You are here: Home » Actualités » Justice : nomination de sept juges auprès du palais de justice de Mutsamudu

Justice : nomination de sept juges auprès du palais de justice de Mutsamudu

Le chef de l’Etat a procédé à la nomination de sept juges auprès du palais de justice de Mutsamudu. Cette décision intervient suite à la mesure prise par le ministre de la Justice de suspendre huit magistrats de leurs fonctions. Au niveau du parquet de Mutsamudu, Ainoudine Allaoui devient procureur de la République et les juges, Daniel Faissoil et Noudhourat Houmadi sont respectivement premier et deuxième substitut du procureur. Noura Ousseni est affectée à la chambre d’instruction en qualité de magistrats instructeur et Chamsidine Ali devient doyen des juges d’instruction. Quant au siège, Mafi Ali est nommée juge auprès du tribunal de première instance de Mutsamudu et Abdallah Riziki devient conseiller à la cour d’appel.

Selon l’inspecteur général des affaires judiciaires adjoint, après la suspension de huit juges, «la nomination de ces magistrats devait intervenir très rapidement sinon l’institution allait être paralysée». Au sujet des mesures prises par le ministre de la justice, il y a une semaine, la patronne de l’inspection des affaires judiciaires a tenu à préciser que sur ces neuf magistrats suspendu à Ndzuani, deux ont été suspendu pour abandon de poste, deux pour les besoins de l’enquête suite au lynchage d’un présumé meurtrier (Lire nos précé- dentes éditions) et les cinq autre pour «faute grave».

Au sujet des deux magistrats suspendus pour abandon de poste, l’inspecteur général adjoint a fait savoir qu’une «procédure de radiation est engagée à leur encontre car cela fait plus de deux ans qu’ils ne travaillent plus alors qu’ils continuent de percevoir leurs salaires». Quant aux cinq juges qui seraient suspendus pour faute grave, l’inspection des affaires judiciaire rappelle que ces mesures ont été prises suite au rapport de l’inspecteur régional. «Ces cinq magistrats plus deux autres exerçant dans la capitale fédérale sont mis à la disposition du conseil supé- rieur de la magistrature et le chef de l’Etat est saisi pour convoquer ce conseil».

Mm/Alwatwan

Powered by Comores infos