You are here: Home » Uncategorized » Kiki a agressé Msa Ali Djamal à Chezani, son village

Kiki a agressé Msa Ali Djamal à Chezani, son village

Kiki a agressé Msa Ali Djamal à Chezani, son village

Cette agression a scandalisé toute la région du Mboinkou

Par ARM

      «Nous allons le tuer. Nous savons qu’il vit à Corbeil-Essonnes. Nous irons là-bas pour le tuer». Telle a été la réaction des proches de Kiki vivant en France quand furent publiées sur ce site des informations sur le harem de Kiki et sur l’usage fait de cette «concubinocratie» pour les besoins de son dédouanement de voitures volées en France qu’il vend aux Comores. On l’aura compris: Kiki a décidé de rester un simple chef de gang de quartier. Son titre officiel aussi incongru que débile de «“ministrillon” de l’Intérieur» n’est pas arrivé à faire de lui un être civilisé. Il est resté un primitif. Vous savez, quand nie sa propre mère, on se crée une fausse mère, juste pour avoir la nationalité française, cela prouve qu’on est prêt à toutes les abominations et à toutes les hontes. C’est ce qui arrive à Kiki.

Kiki ne sera que ce qu’il est: petit. Il vient d’en donner la preuve de la plus horrible des manières. Le vendredi 15 septembre 2017, il était avec son maître, le «concubinocrate» Azali Assoumani Boinaheri, à Moidja-Hamahamet, quand ce dernier a dit que Moidja n’était pas un village du Hamahamet, mais du Hambou, supposée être sa région d’origine à lui, mais où il est considéré comme «étranger». Alors que son discours injurieux était encore dans les têtes des habitants du Hamahamet, son «ministrillon» Kiki s’était invité à Chezani-Mboinkou, à quelques kilomètres seulement de Moidja. Il s’était invité aux funérailles de l’oncle de Saïd Abdou Djaé, le secrétaire général du ministère de l’Intérieur. Chezani-Mboinkou est le village d’origine de Msa Ali Djamal, le Directeur général de l’Office de Radiotélévision des Comores (ORTC), «l’odieux-visuel» public comorien.

      Justement, Msa Ali Djamal s’y trouvait. Il assistait aux funérailles de cet oncle. Quand il vit son ministre de tutelle, il s’empressa d’aller le saluer. Et là, coup de théâtre: non seulement Kiki a refusé de lui serrer la main, mais en plus, se mit à l’insulter devant tout le monde. Il le menaça de lui arracher toutes les dents de sa bouche et de le tuer, devant les siens. Ce fut la stupeur. Au cours de cet enterrement, il y avait des Comoriens venus de plusieurs villages et villes de la Grande-Comore. Ils étaient scandalisés face à un spectacle aussi horrible, et dont l’auteur est une «autorité». Ces Comoriens n’ont rien dit. Ils ont préféré s’éloigner d’un type aussi mal élevé, grossier et suffisant.

Que s’est-il passé? Une chose relevant de l’infantilisme. En effet, Kiki avait promis l’«odieux-visuel» public comorien à l’un de ses petits voleurs de noix de coco. Cependant, le putschiste Azali Assoumani Boinaheri a attribué le poste à son fidèle Msa Ali Djamal. Kiki n’a jamais admis ce fait, qu’il a toujours vécu comme une horrible injustice. Depuis, il a toujours eu une dent contre Msa Ali Djamal, dont la relation avec le tyran de Mitsoudjé est plus ancienne et plus sincère, si tant est qu’il y a de la sincérité sur l’espace public comorien. Il «cherche» Msa Ali Djamal. Il cherche le moyen de le faire tomber. C’est ainsi qu’il a demandé à l’un de ses chaouchs anjouanais de faire une chose horrible auprès du Chezanien: lui poser des questions sur Kiki et enregistrer la conversation sur un dictaphone caché.

N’ayant pas fleuré le piège, Msa Ali Djamal se mit à ricaner et à dauber sur Kiki, en mettant l’accent sur le fait qu’il est un inculte sans diplômes, même s’il se vante d’avoir «obtenu» le même jour son «Master 2» et son «Doctorat» en «Intelligence économique». Les propos de Msa Ali Djamal ont renvoyé Kiki à sa médiocrité crasse. Kiki n’a pas aimé ce qu’a dit Msa Ali Djamal, et s’est conduit en soudard sans éducation, en plein enterrement, dans un petit village. Comme les Comoriens sont encore sous le choc des propos injurieux tenus à Moidja par le «concubinocrate» Azali Assoumani Boinaheri, ils n’ont eu qu’un seul mot: «Seul Dieu sait comment débarrasser les Comoriens de ce régime politique insolent et grossier».

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 19 septembre 2017.

Powered by Comores infos