pouvoir en 2016, les commanditaires de ce complot avaient poussé leurs racailles à saccager et brûler des biens de l’état et barricadé les routes. Aujourd’hui, pour masquer leur incompétence à gouverner Anjouan, ils préfèrent perpétuer les mêmes rituels d’incendies criminels afin de prendre en bouc-émissaires leurs opposants.  Mais nous avons la mémoire fraiche.
 
En juillet 2017, l’on se rappelle lorsqu’ils ont brûlé le tribunal de Mutsamudu, mutilé et lynché un compatriote comorien sur ordre du Directeur de Cabinet du Gouverneur Salami. On se rappelle également lorsque ces mêmes commanditaires ont envoyé des racailles qui ont saccagé la voiture du Secrétariat Général de l’Exécutif pendant le second tour des élections. Le chef de ces racailles surnommé Regné et déserteur de l’armée qui était activement recherché par la gendarmerie vient récemment d’être élevé au grade du chauffeur au Gouvernorat par SALAMI.  Les rumeurs courent que c’est la même racaille qui était envoyée pour incendier les voitures en contrepartie du poste qu’il occupe actuellement. Les arrestations arbitraires qui s’en sont suivies contre deux jeunes originaires de Mutsamudu ne sont qu’une diversion de la par des commanditaires.
 
Nous avons tous compris que derrière l’arrestation d’Imran et d’Anli, il y a la mainmise d’un haut placé de gouvernorat d’Anjouan en complicité avec des gradés de la gendarmerie. Les cibles des arrestations et de détention arbitraires n’ont pas été choisies au hasard. Anli était un proche collaborateur de l’ancien Président Mohamed Bacar. Quant à Imrane, il était le chauffeur de l’ancien gouverneur Anissi. Les deux hommes ont massivement soutenu le Gouverneur Anissi pendant les élections 2016 et lui sont restés fidèles. Tout a été donc manipulé, pièce par pièce, pour montrer aux Comoriens que les partisans d’Anissi et de Mohamed Bacar veulent déstabiliser le pays. C’est raté, on a tous compris !
 
Nous avons tous compris que tout a été programmé. Aussitôt, Imran arrêté, un mandat d’arrêt est lacé contre Anli qui s’est volontairement rendu à la gendarmerie pour connaître les raisons.  Nos frères ont été vite conduits à la  prison de Koki sans aucune preuve sur les accusations portées sur eux. L’idée derrière ces détentions arbitraires est de museler tout individu qui critique ouvertement les dérapages et les abus du pouvoir du gouvernement SALAMI.
 
Les vrais coupables des incendies criminels de deux du commissariat  se trouvent dans le camp de l’Exécutif de Ndzuwani.
Alors, LIBÉREZ NOS FRÈRES IMRANE ET ANLI !!!
Inzoudine

Powered by Comores infos