You are here: Home » Uncategorized » Kiki, plongé dans la recherche d’argent facile, est foutu

Kiki, plongé dans la recherche d’argent facile, est foutu

Kiki, plongé dans la recherche d’argent facile, est foutu

Il est l’image du régime politique aux abois et déboussolé

Par ARM

       «C’est le pompon!», disaient en 2016 ceux qui avaient bénéficié du trucage électoral qui a été opéré par les Mohéliens de «Bête-Salam» pour leur permettre de se hisser au pouvoir. Ils daubaient sur leurs victimes, en croyant que l’accession au pouvoir, même de manière anticonstitutionnelle, était la panacée universelle. Aujourd’hui, ils se rendent compte que leur «ascension» fait pschitt et, à deux mois du premier anniversaire de leur intronisation frauduleuse et absolument anticonstitutionnelle, ils n’ont aucun bilan positif à présenter aux Comoriens et à la communauté internationale pour justifier leur présence à la tête de l’État. Ceux qui avaient naïvement cru que le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani allait faire son mea culpa avant de procéder à l’aggiornamento nécessaire à un dirigeant ayant échoué par le passé (1999-2006) en sont à leurs frais. Il n’y a que des fautes chez cet homme-là. La première grosse faute commise par le dictateur de Moroni, qui a fait ses études à l’Académie Royale militaire de Meknès, au Maroc, a été de n’avoir jamais pris en compte une notion chère à la presse et à la classe politique du Maroc: «Ministères de souveraineté».

Au Maroc, la notion de «ministères de souveraineté» renvoie à celle de ministères régaliens: Habous et Affaires islamiques, Intérieur, Économie et Finances, Justice, Affaires étrangères et Administration de la Défense nationale. Ce sont des ministères dont les titulaires ne sont jamais nommés pour des raisons partisanes et qui sont laissés à l’appréciation du Roi pour éviter les petits chantages, les dérapages, les surenchères démagogiques et les mauvais calculs des partis politiques. Ce choix est heureux parce que depuis l’accession du Maroc à l’indépendance, les formations partisanes n’ont pas manqué de se lancer dans des choix dont les effets négatifs n’ont été jugulés que par la maîtrise de l’appareil d’État par l’État lui-même. De ce fait, les ministères de souveraineté sont souvent dirigés par ceux qu’on appelle depuis au moins 1977 les «Sans appartenance politique» (SAP), qui sont, de grands commis de l’État comme Abdellatif Filali, Driss Basri et bien d’autres. Ils ont fait un travail dont la qualité est reconnue de tous parce qu’ils n’avaient de compte à rendre qu’au Roi. Ce n’est donc pas le fruit du hasard si Driss Basri a été ministre de l’Intérieur de 1979 à 1999 et si Abdellatif Filali a dirigé la diplomatie marocaine de 1985 à 1999 après avoir été au même poste dans les années 1970.

Aux Comores, on fait quoi? On confie les ministères les plus importants aux voleurs les plus détestés, aux faussaires de diplômes capables d’«obtenir» le même jour leur «Master 2» et leur «Doctorat en Intelligence économique», aux ivrognes, aux pédophiles, aux corrompus et aux incompétents. En 2016, quand le «saigneur» Azali Assoumani a confié le ministère de l’Intérieur à un Kiki qui a naguère ruiné les Douanes comoriennes et qui s’est illustré de la manière la plus lugubre par ses gangs et ses milices d’ivrognes, même les chaouchs, les laveurs de voitures et les écailleurs de poissons avaient compris que cet homme n’était pas revenu au pouvoir pour le bien commun, après avoir tiré des leçons de ses erreurs des années 1999-2006, mais pour détruire ce qui ne l’était pas encore. Depuis fin mai 2016, médusés, écœurés et au bord du vomissement, les Comoriens ont vu Kiki dans la petitesse et dans la médiocrité. Même son homme-lige à la Mairie de Moroni a fini par le désavouer et par démissionner avec fracas. Kiki au ministère de l’Intérieur, c’est la reproduction des méthodes prédatrices et mafieuses qu’il avait expérimentées quand il a tué les Douanes. Il ne se gêne même pas pour se livrer à un trabendo personnel de passeports comoriens au Moyen-Orient, alors qu’il avait été mis un terme à ce commerce nauséabond sous Ikililou Dhoinine, un commerce qui a enrichi Ahmed Sambi et les siens.

