You are here: Home » Non classé » Justice I Abdallah Abdou Hassane refuse de répondre aux questions du juge

Justice I Abdallah Abdou Hassane refuse de répondre aux questions du juge

Société |  02/02/2021 –

image article une

Poursuivi pour «complot contre les autorités de l’Etat, manœuvres de déstabilisation et organisation de manifestation non-autorisée», Abdallah Abdou Hassane (Agwa) refuse de s’exprimer devant le juge. Néanmoins, il a, par le biais de ses avocats, dévoilé une lettre adressée au doyen des juges d’instruction et une plainte contre les hauts responsables de la sécurité de l’Etat.

Les avocats d’Abdallah Abdou Hassane (Agwa) ont organisé une conférence de presse hier au cabinet de Me Fahardine Abdoulwahab à Moroni Ambassadeur pour expliquer l’évolution du dossier de leur client. Dans son exposé, Me Gérard Youssouf a montré que son client a été convoqué par le juge d’instruction le 30 janvier pour une audition en présence de ses avocats. Abdallah Abdou Hassane a refusé de s’exprimer et a porté plainte. «Le 30 janvier dernier, notre client Abdallah Abdou Hassane a été convoqué par le juge d’instruction. Arrivé au bureau du juge, Abdallah a dit qu’il ne peut répondre à aucune question concernant son dossier», a souligné l’avocat. 

Et lui de poursuivre : «il a sorti une lettre de deux pages et a dit au juge qu’il porte plainte contre le directeur de cabinet du président chargé de la Défense, le commandant de la Gshp, le commandant de la gendarmerie nationale, le chef de la police, le chef de Sécuricom, la présidente de la commission des droits de l’homme (une plainte avec constitution de partie civile). Une lettre adressée au doyen des juges d’instruction. Heureusement, le doyen est le même juge en charge du dossier d’Abdallah», fait savoir Me Gérard Youssouf. De son côté Me Fahardine Abdoulwahab a rappelé les raisons de l’arrestation «il est poursuivi de complot contre les autorités de l’Etat, manœuvres de déstabilisation et organisation de manifestation non-autorisée». 

Me Gérard Youssouf comme son confrère Me Fahardine Abdoulwahab ont clarifié les raisons de la plainte de leur client. Ils ont montrés que selon la lettre écrite par Abdallah au doyen des juges, l’intéressé a souligné que son arrestation n’a pas suivi les voies réglementaires d’une arrestation. «. Depuis le 11 janvier, Abdallah est soufrant. Le docteur de la prison a prescrit des médicaments à notre client, mais il a refusé de les prendre, car pour lui, il ne s’agit pas d’une visite médicale d’un médecin, mais plutôt d’un interrogatoire. C’est pourquoi il porte plainte tout en refusant de répondre aux questions concernant son dossier».

Csm

Powered by WPeMatico