You are here: Home » Actualités » JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME : BIENTÔT LA FEMME COMORIENNE AU POUVOIR

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME : BIENTÔT LA FEMME COMORIENNE AU POUVOIR

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME : BIENTÔT LA FEMME COMORIENNE AU POUVOIR
Dans la société comorienne, la femme est la base, le fondement de la cellule familiale et de la cohésion sociale.
Ici, dans le pays des hommes imberbes, la femme est reléguée au second plan malgré ses efforts livrés au jour le jour pour faire sa place dans cette société machiste. Cette femme pleine de vie, de douceur, de talents et diplômée au même titre que les hommes, doit avoir l’audace et la pugnacité de regarder l’homme en face et de lui dire simplement que vous avez échoué sur toute la ligne et maintenant c’est mon tour de relever le défi.
Elle doit s’émanciper, se réveiller et enfiler son habit tout neuf de responsable car elle reste le seul salut, la dernière carte que le peuple comorien attende désespérément pour retrouver la liberté.

Cette idée qui vaut son pesant d’or, trouve sa source dans notre société traditionnelle. D’abord ne perdons pas de vue que notre société est avant tout matriarcale. Au sein de la cellule familiale comorienne, la femme occupe une place prépondérante: Autrefois elle assumait uniquement les taches ménagères, l’éducation des enfants, et les travaux champêtres. Aujourd’hui encore, dans cette société moderne du début du 21eme siècle, les choses n’ont pas vraiment changé. Les femmes travaillent de plus en plus dur pour maintenir la cellule familiale. Mais au-delà de sa corvée quotidienne, la nouvelle femme comorienne a trouvé le temps de s’éduquer pour devenir commerçante, enseignante ou directrice de structures d’état, pendant que les hommes se prélassent dans leurs boubous blancs à l’intérieur des mosquées et sur les places publiques.

D’ailleurs, son rôle dans les affaires publique ne date pas d’aujourd’hui : il remonte du fond des âges et cela est ancré sous le règne de la reine Fatima DJUMBE sur l’île de Moili bien avant l’arrivée des colons français aux Comores.
Pourtant, malgré sa volonté et son dynamisme à vouloir s’inscrire dans notre société moderne, elle se retrouve aujourd’hui condamner à rester sous les ordres des hommes. Mais ces deux dernières années auraient été des années grande conquête du pouvoir. Rappelez-vous, sur le conflit de Handouli, après l’échec des hommes qui a conduit à un conflit entre les habitants de Vanamboini, ce sont les femmes de cette commune qui sont montées au créneau pour trouver une solution. Aujourd’hui à la suite du holdup électoral perpétré par Msaidie et Mamadou, les femmes de Moroni sont sur le front pour réclamer la justice et la transparence de ces élections. Certaines d’entre –elles ont posé des actes de bravoures jusqu’à aller risquer leur vie.

Dans les Comores du 3e millénaire, la corruption, le détournement de fonds et la justice à deux vitesses restent aux yeux de leaders politiques l’idéologie de base. Cette vision de l’incapacité, du manque de sérieux et de maturité de la part des hommes politiques, dans la gestion des affaires publiques, nous montre bien les limites de cette classe politique masculine à sortir le pays de la crise socio-économique que vivent les comoriens depuis plus de trente ans. Cette situation, pousse tous les comoriens à se poser la question sur la nature de l’homme politique comorien capable de s’effacer au détriment de l’intérêt général ; c’est à dire le comorien intègre patriote doté de la capacité à servir le pays et non à se servir.
 
Femme comorienne, le temps est venu de jouer votre rôle pleinement, de prendre les commandes du pays pour conduire le peuple comorien vers un état de justice et de démocratie. Le temps est venu de rejoindre la femme de  Moroni pour inscrire l’histoire, celle qui conduit vers la liberté. Comme a dit, il y a longtemps, si la force de l’homme ne ressoude pas les problèmes, c’est la douceur de la femme qui prend le dessus. Alors, en ces mascarades d’élections présidentielle, madame Moinaecha DJALAL a bousculé les tabous en se portant candidate à cette élection.


Bonne journée intestinale de la femme comorienne, bonne journée intestinale de la femme africaine !
 
K.A.TOIHIR
Mbadakome

Powered by Comores infos