Or, il faut aller plus loin que le naufrage personnel de l’individu Kiki et reconnaître qu’il n’est que la partie visible de l’iceberg flottant sur un volcan en pleine irruption. Même les crypto-sambistes en parlent ouvertement et avec amertume. Pour preuve, le fanatique et fanatisé Ahmed Bourhane, caché à Mayotte, n’hésite plus à lancer missiles sur missiles sur un pouvoir politique devant lequel il se prosternait et qu’il accuse désormais de n’avoir aucune vision. Il veut participer à la destruction de ce régime politique de perdition, au profit de son gourou enturbanné et ayant subitement perdu la parole, espérant réveiller un comateux, avant le séisme qui va tout casser. En même temps, il veut sauver les meubles et biscuits de son maître, Ahmed Sambi, «l’allié circonstanciel de temps» du dictateur de Moroni en fin de parcours.

Pendant ce temps, Hamadi Idaroussi dit «Tonton-m’a-dit», le neveu de son tonton, a renforcé ses pouvoirs par un décret de son tonton créant une sorte de chose en charge de la conception et du suivi de tout projet de «développement». Dieu soit loué! Sous couvert d’indépendance et d’expertise, ce décret scélérat lui permet de gober le Fonds d’Aide au Développement communautaire (FADC), ainsi dissous avec pertes et profits et sans crier gare, ni le moindre débat pour une structure étatique qui a fait quelques preuves des années durant au service des projets communautaires, malgré le vol des voleurs. «Tonton-m’a-dit» va rogner sur les prérogatives du Commissariat au Plan (donc sur Fouad Goulame, du village de Mitsoudjé comme lui, l’éducateur qui n’éduque personne et qui est promu grand planificateur économique alors que personne ne comprend ce qu’il présente aux ateliers et séminaires sans rien y comprendre lui-même). De la même manière dégueulasse, «Tonton-m’a-dit» va mettre les deux pieds sans le dire dans le champ de l’Agence nationale pour la Promotion des Investissements (ANPI). Pauvre Abdou Katibou, l’enfant de Ntsaouéni. Qu’elle était faste la période du métro parisien!

Le nouveau gadget de «Tonton-m’a-dit» est un ministère de l’Économie-bis créé à la demande d’Ambari pour commencer à punir l’ennemi Djaanfar Ahmed Saïd Hamadi (Ouf!) et son clan d’Itsandra. En tout cas, dans les projections de «l’émergence émergente du pays émergent», le même Djaanfar Ahmed Saïd Hassani (Au secours!), notre David Ricardo national, se voit donc déjà réduit à la portion congrue d’une «peau d’âne rouge» de Mbatsé, blablatant sur le grand mariage pour cacher ses déconvenues présentes et à venir.

Décidément, ça annonce la couleur des idées vicieuses et sous-jacentes du remaniement ministériel en préparation par Ambari et «Tonton-m’a-dit», au nom de la famille. Pendant ce temps, selon la journaliste Faïza Soulé Youssouf, celles et ceux qui ne croient point à tout ce tralala ont fait un «arrangement»: faire disparaître 15 millions de francs comoriens des caisses de Comores Télécom à Hahaya. Pour elle, sans vouloir justifier un tel acte, pourquoi celles et ceux d’en bas s’en priveraient lorsque, en haut, on ne se gêne guère? La belle affaire! Ambiance, ambiance…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 1er avril 2017.

Powered by Comores infos